Chapitre 2. Les débuts du communisme en Europe

Epoch Times publie, sous forme de série, un nouvel ouvrage, Comment le spectre du communisme dirige le monde, traduit du chinois et écrit par les auteurs des Neuf Commentaires sur le Parti communiste.

Table des matières

1. Les écrits satanistes de Marx

2. Contexte historique du marxisme

3. La Révolution française

4. Les débuts du communisme à Paris

5. L’Europe d’abord, le monde ensuite

Références

 

Introduction

De nombreuses prophéties des religions orthodoxes se sont réalisées, tout comme les prédictions de Nostradamus et les prophéties propres à chaque culture, comme au Pérou ou en Corée. L’histoire chinoise, de la dynastie des Han à celle des Ming, présente des textes prophétiques d’une grande exactitude. [1]

Ces prophéties nous révèlent une vérité essentielle : l’histoire n’est pas une simple suite de coïncidences, mais bel et bien le théâtre d’une succession d’événements majeurs déjà préétablis. À la fin des temps, qui pourra aussi annoncer l’avènement d’un nouveau cycle historique, toutes les religions du monde n’attendront qu’une seule chose : la venue du Créateur dans le monde humain.

Toute pièce de théâtre a aussi son moment de révélation. Quand bien même le diable a tout arrangé pour détruire l’humanité, le Créateur tout-puissant a Ses voies pour réveiller les peuples de la planète, les aider à échapper à la servitude du diable, et leur offrir le salut. Notre époque, dernière étape avant l’apparition du Créateur, est le moment de la bataille ultime entre le bien et le mal.

Les religions orthodoxes partout sur terre ont prévenu, qu’au temps du retour du Créateur, le monde pullulerait de démons, d’abominations, et d’événements inquiétants car l’humanité aura perdu sa rigueur morale. C’est exactement la situation dans laquelle se trouve le monde aujourd’hui.

L’état de dégénérescence auquel le monde fait face aujourd’hui n’est pas arrivé du jour au lendemain. Il a commencé à s’installer il y a plusieurs centaines d’années avec la montée en puissance de l’athéisme et avec la généralisation du mensonge. C’est Karl Marx qui a créé l’idéologie à même d’articuler toutes les permutations du mensonge, et c’est Vladimir Lénine qui a mis la théorie en pratique en recourant à la violence.

Marx cependant n’était pas athée : il était sataniste et il est devenu le démon dont la mission était d’empêcher l’homme de reconnaître son Créateur à la fin des temps.

1. Les écrits satanistes de Marx

Karl Marx a publié de nombreux livres dans sa vie, dont les plus connus sont Le Manifeste du Parti communiste de 1848 et les trois volumes du livre Le Capital, publiés entre 1867 et 1894. Ces ouvrages sont la base théorique du mouvement communiste.

Ce qui est moins connu de Marx, c’est que sa vie l’a amené à donner son âme au diable pour lequel il est devenu un émissaire dans le monde humain.

Dans sa jeunesse, Marx était un chrétien fervent. Il croyait en Dieu de façon enthousiaste puis s’est trouvé radicalement transformé par le démon.

Dans un poème de jeunesse, Invocation d’une âme en désespoir, Marx témoigne de son intention de se venger de Dieu :

Ainsi un dieu m’a arraché à mon être entier

Et jeté dans la malédiction et la douleur de la destinée.

Tous ses mondes sont loin de moi à jamais !

Il ne me reste qu’à me venger !

 

Ma vengeance se retournera fièrement contre moi,

Et contre cet être, ce Seigneur sur son trône,

Je tirerai ma force de tout ce qui est faible chez moi,

Et je laisserai la meilleure partie de moi sans récompense !

 

Je me construirai un trône dans les hauteurs,

Son sommet sera froid et impérieux,

En guise de rempart – la terreur de la superstition,

En guise de maréchal – l’agonie la plus sombre.[2]

 

Dans une lettre qu’il écrit à son père, Marx décrit les changements qui s’opèrent en lui : « Un rideau est tombé, mon saint le plus sacré a été arraché, et de nouveaux dieux doivent y prendre place… une véritable agitation s’est emparée de moi et je ne parviendrai pas à calmer les esprits excités tant que je ne serai pas en ta présence. » [3]

Dans son poème La Vierge pâle, Marx écrit :

Ainsi j’ai renoncé au Paradis, je le sais fort bien.

