Angelia Wang, première danseuse de Shen Yun, s’exprime sur les vertus qui font une bonne danseuse

Par Catherine Yang
6 avril 2022 18:39 Mis à jour: 9 avril 2022 14:56

Angelia Wang est une vedette. Bien que la société dans son ensemble ait longtemps eu une connaissance limitée des subtilités de la danse classique chinoise, la compagnie de danse Shen Yun Performing Arts, qui est basée à New York, est devenue un nom légendaire au cours de la première décennie de sa création.

Angelia Wang fait partie de cette compagnie de danse classique chinoise depuis 2008 et est l’un des premiers visages qui la représentaient.

Si vous avez déjà vu une publicité pour Shen Yun, il y a de fortes chances que vous ayez vu Angelia Wang.

Mais elle n’associe pas sa carrière à la célébrité. Au contraire, lorsqu’elle parle de Shen Yun, Angelia Wang exprime toujours une gratitude humble et sincère. Elle est reconnaissante que cette compagnie américaine lui ait donné l’occasion d’utiliser son art et son talent pour exprimer sa croyance et partager un message positif avec le monde, ce qu’elle n’aurait jamais pu faire dans la Chine communiste.

« Je suis née à Xi’an, la capitale historique de six dynasties », a confié Angelia dans une vidéo de Shen Yun Creations. C’est la ville des guerriers de terre cuite et le point de départ de la route de la soie. C’est une ville qui abrite certaines des dernières pagodes emblématiques de la Chine, un endroit où même chaque arrêt de bus porte un nom chargé d’histoire.

« L’ancien philosophe grec Platon enseignait que l’art humain est une imitation des formes divines. Si vous regardez l’esthétique [et l’architecture] ancienne de l’Orient et de l’Occident, vous verrez qu’il s’agit de symétrie, de lumière, de grandeur et de pureté », a-t-elle expliqué. « En tant qu’interprètes de Shen Yun, nous avons une compréhension universelle de la beauté, des mouvements qui sont allongés et majestueux. »

Après quelque 1400 représentations avec Shen Yun, Angelia sait exactement ce qu’il faut pour être une danseuse de Shen Yun.

Abandonner son ego

Chaque représentation de Shen Yun comprend plus d’une dizaine de danses, où souvent les accessoires ont une place de choix. Une année, tout au long d’une danse, les danseuses ont utilisé des mouchoirs octogonaux, les faisant tourner et les lançant en l’air. En tant que première danseuse, Angelia devait réaliser un exploit consistant à lancer un mouchoir en rotation vers l’avant et vers le haut, à effectuer un saut périlleux avant et à rattraper le mouchoir qui retombait rapidement. Il s’agit d’une technique difficile qui a mis sa confiance à rude épreuve.

Chaque fois, en attendant dans les coulisses avant de monter sur scène, je me disais : « Ne sois pas nerveuse, d’accord ? » Elle se préparait dans les coulisses, en faisant abstraction de tout ce qui l’entourait.

« Je me souviens que lorsque j’ai commencé à danser, je ne pensais qu’à moi. »

Puis, un soir, elle a déposé le mouchoir en attendant dans les coulisses, c’est seulement à ce moment-là qu’elle a remarqué qu’elle était entourée de personnes qui l’encourageaient.

« Auparavant, je ne m’étais jamais aperçue, dit-elle, qu’il y avait des gens dans les coulisses à côté de moi qui disaient : ‘Angelia, vas-y !’ Puis j’ai regardé de l’autre côté de la scène et j’ai vu tout le monde danser et m’encourager, comme pour dire : ‘Angelia, vas-y ! Pas de problème, tu vas y arriver !’ »

« À ce moment-là, j’ai senti que je n’étais pas seule à danser. Je ne suis pas la seule à jouer, nous jouons tous ensemble, alors pourquoi avoir une si haute opinion de moi-même ? »

Cette prise de conscience a fait disparaître sa nervosité et cette représentation a été différente de toutes les précédentes.

« Je me souviens de ce jour-là ; quand j’ai lancé mon mouchoir, j’ai eu l’impression que ce n’était pas moi qui l’avais lancé », a-t-elle dit. D’habitude, après avoir terminé son saut, Angelia attendait frénétiquement le retour du mouchoir pour l’attraper à temps. Cette fois-ci, alors qu’elle terminait son mouvement, le mouchoir a atterri dans sa main ouverte. Angelia s’est demandée si c’était l’énergie de tout le monde réuni qui le soutenait.

« À ce moment-là, j’ai soudain senti qu’en abandonnant mon ego, je gagnais quelque chose de plus élevé.

« Lorsque nous dansons, nous parlons de la ‘respiration’, et nous voyons si nous respirons ensemble comme un ruissellement d’eau. Et lorsque tout le monde reprend sa respiration en même temps, on a l’impression que le temps s’arrête. On commence alors à sentir que chaque danseur respire avec la musique. C’est une sensation subtile, qui ressemble à quelque chose qui s’écoule lentement d’une crevasse.

