États-Unis : le département des Affaires étrangères condamne Pékin pour l’emprisonnement de 11 pratiquants de Falun Gong avant les Jeux olympiques

Les États-Unis exhortent le régime chinois de "mettre immédiatement fin aux abus et aux mauvais traitements dont sont victimes les pratiquants du Falun Gong"
Par Eva Fu
24 janvier 2022 00:37 Mis à jour: 24 janvier 2022 00:40

Le 21 janvier, le département des Affaires étrangères a condamné le Parti communiste chinois (PCC) pour avoir incriminé 11 pratiquants de Falun Gong à des peines de prison allant jusqu’à 8 ans pour avoir exercé leurs croyances religieuses.

Les condamnations du 14 janvier ont été prononcées quelques semaines seulement avant les Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Pékin.

Le département des Affaires étrangères exhorte Pékin de « mettre immédiatement fin aux abus et aux mauvais traitements indignes infligés aux pratiquants de Falun Gong, de libérer ceux qui sont emprisonnés en raison de leurs croyances et d’élucider le sort des pratiquants disparus », a déclaré un responsable du département dans un mail adressé à Epoch Times.

« Depuis 1999, le Parti communiste chinois (PCC) cherche à éradiquer le Falun Gong, une pratique spirituelle originaire de Chine, ainsi que ses pratiquants pacifiques et les défenseurs des droits de l’homme qui se sont battus pour leur droit de pratiquer leurs croyances. »

Photo non datée de Xu Na, prise en Chine. (Epoch Times)

Au début de la persécution du régime en 1999, on estimait que 70 à 100 millions de Chinois pratiquaient le Falun Gong, qui repose sur les principes de vérité, de compassion et de tolérance. Et le PCC considérait sa popularité comme une menace.

« De nombreuses preuves montrent que le gouvernement de la RPC continue de réprimer et de maltraiter cette communauté jusqu’à ce jour », a déclaré le fonctionnaire, citant des rapports de torture et les condamnations sévères du tribunal de Pékin.

« Des milliers de pratiquants de Falun Gong sont détenus, harcelés, torturés et maltraités chaque année pour avoir simplement… pratiqué pacifiquement leurs croyances. »

Les pratiquants qui sont arrêtés sont souvent maintenus en détention sans procès pendant de longues périodes, privés d’une représentation juridique appropriée et punis sur la base d’accusations fallacieuses et montées de toutes pièces.

Dans le cas des 11 pratiquants, 15 mois de détention se sont écoulés avant qu’ils n’obtiennent une audience en octobre dernier, et au moins un avocat a perdu sa licence pour avoir pris en charge leur dossier.

Une photo de Xu Na en Chine non datée. (Avec l’aimable autorisation de Minghui.org)

Un tribunal de Pékin a déclaré que leur crime était de « saboter la loi et l’ordre » à la fois pour avoir exercé leurs croyances spirituelles et pour avoir partagé des photos et des informations avec Epoch Times.

Les 11 personnes ont été placées en détention en juillet 2020. Le régime avait alors découvert qu’en tant que journalistes citoyens, elles avaient photographié l’impact de la pandémie du Covid-19 à ses débuts, puis partagé ces images avec Epoch Times.

« Le Parti communiste chinois est implacable dans sa campagne contre les minorités religieuses », a déclaré le sénateur Rick Scott (Républicain-Floride) à Epoch Times.

« Cette nouvelle incrimination contre les membres de Falun Gong qui tentaient de fournir des informations sur la pandémie n’est que la dernière preuve de leurs attaques grossières et une raison de plus pour couper les liens et cesser de soutenir ce régime maléfique. »

Le moment le plus visible possible

La condamnation, quelques semaines avant l’ouverture le 4 février des Jeux d’hiver, est « un moment qui appelle à la clarté morale », a déclaré le révérend Johnnie Moore, ancien commissaire de la Commission américaine pour la liberté religieuse internationale.

« Soyons très clairs sur ce qui se passe ici : le PCC procède à des rafles juste avant les Jeux olympiques », a-t-il expliqué à Epoch Times. « Les démocrates et les républicains, ainsi que les alliés des États-Unis, doivent marquer des limites. Cela s’applique également à toutes les entreprises qui ont agité leurs bannières de justice sociale : elles sont maintenant confrontées à un test. »

Yu Zhou et Xu Na sur une photo non datée. (Avec l’aimable autorisation de Minghui.org)

La pratiquante qui risque la peine de prison la plus lourde est Xu Na, 53 ans, artiste peintre de natures mortes de Pékin. Elle a survécu à deux emprisonnements antérieurs pour ses convictions et a subi diverses formes de torture infligées par la police, notamment une méthode consistant à écarter ses jambes à 180 degrés. Trois détenus se sont ensuite assis sur ses jambes et son dos et ont exercé une pression continue pour créer une douleur atroce.

Le mari de Xu, le musicien folklorique Yu Zhou, est mort aux mains de la police à l’approche des Jeux olympiques d’été de Pékin, il y a 14 ans.

Arrêté lors d’un « contrôle olympique » en janvier 2008, il est mort sous la torture deux semaines après avoir été placé en détention.

Des agents de sécurité chinois passent devant un panneau d’affichage pour les Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Pékin, en Chine, le 20 janvier 2022. (Kevin Frayer/Getty Images)

Levi Browde, directeur exécutif du Centre d’information Falun Dafa, a critiqué la façon dont le « PCC a complètement décimé cette famille ».

« Cette sentence scandaleuse est prononcée comme un message au monde », a déclaré Levi Browde à Epoch Times. « Pensez-y : le PCC a choisi de condamner Xu Na au moment le plus visible possible – trois semaines avant le début des Jeux olympiques, alors que tous les yeux sont rivés sur Pékin. »

« C’est comme si le PCC affichait intentionnellement au monde entier qu’il emprisonnera les pratiquants de Falun Gong à volonté, et qu’il n’y a personne pour les arrêter. Nous ne pouvons pas laisser cela être vrai. »


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.