Mon âme, autrefois dévouée à Dieu, est destinée à l’enfer. [4]

 

La famille de Marx se rendit rapidement compte de ce changement. Le 2 mars 1837, son père lui écrit ces mots : « Ton avancement dans le monde, le cher espoir de voir ton nom un jour connu de tous, et ton confort sur cette terre ne sont pas les seuls désires de mon cœur. Ce sont des illusions que j’entretenais pour toi il y a longtemps, mais je peux t’assurer que leur réalisation ne m’aurait pas rendu heureux. Seulement si ton cœur demeure pur et bat au rythme de l’humanité et seulement si aucun démon n’est en mesure de détourner ton cœur de tes sentiments les meilleurs, alors seulement à ce moment-là je serai heureux. » [5]

L’une des filles de Marx écrit que, quand elle était petite, Marx lui racontait, à elle et ses sœurs, de nombreux contes. Celui qu’elle préférait était l’histoire pleine de rebondissements de Hans Röckle, un sorcier qui, étant toujours à cours d’argent, n’avait d’autre choix que de vendre ses adorables marionnettes au diable. [6]

Ce que Marx a vendu au diable en échange de son succès c’est sa propre âme. Se décrivant dans Le Violoniste, Marx écrit :

Ainsi donc ! je plonge, je plonge sans faillir

Mon sabre noir de sang dans ton âme.

C’est un art que Dieu ni ne veut ni ne pense

Il jaillit sur le cerveau en provenance des ombres noires de l’Enfer.

Jusqu’à ce que le cœur soit soumis et que les sens se libèrent :

Avec Satan j’ai fait un pacte.

Il écrit l’ordre du jour et il bat la mesure pour moi

Moi j’exécute la marche mortelle à toute vitesse et sans retenue. [7]

Dans la biographie Marx, Robert Payne écrit que les histoires que Marx racontait peuvent être considérées comme des allégories de sa propre vie, et qu’il avait l’air de savoir qu’il agissait pour le compte du diable.[8]

L’âme de Marx est devenue maléfique. Dans sa rage contre Dieu, il a rejoint le culte de Satan. Le philosophe et politologue américain Eric Voegelin écrit : « Marx savait qu’il était un dieu qui créait un monde, il ne voulait pas être une créature, il ne voulait pas voir le monde à travers les yeux d’une créature. (…) Il voulait voir le monde du point de vue du coincidentia oppositorum, c’est-à-dire du point de vue de Dieu. » [9]

Dans son poème intitulé Orgueil humain, Marx exprime sa volonté de se couper des divinités et de se mettre au même niveau qu’elles.

« Dédaigneusement je jetterai mon gant

À la face du monde

Et verrai s’effondrer ce géant pygmée

dont la chute n’éteindra pas mon ardeur.

Puis comme un dieu victorieux, j’irai au hasard

Parmi les ruines du monde

Et, donnant à mes paroles puissance d’action,

Je me sentirai l’égal du Créateur. » [10]

Marx s’est rebellé avec virulence contre le divin : « J’ai une telle hâte de me venger de Celui qui gouverne dans le ciel. » « L’idée de Dieu est l’élément clef d’une civilisation pervertie. Elle doit être détruite. » [11]

Peu après la mort de Marx, sa femme de chambre Helene Demuth a dit de lui : « C’était un homme qui craignait Dieu. Alors qu’il était très malade, il priait seul dans sa chambre devant une rangée de bougies, et il s’était noué une espèce de mètre ruban autour du front. » [12]

Cette prière de Marx, comme le savent les spécialistes des religions, n’est pas d’origine chrétienne ou juive, pourtant le vrai Marx n’était pas athée.

Tout au long de l’histoire humaine, de grands sages ont enseigné aux êtres les voies de l’éveil et ont posé les fondements des civilisations planétaires. Jésus-Christ a établi les fondements de la civilisation chrétienne, et la sagesse de Lao Tseu, celle du taoïsme, un des piliers majeurs de la philosophie chinoise. Dans l’Inde ancienne, les enseignements de Shakyamuni ont amené au bouddhisme. La source de leur savoir reste mystérieuse : Jésus était quasiment analphabète. Quant aux autres, alors qu’ils avaient reçu une éducation poussée, ils n’ont obtenu leur compréhension que par la cultivation, et non dans le cadre d’études ordinaires.

Les théories de Marx référencent le travail d’autres intellectuels, quand bien même elles trouvent leur véritable origine dans le spectre maléfique. Il écrit dans son poème Sur Hegel.

Depuis que j’ai trouvé le sommet des choses et leurs profondeurs aussi,

Comme un Dieu je suis grossier, comme un Dieu je suis caché par la nuit. [13]

Par les arrangements du spectre maléfique, Marx est entré dans le monde humain et a établi la secte du communiste pour corrompre la moralité humaine, poussant ainsi les hommes à s’en prendre aux divinités et finalement à se vouer eux-mêmes aux tourments de l’enfer.

2. Contexte historique du marxisme

Pour répandre le marxisme, le spectre maléfique a posé les bases de diverses fondations intellectuelles et sociales qui œuvrent à l’avènement du communisme. Nous allons examiner ces deux composantes qui ont servi de contexte au développement du marxisme.

