Un artiste néo-zélandais sculpte des couches de peinture acrylique pour créer des œuvres d’art animalières d’une complexité à couper le souffle

Par Epoch Times
13 janvier 2022
Mis à jour: 13 janvier 2022

Une artiste néo-zélandaise a trouvé une façon non conventionnelle d’utiliser les outils traditionnels de gravure sur bois pour créer des peintures sculptées aux couleurs splendides, présentant des motifs animaliers et naturels.

Après avoir dessiné des motifs à la craie sur des panneaux de bois peints, l’artiste, Hannah Jensen, 37 ans, de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, plonge son outil de gravure dans la membrane acrylique encore légèrement molle pour, d’une manière au combien satisfaisante, faire ressortir des éclats de couleur. Elle grave dans des couches successives d’acrylique pré-appliqué pour révéler les images qu’elles contiennent.

(Avec l’aimable autorisation d’Hannah Jensen)
(Avec l’aimable autorisation d’Hannah Jensen)

Pour se préparer à ce moment, Hannah doit passer quatre à six semaines à appliquer des couches de teintes apparemment absurdes et contrastantes – jusqu’à 85 couches – sur ses panneaux. Pas de formes, pas de lignes, pas de contraste, pas d’images. Juste des couches de peinture plate. Une fois que la peinture a durci, elle dessine ses motifs, en se basant sur des recherches d’images, et entame un processus de sculpture qui peut prendre entre un jour et huit semaines, selon la taille. Elle crée des animaux et des scènes florales décoratives – ses outils et ses techniques trahissent des traits de gravure sur bois, tout en étant nettement sculpturaux, proches des œuvres en laque asiatiques. Pour les surfaces, Hannah choisit diverses formes, grandes et petites, allant des panneaux traditionnels ronds ou rectangulaires à des objets non conventionnels tels que de véritables planches à roulettes.

La faune et la nature occupent une place centrale dans son travail. Hannah joue souvent sur l’aspect oriental avec des motifs asiatiques : des fleurs comme les pivoines et les chrysanthèmes, et des oiseaux comme les paons. Mais des rendus plus réalistes apparaissent également dans ses œuvres, notamment des kiwis, corbeaux et autres oiseaux, des zèbres, des éléphants, des chevaux, des buffles et des lions.

(Avec l’aimable autorisation d’Hannah Jensen)
(Avec l’aimable autorisation d’Hannah Jensen)

Hannah a découvert par hasard cette méthode hybride unique de peinture et de gravure sur bois au cours de sa deuxième année d’études à l’université technologique d’Auckland, en 2003 et n’a jamais regretté son choix. Aujourd’hui, 18 ans plus tard, l’artiste a créé des centaines de sculptures pour des clients du monde entier, ainsi qu’une multitude de pièces personnelles.

« Mes idées viennent de mon âme. Il y a un récit que je veux partager, une idée qui persiste, qui marine et qui, avec le temps, mûrit pour devenir quelque chose que je dois sculpter. Une idée qui m’est propre peut rester avec moi pendant des années jusqu’à ce que je lui donne finalement vie », a-t-elle déclaré à Epoch Times. « Je m’abandonne à chaque pièce, puis, lorsque j’ai finalisé la vision dans ma tête, je suis à fond sur les couleurs et la taille et je commence par commander la peinture de la planche, à faire des couches, à dessiner l’œuvre, puis à la sculpter, avant de la retravailler en créant plus de profondeur à l’aide de peinture en techniques mixtes. »

Comme beaucoup d’artistes qui expérimentent de nouvelles méthodes de travail, le doute de soi jette parfois une ombre sur sa vision. Hannah a son approche pour faire face à l’incertitude.

« Avoir confiance en soi est un bon point de départ », a-t-elle déclaré. « La question par laquelle je commence chaque sculpture est la suivante : Comment vais-je créer ces textures avec ce seul petit outil ? Je choisis de n’utiliser qu’un seul outil et c’est le merveilleux défi que je dois relever chaque fois que je commence une nouvelle sculpture. Évidemment, avec le temps, j’ai créé un style, mais j’aime garder les choses fraîches et intéressantes, en repoussant toujours ce que je sais. »

(Avec l’aimable autorisation d’Hannah Jensen)
(Avec l’aimable autorisation d’Hannah Jensen)

La dernière exposition solo d’Hannah, en 2018, présentait certaines de ses œuvres préférées, notamment d’énormes sculptures détaillées de grands animaux tels qu’un grand koudou, un léopard, un éléphant et un petit troupeau de chevaux de Camargue.

À l’avenir, l’artiste espère explorer davantage la vie sauvage pour faire avancer la cause de la préservation animale.

« J’adore les animaux et je voulais créer une plus grande connexion entre l’animal et le spectateur pour encourager une plus grande prise de conscience de leur présence et de leur besoin sur cette Terre », a-t-elle déclaré. « Je veux créer des œuvres d’art qui racontent une histoire et qui permettent de parler de la préservation des animaux. Pas seulement leur beauté, mais pourquoi, comme pour le rhinocéros et la baleine, nous continuons à tuer des animaux aussi magnifiques, sachant le résultat dévastateur de leur déclin. »

Voici d’autres œuvres de Hannah Jensen :

(Avec l’aimable autorisation d’Hannah Jensen)
(Avec l’aimable autorisation d’Hannah Jensen)
(Avec l’aimable autorisation d’Hannah Jensen)
(Avec l’aimable autorisation d’Hannah Jensen)
(Avec l’aimable autorisation d’Hannah Jensen)
(Avec l’aimable autorisation d’Hannah Jensen)
(Avec l’aimable autorisation d’Hannah Jensen)

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