Comment le président Trump a changé l’Amérique et le monde en 2018

4 janvier 2019 14:54 Mis à jour: 4 janvier 2019 14:54

Le président Donald Trump a connu une année mouvementée, faisant avancer son dossier sur presque tous les fronts et remodelant le monde dans le processus. Qu’il s’agisse de l’économie, des questions intérieures ou de la politique étrangère, M. Trump y a laissé sa marque au cours des 12 derniers mois.

Économie

Bien que les réductions d’impôt et la déréglementation de l’administration Trump aient commencé dès sa première année au pouvoir, c’est en 2018 qu’il en a récolté les fruits. Le chômage a chuté à son niveau le plus bas depuis les années 1960, alors que les salaires ont augmenté de 3,1 p. 100, un record de la décennie. Il existe environ un million d’offres d’emploi de plus que de personnes considérées au chômage.

L’économie a progressé à un rythme annuel de 3,5 % au troisième trimestre, après la superproduction de 4,2 % au deuxième trimestre. Le produit intérieur brut n’a connu une telle augmentation aussi rapide en six mois que deux fois depuis 2006.

Le bilan optimiste est quelque peu entaché par la chute spectaculaire du marché boursier à la fin de l’année, que D. Trump a reprochée à la Réserve fédérale pour avoir relevé les taux d’intérêt trop rapidement.

Cour suprême

La victoire la plus significative de D. Trump est peut-être aussi celle qui a été la plus âprement opposée. En juillet, il a proposé la candidature de Brett Kavanaugh, éminent juriste conservateur, à un siège de la Cour suprême libéré par le départ à la retraite du juge Anthony Kennedy, qui était considéré comme un vote décisif. Mis à part quelques chahuteurs et quelques querelles au sujet de documents, il a navigué indemne pendant ses quatre jours d’audience de confirmation, au début de septembre. Puis, l’enfer s’est déchaîné.

L’une après l’autre, plusieurs femmes se sont présentées, accusant M. Kavanaugh d’agressions sexuelles remontant à ses années d’études. Aucune des allégations n’était étayée par des éléments de preuve suffisante, alors que M. Kavanaugh niait catégoriquement toutes ces allégations. Pourtant, le paysage médiatique hérité de longue date a rempli les ondes d’une couverture plutôt négative et haletante de ces accusations, sans qu’aucun temps d’antenne ne soit consacré aux contradictions et à l’étrangeté de certaines de ces affirmations.

La CNN a utilisé le mot « viol » en association avec Brett Kavanaugh 191 fois en 18 jours, a rapporté le Centre de recherches médiatiques (Media Research Center).

Le président Trump n’a pas cédé dans son soutien pour M. Kavanaugh, cependant. Après que le Sénat a confirmé la nomination, le 6 octobre, D. Trump a présenté ses excuses à M. Kavanaugh et à la famille du nouveau juge pour la façon dont ils avaient été traités.

Le 3 novembre, le Comité de Magistrature du Sénat républicain a publié un rapport de 414 pages qui blanchissait Brett Kavanaugh de ces allégations.

Le président du Comité judiciaire, le sénateur Chuck Grassley (R-Iowa), a demandé une enquête criminelle au sujet de trois des accusateurs pour avoir fait des allégations potentiellement fausses au Congrès.

Avec deux juges octogénaires, D. Trump pourrait avoir l’occasion de combler encore plus de postes vacants à la Cour suprême. Pour les deux prochaines années au moins, cependant, il fera face à un paysage plus favorable.

Poussée à mi-parcours

Donald Trump a fait un effort extraordinaire pour aider les candidats du Parti républicain aux élections de mi-mandat, organisant 26 rassemblements entre le 1er octobre et le 5 novembre, et 9 dans les 4 derniers jours avant les élections. Sur les 11 candidats avec lesquels il a fait campagne la semaine dernière, 9 ont gagné.

Les républicains ont toutefois perdu la Chambre des représentants, mais par une marge plus faible que les démocrates au premier semestre du prédécesseur de Trump, Barack Obama.

D’autre part, le Parti républicain a renforcé sa majorité au Sénat et a éliminé par des départs à la retraite certains des législateurs les plus opposés à Trump. On s’attend à ce que cela facilite la confirmation de ses nominations judiciaires et autres.

Pouvoir judiciaire

En parlant de nominations, M. Trump a fait confirmer 66 de ses choix à la Cour fédérale en 2018, comparativement à 49 la deuxième année du mandat d’Obama.

Jusqu’à présent, Trump a confirmé 30 nominations à des cours de circuit, plus que tout autre président dans l’histoire récente. Il a également tenu sa promesse de nommer des juristes conservateurs.

Corée du Nord

En 2018, Donald Trump a fait des progrès qui ont changé le monde avec le dossier de la Corée du Nord.

