À 85 ans, Joséphine fait fuir ses quatre agresseurs munis d’un couteau

Menacée avec un couteau, une Belge de 85 ans ne s’est pas laissée faire et a su réagir pour mettre ses quatre jeunes agresseurs en fuite, lorsqu’ils ont voulu lui soutirer de l’argent et lui voler sa voiture. Tout cela s’est passé samedi vers 9 heures du matin, le 9 mars, à Liège, devant son garage.

Alors qu’elle venait d’arriver chez elle avec ses courses qu’elle avait déjà sorties du véhicule, la dame âgée s’est rendu compte qu’elle avait oublié quelque chose dans le coffre.

« Je suis ressortie avec mes clés. J’ai ouvert la porte du garage et c’est là que j’ai senti quelqu’un me retenir par le bras. Un jeune homme me demandait mes clés, il avait un couteau et derrière lui, il y avait trois autres jeunes qui approchaient doucement », raconte Joséphine à nos collègues du journal belge La Dernière heure.

Au lieu de paniquer comme beaucoup de gens l’auraient fait, l’octogénaire a réagi avec aplomb devant ces quatre jeunes hommes, dont trois se sont avérés être mineurs et l’autre avoir 18 ans seulement.

« Je ne sais plus très bien ce qui s’est passé, mais je ne pensais qu’à une chose, son couteau. J’ai voulu l’écarter alors j’ai repoussé son bras », se souvient Joséphine. « Il voulait mes clés pour partir avec la voiture c’est sûr ; mais je ne voulais pas leur laisser, alors j’ai aussi hurlé à plusieurs reprises pour qu’on vienne m’aider. »

La technique de la dame a fonctionné à merveille puisque les jeunes gens se sont enfuis. La police les a rapidement rattrapés et interpellés. L’agression avait été planifiée après que le plus âgé de la bande, Imad, a réclamé 100 euros à l’un des plus jeunes.

C’est également Imad qui aurait fourni le couteau à l’un des mineur qui a à son tour décidé qu’il serait plus facile d’attaquer une personne âgée. Mais il se trompait ! Cet adolescent a quand même avoué son crime et regretté son acte. Espérons que cela lui servira de leçon.

Joséphine, de son côté, s’en sort sans même une égratignure, au niveau psychologique également : elle précise qu’elle n’a pas peur. « C’est vrai que je serai sans doute plus méfiante à l’avenir quand je sortirai », précise-t-elle avec sagesse.

 
VOIR AUSSI