Sandra Bullock rappelle à l’ordre les parents: «Ne dites pas ‘mon enfant adopté’, mais plutôt ‘nos enfants’»

La plupart des parents adoptifs seraient d’accord avec le point suivant : la parentalité exige l’amour, pas nécessairement l’ADN. C’est le temps et les soins que vous donnez à votre enfant, qu’il ait été adopté ou non, qui vous donnent le titre de parent. Différencier les enfants et les qualifier d’ « adoptés » peut nuire à tout parent adoptif. L’actrice Sandra Bullock, lauréate d’un Oscar, semble avoir le même sentiment et s’est assurée de passer le message lors d’une interview avec InStyle.

Qualifiée par le magazine People’s de plus belle femme du monde en 2015 et listée dans Times comme l’une des 100 personnes les plus influentes au monde, Sandra Bullock est une actrice, productrice et philanthrope célèbre.

Mère de Louis et de Laila, qu’elle a adoptés respectivement en 2010 et 2015, Sandra Bullock connaît bien l’adoption.

Getty Images | Frederick M. Brown

Militante en faveur des familles d’accueil et de l’adoption, Sandra est une mère protectrice. La star fait toujours de son mieux pour garder Louis et Laila hors des feux de la rampe, mais en 2018, elle s’est ouverte à parler d’adoption et de maternité dans une interview pour le numéro de juin 2018 de InStyle.

« Je suis pour les républicains, les démocrates, peu importe, mais ne me dites pas quoi faire ou non de mon corps tant que vous n’aurez pas pris soin de tous les enfants sans foyer, qui sont négligés ou maltraités », a dit avec émotion Sandra. « Ça me fait pleurer. »

Le fils de Sandra Bullock, Louis, 8 ans. (©Getty Images | Jason Merritt)

En parlant de Louis, âgé de 8 ans, Sandra a dit : « Lou est hypersensible. Je l’appelle mon fils de 78 ans. Il est comme Shecky Greene, un comique juif de Catskills. Il est sage et gentil. Je l’ai vu quand ils me l’ont donné. Il avait une grandeur spirituelle. »

Pendant ce temps, parlant de sa fille, Laila, elle partageait : « Laila n’a tout simplement pas peur. C’est une battante et c’est pour ça qu’elle est là aujourd’hui. Elle s’est battue pour garder son esprit intact. Oh mon Dieu, tout ce qu’elle va accomplir. Elle va apporter de vrais changements. »

Sandra aime ses enfants comme on aime son enfant biologique. Elle est furieuse que les gens les différencient.

« Ne dites pas ‘mon enfant adoptif’. Personne n’appelle son enfant ‘mon enfant in vitro’ », a-t-elle souligné.

Elle a ajouté : « Disons simplement ‘nos enfants’. »

Getty Images | Jason Merritt

Sandra sait qu’une famille se définit par l’amour, non par l’ADN, et elle est devient sensible en abordant le thème de la maternité avec Hoda Kotb dans The Today Show. « Il y a des centaines de milliers d’enfants qui sont prêts à être votre enfant. Vous êtes parent pour toujours, dès que vous acceptez l’amour de cet enfant. »

« Et c’est incroyable comme on peut dérober les gens de leur bonheur en leur disant : ‘C’est la boîte dans laquelle vous devez vous placer.’ Il n’y a pas de boîte. »

Bien dit, Sandra ! Tous les enfants – qu’ils aient été adoptés ou non – font partie de la famille une fois qu’ils ont été acceptés et qu’on les a pris dans nos bras. Imaginons à quel point il est blessant pour ces derniers lorsqu’on étiquette un enfant comme « adopté » – insinuant par inadvertance qu’il est un étranger.

Il est difficile de réellement comprendre ce que cela implique de devenir le parent d’un enfant sans foyer si nous ne l’avons pas nous-même vécu. Mais dans tous les cas, gardons en tête que le terme « adopté » peut être offensant.

Getty Images | Kevin Winter

Regardez la vidéo ci-dessous :

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Depuis 20 ans, ce chirurgien se déplace pour opérer gratuitement des enfants
– rencontrez le « médecin ambulant »

 
VOIR AUSSI