« Peu importe le nombre de personnes sur la scène, que ce soit une dizaine ou une vingtaine, lorsque nous sommes tous attentifs les uns aux autres, nous pouvons le sentir. On a l’impression d’être tous ensemble. J’ai l’impression que c’est le travail d’équipe particulier d’un groupe qui est ensemble depuis longtemps. »

La danseuse de Shen Yun Angelia Wang (Shen Yun Performing Arts)

La beauté féminine

« La beauté d’une femme a un côté doux et réservé ainsi qu’un côté majestueux, lumineux et charmant », dit-elle.

En tant que première danseuse de longue date de Shen Yun, Angelia a eu l’occasion d’interpréter plusieurs personnages historiques importants de la Chine ancienne.

Un rôle récent et mémorable a été celui de Wang Baochuan, un personnage semblable à Pénélope dans l’histoire de Han Yao, qui se déroule d’ailleurs à Xi’an, la ville natale de la danseuse.

«Han Yao est une histoire d’amour de la dynastie Tang. C’est l’histoire d’une femme qui a tenu sa promesse pendant 18 ans, en attendant que son mari revienne de la guerre », a-t-elle expliqué. La danse basée sur cette histoire qu’Angelia exécutait comprenait la rencontre pour la première fois du personnage avec son fiancé, leur mariage heureux, le moment tragique de la séparation, les 18 années d’angoisse et les retrouvailles tant attendues.

Ce rôle a mis ses talents d’actrice à rude épreuve

Le chorégraphe a dit : « Lorsque tu entends la musique à ces moments-là, je veux que tu sois émue aux larmes. Fais plus d’efforts à cet égard », raconte Angelia. Elle a profité des cours de danse réguliers pour travailler les émotions de son personnage, imaginant des scènes de son histoire lorsqu’elle entendait différentes musiques pendant les cours.

« Devrais-je dépeindre sa timidité lorsqu’elle rencontre son mari Xue Rengui pour la première fois ? Ou quand ses yeux s’illuminent en sa présence ? Son angoisse, en attendant pendant 18 ans ? Ou quand elle cède au désespoir à l’arrivée de ses parents ? », dit-elle. « Une fois que j’ai travaillé l’idée en moi, je peux la faire ressortir par le mouvement et l’expression. »

Ce que Angelia voulait transmettre au public, c’était la vertu traditionnelle que possédait Wang Baochuan.

« Lorsque son mari décide de partir à la guerre, elle est très réticente à l’idée de le laisser partir », a-t-elle dit. « Malgré sa réticence, elle prépare ses affaires pour les lui remettre avant de l’accompagner et de lui faire ses adieux. »

« Elle veut regarder en arrière, tendre la main, appeler son nom, mais elle se dit qu’elle ne peut pas, car elle sait que son mari, lui aussi, ne veut pas partir. »

« Ce n’est que lorsqu’il est à une bonne distance qu’elle se retourne pour le regarder. C’est un trait de caractère particulièrement traditionnel, a-t-elle ajouté, endurer sans se plaindre. »

Angelia a expliqué les motivations du personnage, un aspect qu’elle n’aurait pas relevé si elle n’avait pas pris conscience de son ego au début de sa carrière.

« Sa décision était également fondée sur un sentiment d’obligation envers son pays. Pour le bien d’une cause plus importante, elle a été capable de moins penser à elle », a-t-elle ajouté.

« Si elle n’avait pas fait preuve de maturité et de détermination dans sa décision, la dynastie Tang aurait pu perdre un général célèbre et le pays aurait perdu un pilier de l’État. Ceux d’entre nous qui vivent à l’époque moderne peuvent encore s’inspirer de son histoire », a-t-elle souligné.

« Lorsque vous accordez trop d’importance à votre propre personne et que vous attendez plus des gens qui vous entourent, mais que vous n’obtenez pourtant pas ce que vous voulez, alors vous éprouvez du ressentiment, vous avez l’impression que la société est injuste, que la vie est insatisfaisante, et ainsi de suite. »

« Mais lorsque vous ne vous mettez pas en avant et que vous n’insistez pas sur votre propre importance, vous considérez même un sourire que vous recevez d’autrui comme une énorme bénédiction, vous vous sentez gratifié. C’est pourquoi les anciens Chinois disaient : ‘Connaître le contentement, c’est être heureux.’ »

« Shen Yun veut dépeindre ce qu’étaient ces valeurs morales et ces principes universels pour inspirer la bonté chez les gens. Je pense que tout le monde a de la bonté en lui, tout le monde a un côté qui est lié au divin. »

L’un des professeurs et mentors d’Angelia espère que lorsque les gens dans le futur se souviendront d’Angelia en tant que danseuse, ils ne se souviendront pas seulement d’elle comme quelqu’un qui danse bien, mais aussi comme une personne de bonne moralité.

« Pour apprendre l’art, vous devez d’abord apprendre à devenir une bonne personne », a dit Angelia. « L’état de votre véritable caractère moral se reflétera sur scène. »

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.