Moselle : deux adolescents saccagent des tombes pour reproduire « l’univers de leurs groupes » favoris

Par Epoch Times avec AFP
3 décembre 2021 10:12 Mis à jour: 3 décembre 2021 13:41

« Des croix ont été renversées, d’autres déposées, certaines retournées », détaille le procureur de Thionville, qui évoque encore des fleurs « détruites » ou des « plaques mémorielles (…) dégradées ».

Deux jeunes âgés de 15 et 16 ans ont été interpellés pour avoir dégradé plus de 70 tombes du cimetière de Fameck en Moselle, expliquant avoir voulu « reproduire l’univers de leurs groupes musicaux favoris ».

« Aucune sépulture n’a été profanée, aucune inscription n’a été relevée et aucune revendication n’a été opérée », a précisé le procureur de la République Brice Partouche dans un communiqué mercredi.

Les ados ont reconnu les faits

Les deux adolescents, sans aucun antécédent judiciaire, ont reconnu les faits, survenus entre les 16 et 22 novembre au nouveau cimetière de Fameck, au nord de Metz.

L’enquête de la gendarmerie de Thionville, « nourrie notamment de témoignages et de constatations opérées sur les réseaux sociaux », a permis d’identifier « rapidement »  les deux mineurs résidant à Fameck, selon M. Partouche.

Convoqués devant le juge des enfants

Devant les enquêteurs, ils ont justifié leurs actes par le désir de « reproduire l’univers de leurs groupes musicaux favoris », rapporte encore le magistrat.

Les deux mineurs seront convoqués ultérieurement devant le juge des enfants du tribunal judiciaire de Thionville, selon le procureur Brice Partouche.

 


Rejoignez Epoch Times sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.