Au second semestre de 2017, la Corée du Nord a lancé trois missiles balistiques et testé une arme nucléaire, démontrant ainsi sa capacité à frapper potentiellement le continent américain. Après que Trump a fait écho aux menaces et insultes du dictateur nord-coréen Kim Jong Un et renversé la stratégie de « patience stratégique » de son prédécesseur, le comité de rédaction du New York Times s’est déclaré effrayé par les tactiques de M. Trump en décembre 2017. Il a qualifié sa rhétorique de « de façon inquiétante réminiscente de la campagne de propagande de l’administration George W. Bush qui a préparé l’Amérique à la guerre contre Saddam Hussein ».

Mais, loin d’être belliciste, la présidence Trump a poussé Kim Jong Un en 2018 à négocier la dénucléarisation, méritant des félicitations du président sud-coréen Moon Jae-in pour avoir relancé le processus de paix dans la péninsule.

Bien que les pourparlers de dénucléarisation progressent lentement, la dictature communiste a cessé de lancer des missiles ou de faire exploser des bombes. Au lieu de cela, elle a commencé à s’ouvrir à son voisin. Les deux parties ont démantelé leurs avant-postes militaires dans la zone démilitarisée le long de la frontière, chacun en gardant un seul, désarmé, en guise de souvenir. En novembre, le premier train sud-coréen en dix ans a franchi la frontière nord. Des otages américains ont été libérés et les dépouilles de dizaines de soldats américains de la guerre de Corée ont été rapatriés.

Syrie

En parlant de retour chez soi, M. Trump a annoncé en décembre le retrait des troupes américaines de Syrie, déclarant qu’elles avaient accompli leur tâche en vainquant le groupe terroriste Daesh dans le pays.

M. Trump a fait campagne pour mettre fin aux interventions militaires apparemment interminables des États-Unis dans le monde entier. Il a fait valoir que les États-Unis devraient défendre leurs intérêts nationaux plutôt que de répandre leur modèle de gouvernance par l’épée. En plus d’avoir tenu sa promesse électorale, le fait que Trump se retire de la Syrie laisse les adversaires du président Trump dans la position délicate de défendre la guerre.

Toujours au Moyen-Orient, Trump a utilisé 2018 pour exercer des pressions sans précédent sur le régime iranien, se retirant de l’accord nucléaire iranien, rétablissant les sanctions et exhortant les autres pays à cesser de traiter avec l’Iran, que les États-Unis accusent d’une variété de comportements malveillants, notamment le soutien au terrorisme et à divers militants, pour déstabiliser la région.

Toujours en 2018, Jeff Sessions, alors procureur général de Donald Trump, a mis sur pied une équipe de procureurs pour poursuivre le groupe terroriste Hezbollah soutenu par l’Iran.

Immigration

L’opposition de Trump à l’immigration illégale a été mise à l’épreuve à plusieurs reprises en 2018. Après une baisse spectaculaire des arrestations d’immigrants clandestins à la frontière en 2017, le nombre a commencé à augmenter. En outre, les migrants d’Amérique centrale, principale source d’afflux, ont commencé à se regrouper en caravanes plus organisées, déclarant ouvertement qu’ils prévoyaient de prendre d’assaut la frontière en masse.

Bien que la plupart des hommes voyageait dans les caravanes, les femmes et les enfants y étaient aussi mêlés, ce qui risquait d’entraîner une catastrophe pour les relations publiques s’ils se heurtaient violemment au personnel de la police des frontières.

M. Trump a réagi en ordonnant aux militaires de se rendre à la frontière, en renforçant les barrières existantes avec des barbelés et en avertissant les migrants qu’ils doivent passer par les voies appropriées, sinon ils ne seraient pas autorisés à entrer. Après que le premier groupe n’a pas réussi à submerger la sécurité à la frontière, les caravanes ont renoncé à prendre d’assaut à nouveau la frontière.

Voir aussi :

Avec l’augmentation du nombre de migrants illégaux aux passages frontaliers, M. Trump a demandé au Congrès plus d’argent pour la construction d’un mur frontalier – son plan phare. Mais la demande a échoué au Sénat en raison de l’opposition démocrate, ce qui a conduit à une fermeture partielle du gouvernement. C’est ainsi que la présidence Trump entre dans la nouvelle année, 2019, pariant que les démocrates viendront négocier.

« Je suis dans le Bureau ovale. Les démocrates, revenez de vacances maintenant et donnez-nous les votes nécessaires pour la sécurité frontalière, incluant le mur », a-t-il réitéré dans un tweet la veille du Nouvel An.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Les origines racistes du Parti démocrate américain
et ses liens étroits avec le Ku Klux Klan

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.