Une bande de chiens se retrouve à l’hôpital pour attendre leur maître sans-abri qui est traité à l’intérieur de l’hôpital

Il y a un sans-abri à Rio do Sul, dans le sud du Brésil, qui sacrifie souvent sa propre nourriture pour nourrir les chiens errants qui l’entourent. Au moment où il a soudainement eu besoin d’un traitement d’urgence, sa gentillesse lui est revenue comme un boomerang, car les fidèles chiens qu’il nourrissait se sont assurés qu’il n’était pas seul au moment où il en avait besoin.

L’incroyable loyauté des chiens errants a été attestée par l’infirmière Cris Mamprim et ses collègues peu après que l’homme sans-abri, connu sous le nom de César, soit arrivé à l’urgence de l’hôpital régional Alto Vale à Rio do Sul, au Brésil, le 9 décembre 2018, vers 3 heures du matin, pour chercher un traitement et un médicament pour un problème de santé préexistant auquel il était en proie.

C’était la première fois que César se rendait à l’hôpital régional Alto Vale pour se faire soigner, car il se rend normalement dans un autre centre de santé en ville. Ainsi, Cris Mamprim et ses collègues n’avaient aucune idée de la condition de César, ni de son passé.

Mais en peu de temps, ils se sont rendu compte qu’il était accompagné d’une bande de chiens.

Quatre vagabonds inquiets s’étaient présentés à l’entrée de l’hôpital et attendaient César.

Ils se souciaient surtout de leur maître sans-abri, dont les infirmières ont vite appris qu’il renonçait depuis un certain temps à ses propres repas pour nourrir ces vagabonds.

Cris Mamprim a pris une photo de la scène touchante et l’a ensuite publiée sur Facebook, en portugais : « Je suis tombée sur cette scène aujourd’hui. À l’hôpital où je travaille, à 3 heures du matin, pendant que leur propriétaire (qui vit dans la rue) était soigné, ses compagnons attendaient à la porte. »

« Une personne simple, sans artifices, qui dépend de l’aide extérieure pour vaincre la faim, le froid, la douleur, les maux du monde, a à ses côtés les meilleurs compagnons et l’échange est réciproque. »

Photo: Avec l’aimable autorisation de Cris Mamprim

« Un échange d’amour, d’affection, de chaleur, de compréhension. Une personne qui nous a avoué qu’elle se privait de manger pour les nourrir », poursuit Cris Mamprim, qui, s’adressant au Dodo, a dit : « Il s’occupe bien d’eux et ils sont tout potelés. »

Les chiens fidèles attendaient avec impatience le retour de César. Heureusement, les animaux ont retrouvé leur propriétaire en un rien de temps.

Photo: Avec l’aimable autorisation de Cris Mamprim

Ne voulant pas séparer César et ses compagnons, le personnel a laissé entrer les chiens après avoir donné au sans-abri les médicaments dont il avait besoin. Ils ont même offert de la nourriture à César.

« Croyez-moi, il en a mangé une partie et en a gardé un peu pour en donner aux chiens plus tard », se souvient Cris Mamprim.

Photo: Avec l’aimable autorisation de Cris Mamprim

Une heure plus tard, César quittait l’hôpital avec les quatre chiens à la traîne qui remuaient joyeusement la queue.

« Je ne sais pas à quoi ressemble sa vie, ni pourquoi il est dans la rue, mais j’admire le respect et l’amour qu’il a pour ses petits animaux », conclut Cris Mamprim. « Les voir ainsi, l’attendre à la porte, montre à quel point ils sont bien soignés et aimés. Oh si tout le monde était comme ça… s’il n’y avait pas de mal ni de mauvais traitements. »

Le post de Cris Mamprim a touché le cœur de beaucoup, suscitant plus de 160 000 mentions j’aime et partages et plus de 23 000 commentaires.

« C’est la plus belle chose ! », a écrit un utilisateur.

Un autre a dit : « Merci de prendre soin d’eux. »

Même si César a peu de biens matériels et n’a probablement pas de famille vers qui se tourner, il n’est jamais seul parce qu’il a un cœur chaleureux et aimant.

 
VOIR AUSSI