Un artiste autiste dessine de mémoire des paysages urbains quasi parfaits après les avoir vu une seule fois

Par Louise Chambers
12 mai 2022 04:57 Mis à jour: 13 mai 2022 21:18

Diagnostiqué autiste à l’âge de 3 ans, cet artiste britannique a trouvé sa voix grâce au dessin. Aujourd’hui, il dessine de mémoire des paysages urbains quasi exacts après les avoir vu une fois seulement. Il a reçu un titre honorifique, devenant ainsi membre de l’ordre de l’Empire britannique, pour sa contribution unique dans le monde de l’art.

Stephen Wiltshire, 47 ans, est né et a fait ses études à Londres, en Angleterre. Se décrivant comme un « savant artistique », il n’a pas parlé avant l’âge de 5 ans (son premier mot a été « papier ») mais il a trouvé un moyen de s’exprimer autrement.

« Je n’avais aucun moyen de communiquer, et j’ai donc appris à communiquer en dessinant », explique Stephen à Epoch Times. « J’avais trois ou quatre ans lorsque j’ai utilisé du crayon sur du papier pour la première. J’ai commencé par des animaux et des cages d’ascenseur, puis des voitures, et enfin des bâtiments », se souvient-il. « Je continue toujours à dessiner des bâtiments, mais maintenant à une plus grande échelle. »

Le célèbre « London Panorama » de Stephen, dessiné de mémoire après un survol de la ville en hélicoptère. (Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)
Le monument de Notre Dame tiré de sa mémoire. Stephen a visité cet endroit en 1988 dans le cadre de sa tournée européenne. (Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)

Au fur et à mesure que Stephen grandit et absorbe son environnement, sa passion des gratte-ciels et des paysages urbains s’intensifie. Lors de ses voyages scolaires, il découvre les bâtiments les plus emblématiques de Londres et dessine son premier panorama urbain, à Venise, en 1989.

« Mes premiers dessins étaient assez développés, car ils avaient un effet bidimensionnel. Je ne peux pas décrire comment je fais cela, je sais simplement comment le faire ; je me suis beaucoup exercé, et parfois, j’étais frustré quand cela ne fonctionnait pas comme je le voulais. »

Le mécanisme d’adaptation de Stephen consistait à « étudier pendant des heures », absorbé par les détails de l’architecture urbaine. À ce jour, il a visité des dizaines de grandes villes internationales, dont Tokyo, Hong Kong, Jérusalem, Paris, Moscou, Dubaï, Rome, Sydney et New York, dont il a rendu la silhouette unique et les caractéristiques particulières avec des détails étonnants.

(Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)

En 2014, Stephen a présenté un rendu de 4 mètres sur 1 mètre de la ligne d’horizon de Singapour à Tony Tan Keng Yam, alors président du pays. En 2018, il a fait une visite à pied et un vol de 40 minutes en hélicoptère au-dessus de Mexico, après quoi son rendu artistique de 4 mètres, de mémoire, a été diffusé en direct dans le monde entier.

Admettant que les villes inconnues représentent le plus grand défi, Stephen a affirmé que prendre des photos et survoler la zone l’aide à « mieux voir les choses. » Le rendu d’un grand panorama dessiné de mémoire peut prendre de quatre à huit jours, tandis qu’un dessin de la taille d’une lettre peut prendre quelques heures.

Stephen dit que s’il n’est « pas sûr de lui, qu’il ne connaît pas bien la région » ou qu’il manque de temps, il réalise une esquisse avant de poser son stylo sur la toile. Ses outils de prédilection sont les stylos Staedtler avec des plumes de 0,05 mm à 0,7 mm, ainsi que des fusains et des pastels à la craie pour ajouter de la couleur.

(Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)
Le panorama de New York. (Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)
Une vue aérienne de Londres. (Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)
Le Taj Mahal, en Inde.(Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)
Une scène de rue de Chicago. (Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)
« Tower Bridge sous la pluie » : Le chef-d’œuvre de Stephen sur l’emblématique Tower Bridge de Londres. (Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)
Cette planche est basée sur son récent voyage à Los Angeles où il a reçu le HollyRod Champion Award. (Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)

Voici plus de photos :

Esquisse de la ligne d’horizon d’Istanbul (Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)
(Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)
Stephen travaille sur le dessin de sa ville natale. (Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)
La 5ème avenue de New York par un jour de pluie. (Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)
(Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)
(Avec l’aimable autorisation d’Annette Wiltshire)

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.