Les antibiotiques contaminent les cours d’eau et créent des résistances aux maladies

Une étude menée sur 10 ans portant sur l’impact des antibiotiques sur l’environnement en Chine a été publiée il y a quelques mois, concluant que des quantités massives de produits chimiques sont relâchées dans l’environnement, créant une variété de risques pour la santé sur le long terme pour la population.

L’Institut de Géochimie de Guangzhou, dépendante de l’Académie des Sciences chinoise, a inspecté 58 zones de drainage à travers la Chine, montrant de fortes concentrations d’antibiotiques dans l’eau. Dans les zones densément peuplées près du fleuve Hai He et dans le bassin de la rivière des Perles, il a été retrouvé plus de 80 kg d’antibiotiques déposés par km².

L’étude a découvert 36 antibiotiques communément utilisés et répandus en Chine, le plus répandu étant l’amoxiciline. Les produits chimiques ont un impact sur les ressources en eau, car ils sont évacués par l’urine et les selles et finissent par se retrouver dans l’environnement.

La Chine n’a pas de système de surveillance de la production et du rejet des antibiotiques. « L’usage total des antibiotiques est resté un mystère dans notre pays, car il n’y a pas de données autorisées à un niveau étatique », rapporte Xiao Yonghong, professeur en médecine à l’Université médicale de Zhejiang, selon le média d’État Life Times.

Plus tôt en 2008, le professeur Xiao et son groupe de recherches ont démontré que l’usage total d’antibiotiques était entre 150 000 et 200 000 tonnes par an en Chine. Un autre rapport de recherche publié par l’Université des sciences et technologies de la Chine de l’Est en mai 201 montre que la surface de l’eau en Chine contient 68 genres d’antibiotiques.

Un des effets les plus préoccupants de la prolifération des antibiotiques est la résistance aux médicaments. Selon le média d’État China Radio International, plus de 80 000 personnes meurent chaque année en Chine en raison de la résistance aux médicaments, et ce nombre pourrait atteindre 1 million d’ici 2050.

L’Université Fudan de Shanghaï a fait des tests sur plus de 1 000 enfants entre 8 et 11 en avril 2015, montrant que plus de 58 % avaient des antibiotiques dans leur urine. Plus d’un quart des enfants en avait de deux types, tandis que certains en avaient six – à la fois destinés à la consommation humaine et au bétail.

Le pneumologue chinois Zhong Nanshan a confié à un média chinois en 2015 qu’il ne mangerait pas de « poisson ayant l’air vraiment gros » en raison de ses inquiétudes quant aux antibiotiques. « Je suis inquiet qu’il soit devenu si gros après avoir mangé trop d’antibiotiques. Je préfère manger les petits poissons ».

Version anglaise : Antibiotics Are Filling Chinese Waterways and Creating Dangerous Resistance to Disease

 
VOIR AUSSI