Albanie: deux Russes et un Ukrainien arrêtés en tentant d’entrer dans une usine d’armement

Par Epoch Times avec AFP
21 août 2022 14:50 Mis à jour: 21 août 2022 14:57

Deux Russes et un Ukrainien ont tenté d’entrer par la force dans une usine d’armement en Albanie, blessant deux soldats albanais qui leur ont barré la route, a annoncé samedi soir le ministère de la Défense. 

L’un des suspects a attaqué les gardes qui l’ont surpris prenant des photos de l’usine de Gramsh (centre), où sont démantelées des armes non utilisées, a précisé dimanche le ministre de la Défense Niko Peleshi.

« En tentant d’échapper au contrôle, l’un des ressortissants russes, identifié par les initiales M.Z., 24 ans, a utilisé un spray neuroparalysant sur les deux gardes » surveillant le site, a-t-il ajouté, en rendant visite à l’hôpital aux deux soldats blessés aux yeux.

Les trois personnes « soupçonnées d’espionnage »

L’homme ainsi que deux autres, un Russe de 33 ans identifié comme S.T. et un Ukrainien de 25 ans identifié comme F.A., qui attendaient dans une voiture aux abords de l’usine, ont tous trois été arrêtés.

Le Premier ministre albanais Edi Rama donne une conférence de presse après la réunion des dirigeants UE-Balkans occidentaux à Bruxelles le 23 juin 2022. Photo KENZO TRIBOUILLARD/AFP via Getty Images.

« Cet événement doit être examiné en tenant compte d’un contexte régional et politique plus large », a encore déclaré M. Peleshi.

Le Premier ministre albanais Edi Rama a déclaré que les trois personnes étaient « soupçonnées d’espionnage ». 

La police militaire, ainsi que les services de renseignement et de lutte contre le terrorisme, ont été dépêchés sur place pour enquêter sur l’incident.

L’Albanie est membre de l’OTAN depuis 2009.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.