Un chien parcourt 4 800 km pour retrouver un ancien combattant de l’armée britannique qui l’a sauvé en Syrie

Exposés aux horreurs de la guerre, certains  soldats peuvent développer un syndrome de stress post-traumatique (SSPT) qui se traduit par la manifestation de troubles émotionnels particulièrement sérieux. Néanmoins, un ancien combattant britannique qui a travaillé dans une Syrie déchirée par la guerre affirme que c’est un chiot qui l’a gardé sain d’esprit. Malheureusement, il a été séparé du chiot à son retour au Royaume-Uni en avril 2018.

En février 2018, après une bataille de quatre mois pour libérer Raqqa d’Isil, Sean Laidlaw, un expert en déminage de Hornchurch dans l’Essex, a été chargé d’enlever les engins explosifs improvisés en Syrie pour le Département d’État américain.

Sean, un entrepreneur privé, a entendu des gémissements provenant des décombres d’un bâtiment scolaire qui a été bombardé. Alors qu’il regardait sous une dalle de béton, il découvrit un chiot de berger d’Asie centrale de races mélangées, effrayé, aux côtés de quatre chiens morts.

Photo gracieuseté de Sean Laidlaw
Photo gracieuseté de Sean Laidlaw

Ancien caporal suppléant, M. Laidlaw avait effectué deux missions en Afghanistan au cours des dix années qu’il avait passées au sein du Génie royal (Royal Engineers) avant de travailler comme expert en neutralisation des bombes en Syrie. Il a creusé pour extirper le petit chien terrifié hors des décombres.

Au début, le chiot effrayé a repoussé Sean. Pour gagner la confiance du chien, il l’a gardé en sécurité et l’a apaisé avec de la nourriture et des boissons.

Trois jours plus tard, le toutou a laissé Sean venir la chercher, et depuis, ils ont formé un lien spécial, étant complètement inséparables.

Photo gracieuseté de Sean Laidlaw
Photo gracieuseté de Sean Laidlaw

Sean a emmené le chiot à son campement et l’a appelé Barrie, sans savoir que le chien était en fait une femelle.

Sean a dit : « Elle restait avec moi toute la journée, tous les jours. Elle m’accompagnait dans mon travail. Je me réveillais, elle venait manger avec moi, elle s’asseyait ensuite sur le siège passager de ma voiture quand nous partions à Raqqa », selon un rapport de MailOnline.

« Les jeunes Syriens adoraient l’entraîner », a dit Sean à This Morning. « Si quelqu’un a eu une mauvaise journée, elle était sur ses genoux. »

Il a même fait de Barrie un harnais à partir d’un gilet pare-balles ainsi qu’un toutou à partir d’un vieux jean.

Le soldat au cœur bienveillant a attribué à Barrie le mérite de lui avoir sauvé la vie.

« Il pourrait sembler que j’aie sauvé la vie de Barrie, mais j’ai l’impression qu’elle a aussi sauvé la mienne », dit-il.

Photo gracieuseté de Sean Laidlaw
Photo gracieuseté de Sean Laidlaw

M. Laidlaw a expliqué que le fait d’avoir un chien qui « vous rend toujours heureux, qui veut toujours être avec vous » l’a aidé à combattre le SSPT.

« Travailler dans une zone de guerre, revenir au camp, c’est s’asseoir seul dans sa chambre. Mais j’avais un compagnon avec qui jouer et m’entraîner, ça me faisait oublier tout ce que je voyais et faisais là-bas », dit-il.

« Vous ne pouvez qu’imaginer à quel point la Syrie est mal en point », a-t-il poursuivi.

Barrie lui a donné « un peu de normalité, elle m’a définitivement gardé sain d’esprit ».

Malheureusement, Sean a dû se séparer de Barrie lorsqu’il est retourné au Royaume-Uni pour une courte permission en avril 2018.

Photo gracieuseté de Sean Laidlaw

Il pensait retrouver son chiot bien-aimé peu de temps après son départ, mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. Sean ne pouvait pas retourner en Syrie car son contrat a été annulé brusquement.

Il a dit : « Je suis peut-être l’une des seules personnes qui n’était pas heureuse de ne pas retourner en Syrie. J’étais en route pour l’aéroport avec mon père quand j’ai reçu un message me disant de ne pas prendre mon vol et de rentrer chez moi. »

Sean pensait que c’était peut-être dû à des problèmes de sécurité, mais il a reçu un appel ce soir-là, l’informant que le contrat avait été annulé et que tout le monde était renvoyé chez lui.

Photo gracieuseté de Sean Laidlaw

« J’ai commencé à penser à la façon dont je pourrais la ramener », a-t-il dit.

Pour ramener Barrie au Royaume-Uni, Sean a demandé l’aide de War Paws, une organisation basée en Irak qui aide les militaires en service à l’étranger à rapatrier leurs animaux errants adoptés vers leur pays d’origine.

Il a même créé une page GoFundMe afin d’amasser des fonds pour ramener l’adorable chiot à la maison.

War Paws s’est arrangé pour que Barrie soit transportée en Irak en avril. Après avoir vacciné et examiné Barrie, ils ont transporté le chien en Jordanie, où il a été mis en quarantaine pendant deux mois avant de subir d’autres examens médicaux.

Photo gracieuseté de Sean Laidlaw

En octobre, Barrie devait prendre l’avion pour le Royaume-Uni, mais le plan a échoué en raison de l’absence de documents administratifs, et elle a plutôt été envoyée par avion à Paris.

Enfin, le 3 novembre 2018, le souhait de Sean s’est réalisé alors qu’il s’embarquait pour un trajet de 12 heures entre Essex et Paris pour rejoindre Barrie à l’aéroport Charles de Gaulle après avoir passé sept mois séparés.

Il a dit : « J’ai quitté la maison à 6 h du matin et j’y suis allé à toute vitesse. »

Nul doute que Sean était ravi de pouvoir aller chercher Barrie à Paris. Mais Barrie n’était plus un tout petit chiot, elle avait beaucoup grandi.

Photo gracieuseté de Sean Laidlaw

La plus grande inquiétude de Sean était que le chien ne le reconnaisse pas.

Mais Barrie a-t-elle reconnu Sean ? Apparemment, oui !

« C’était de la pure joie quand elle a réalisé qui j’étais. Elle est exactement comme elle était en Syrie, c’était génial d’avoir mon chien à nouveau », dit Sean.

Pour cet ancien combattant, les retrouvailles avec Barrie a été le « moment le plus heureux de sa vie ».

Il a dit : « La revoir à l’aéroport, la voir en chair et en os, c’était l’un des meilleurs moments de ma vie. »

Sean et Barrie sont de nouveau ensemble après un voyage de 4 800 km et 12 heures de route, traversant 5 pays et 2 zones de guerre.

« Toute l’aide que nous avons reçue pour nous réunir a été incroyable, juste pour amener un chien dans l’Essex, c’est incroyable », a dit Sean.

Grâce à War Paws et à des gens généreux qui ont fait des dons par l’entremise de GoFundMe, Sean est maintenant en mesure de mener une vie ordinaire, en dirigeant un gymnase avec Barrie à ses côtés.

En effet, des retrouvailles touchantes comme celle-ci peut vraiment faire fondre le cœur de chacun.

Regardez la vidéo réconfortante ci-dessous :

Version originale

 
VOIR AUSSI