Taïwan, déterminé à s’éloigner de la Chine

Taïwan a décidé, à l'instar des Européens, des Américains et des Japonais, de diversifier ses sources d'approvisionnement et ses investissements en s'éloignant de la Chine

Par Milton Ezrati
8 juillet 2024 15:12 Mis à jour: 9 juillet 2024 06:49

Taïwan semble avoir décidé de suivre la même voie que les entreprises européennes, américaines et japonaises.

Pour les mêmes raisons que ces dernières, l’importante communauté d’affaires de l’île a pris des mesures pour diversifier ses investissements, son commerce et ses sources d’approvisionnement en les éloignant de la Chine et en les réorientant vers l’Asie du Sud-Est et l’Asie du Sud. Certains investissements taïwanais ont même été réalisés aux États-Unis. Pékin est préoccupé par ces tendances. L’économie chinoise est affaiblie et, au moment où elle a le plus besoin du soutien que les sociétés taïwanaises lui ont apporté pendant des décennies, ce soutien est en train de disparaître.

Contrairement aux États-Unis, à l’Union européenne et au Japon, Taïwan a fait profil bas dans son rejet des affaires avec Pékin pour des raisons diplomatiques. L’Amérique, contrairement à Taïwan, a clairement exprimé son hostilité à l’égard de la Chine. Elle a interdit certains types d’échanges commerciaux et les investissements technologiques en Chine. Elle a alourdi les droits de douane sur les produits chinois entrant aux États-Unis. L’Union européenne n’a pas non plus mâché ses mots, annonçant récemment des droits de douane sur les voitures électriques fabriquées en Chine. Le Japon a pris la tête d’un effort visant à rendre le monde moins dépendant de la Chine pour les éléments de terres rares.

En revanche, Taipei n’a officiellement fait aucune annonce ouvertement hostile. Cependant, les démarches de sa communauté d’affaires, comme de celles de l’Amérique, de l’Europe et du Japon, sont sans équivoque.

Politique et annonces publiques mises à part, les raisons commerciales qui poussent ces économies à rejeter la Chine sont à peu près les mêmes. Pendant des décennies, les pays développés, quel que soit le continent, ont considéré la Chine comme un lieu d’affaires attrayant. Les coûts de production y étaient bon marché et les opérations en Chine étaient fiables. Bien que Pékin ait imposé aux étrangers des exigences allant au-delà de ce qui est normal dans les relations économiques mondiales, les faibles coûts de production et la fiabilité compensaient les mesures de Pékin. Le commerce et les investissements ont prospéré. Mais ces dernières années, cet équilibre s’est profondément modifié.

Les salaires chinois ont augmenté plus rapidement que dans le reste du monde, en particulier ailleurs en Asie. Cette tendance a érodé l’ancien avantage de la Chine en matière de coûts de production. Bien que la récente dépréciation du yuan ait rétabli une partie de cet avantage, les sociétés étrangères sont conscientes de la variabilité des valeurs monétaires et n’en tiennent guère compte dans leurs plans à long terme.

Quant à l’ancienne réputation de fiabilité de la Chine, les coupures dans les expéditions chinoises pendant la pandémie et les mesures prolongées de la politique du « zéro COVID » de Pékin ont largement contribué à effacer cette réputation. Dans le même temps, l’obsession récente de Pékin pour la sécurité a rendu la Chine officielle plus gênante que jamais. La combinaison de la diminution d’attraits et de l’augmentation de l’imposition a fait pencher la balance décisionnelle en défaveur de la Chine pour les sociétés de tous les continents.

Les signes indiquant que les entreprises taïwanaises s’éloignent de la Chine sont clairs, encore plus clairs qu’en Europe ou aux États-Unis. Bien que la Chine reste le premier partenaire commercial de Taïwan, sa part dans le commerce taïwanais n’a cessé de diminuer depuis 2021. Cette année-là, les ventes chinoises à Taïwan et les achats chinois auprès des producteurs taïwanais représentaient l’équivalent de 208,4 milliards de dollars, soit environ un quart du total. En 2023, ce montant avait chuté de près de 20 % pour atteindre environ 166 milliards de dollars – environ un cinquième du total.

En revanche, le commerce de Taïwan avec l’Asie du Sud-Est est passé de 117,5 milliards de dollars en 2021 à 134,6 milliards de dollars en 2022, soit une augmentation de près de 10 % en une seule année. La dépendance de Taïwan à l’égard de la Chine en matière d’exportations s’est également réduite. Même en incluant Hong Kong, les chiffres récents montrent qu’elle n’a jamais été aussi faible depuis 2018. La majeure partie de la différence est allée en Asie du Sud-Est.

Les chiffres montrent également une réorientation spectaculaire des investissements taïwanais. Les flux d’investissement des entreprises de l’île vers la Chine sont en baisse depuis 2010. En 2023, ils ont chuté de près de 40 % par rapport à l’année précédente. Avec l’équivalent de 4,17 milliards de dollars, ils représentaient l’année dernière moins d’un tiers du niveau de 2018.

Une grande partie de la différence est allée en Asie du Sud-Est, notamment à Singapour, au Vietnam, en Indonésie, en Malaisie et en Thaïlande. Ces pays reçoivent désormais quelque 40 % des investissements taïwanais, une proportion qui dépasse les flux destinés à la Chine. Les investissements au Vietnam ont été multipliés par quatre, en particulier dans le domaine le plus cher au cœur de Pékin : l’électronique de pointe. Les entreprises technologiques taïwanaises Foxconn, Wistron, Pegatron et Quanta prévoient toutes d’étendre leur présence au Vietnam.

Ces réalités économiques ne peuvent que troubler Pékin, et surtout leurs implications pour la sécurité de Taïwan. Plus le commerce et les investissements taïwanais se développent en Asie du Sud-Est et en Asie du Sud, plus la communauté des pays asiatiques s’implique avec Taïwan et plus elle est susceptible de résister aux efforts de Pékin visant à perturber les choses. Personne ne prétend que ces pays ont la puissance militaire nécessaire pour contrer les menaces répétées de la Chine qui vise à s’emparer de Taïwan. Néanmoins, l’intérêt dans l’indépendance de Taïwan d’un groupe plus large de pays rend la position de Pékin d’autant plus délicate.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.