« Jamais la France n’a été aussi divisée qu’aujourd’hui », estime l’ancien ministre de l’Intérieur Gérard Collomb

Par Emmanuelle Bourdy
19 mai 2022 11:16 Mis à jour: 19 mai 2022 11:16

Gérard Collomb était l’invité d’Europe 1 ce dimanche 15 mai. Il est revenu sur son expérience, en tant que ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron, lors du premier quinquennat de ce dernier. Il a notamment pointé la fracture que vit la France actuellement.  

Sur Europe Matin Week-end, Gérard Collomb s’est confié sur son passage au gouvernement, en tant que ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron, de 2017 à 2018. L’occasion pour lui de faire le point notamment sur les divisions que connaissent les Français.

« Le problème des banlieues n’a pas été résolu »

L’ancien maire de Lyon a expliqué à Thierry Dagiral, ce dimanche dans Europe Matin Week-end, que la France se compose désormais de trois forces distinctes, ainsi que l’a révélé le premier tour des dernières élections présidentielles.

« On voulait aller vers une France apaisée, et jamais la France n’a été aussi divisée qu’aujourd’hui », a lancé l’ancien ministre de l’Intérieur. Il considère qu’il y a « un vrai problème de ce point de vue-là », même s’il admet en revanche que ce gouvernement-là a connu quelques réussites, entres autre sur le plan économique avec «des créations d’emploi extrêmement fortes », avant la crise du Covid-19 – causé par le virus du PCC (Parti communiste chinois).

« Mais d’un point de vue sociétal, la fragmentation de la société française s’est accrue, et en particulier le problème des banlieues n’a pas été résolu », a poursuivi Gérard Collomb, mentionnant que cette situation angoisse un certain nombre de personnes, « que ce soit dans un sens ou dans l’autre », a-t-il précisé.

« La société se délite »

Prenant la base d’un calcul simple, il a expliqué qu’« à peu près 120 000 personnes font des demandes d’asile », et parmi elles, 100 000 restent en France, mais « dans le même temps, on construit 80 000 logements sociaux », alors « il y a forcément un problème », a-t-il pointé, se demandant où vont les 20 000 personnes restantes. « On n’en sait trop rien », a-t-il admis. Il estime qu’à propos des problèmes d’immigration, l’État « aurait pu aller plus loin ».  

Prenant l’exemple de la Seine-Saint-Denis, il a encore indiqué que « le préfet de l’époque » lui avait signifié ne pas savoir « combien il y a d’habitants dans son département, tellement il y a effectivement de gens qui sont hors la légalité ». « Cela pose de vrais problèmes », a-t-il lancé, constatant que « la société se délite ».

« Si à un moment j’ai démissionné, c’est parce que je pensais que ces problèmes n’étaient pas traités aussi profondément que je le souhaitais », a conclu Gérard Collomb.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.