Les spécialistes estiment que la pensée marxiste a été fortement inspirée par Hegel et Ludwig Feuerbach. Feuerbach a nié l’existence de Dieu très tôt. Il estimait que la religion n’était rien de plus qu’une façon de comprendre « l’infinité de la perception », en d’autres termes, que les gens ont inventé Dieu en amplifiant leurs propres capacités. [14]

La théorie de Feuerbach apporte quelques éléments de compréhension sur l’émergence et la popularisation du communisme. Les avancées en termes de science, de mécanisation, de biens matériels, de médecine et de loisirs, ont donné l’impression que le bonheur était fonction de la richesse matérielle. Par conséquent, toute insatisfaction ne pouvait venir que de limitations d’ordre social. On s’imaginait alors qu’en agissant sur les avancées matérielles et le changement social les gens auraient les moyens de se construire une utopie et se passeraient de Dieu. Cette conception est l’élément principal qui a conduit les gens dans l’erreur et dans la secte du communisme.

Feuerbach n’est pas le premier à rejeter Dieu et le christianisme. Friedrich Strauss a contesté l’authenticité de la Bible ainsi que la divinité de Jésus en 1835, dans son livre La Vie de Jésus. Ce type d’idée peut remonter à l’époque des Lumières, aux XVIIe et XVIIIe siècles ou bien à la Grèce antique. Mais là n’est pas le propos de ce livre.

Bien que le Manifeste du Parti communiste de Marx ait été publié plus d’une décennie avant L’Origine des espèces de Charles Darwin, cette théorie de l’évolution a donné à Marx un terreau scientifique remarquable. Si toutes les espèces sont le résultat d’une « sélection naturelle », et que les êtres humains ne sont que les organismes les plus avancés, alors il n’y a pas de place pour Dieu. Que la théorie de l’évolution soit pleine de contradictions et de failles est un fait reconnu, mais ce ne sera pas non plus l’objet d’étude de ce livre.

En décembre 1860, Marx dans un courrier à son associé Friedrich Engels, ne tarit pas d’éloges sur L’Origine des Espèces, affirmant : « Ce livre (…) contient les fondations d’histoire naturelle qui soutiennent ton point de vue [le matérialisme historique] ». [15]

Dans une lettre qu’il envoie au philosophe socialiste Ferdinand Lassalle en janvier 1862, Marx dit « le livre de Darwin est d’une grande importance et me sert de base scientifique en histoire naturelle pour la théorie de la lutte des classes en histoire ». [16]

La théorie de l’évolution dans le domaine des sciences naturelles et le matérialisme dans le domaine de la philosophie ont été de puissants appuis pour Marx pour tromper et convaincre les gens.

La société a connu des changements profonds à l’époque de Marx. En 1769, les machines à vapeur améliorées par Watts ont signalé le début de la première Révolution industrielle, remplaçant l’artisanat des petites communautés par la production intensive. L’avancée technique dans le domaine de l’agriculture, en enlevant de la charge de travail aux paysans, les a poussés à aller dans les villes et à peiner laborieusement dans les usines. Le libre-échange a permis d’innover dans les ventes et le marketing.

L’industrialisation amène immanquablement les villes à grandir, et les flots de population à s’intensifier, mais aussi les flots d’information et d’idées nouvelles. Dans les villes, les gens ne sont pas reliés les uns aux autres comme dans les campagnes. Dans une ville, même un marginal peut écrire des livres. À la suite de son exil hors d’Allemagne, Marx s’installe en France, en Belgique, puis en Angleterre, dans le monde dickensien des bas-fonds de Londres.

La deuxième Révolution industrielle a débuté assez tard dans la vie de Marx, avec l’électrification, les moteurs à combustion interne et le développement de la chimie. L’invention du télégraphe puis du téléphone ont révolutionné les modes de communication.

À chaque nouveau changement, la société était chamboulée et les gens cherchaient désespérément à s’adapter aux nouvelles réalités technologiques. Beaucoup ne parvenaient pas à suivre, et la société a été polarisée entre ceux qui avaient des ressources et ceux qui n’avaient rien, ou bien des crises économiques ont éclaté. Ce climat instable a créé les conditions idéales pour faire connaître aux gens les idées que Marx développe sur les normes sociales et les traditions, dénoncées comme des oppressions héritées du passé qu’il faut détruire. Conjointement, à mesure que la technologie rendait la transformation de la nature possible à une vaste échelle, l’arrogance de l’homme prenait de l’ampleur.

Plutôt que de considérer le marxisme comme le résultat de soulèvements sociaux qu’accompagne un courant intellectuel, il faut plutôt voir dans ces facteurs la main du diable pour déstabiliser l’humanité et pour répandre le marxisme parmi les hommes.

3. La Révolution française

L’impact de la Révolution française de 1789 a été colossal et a eu des effets à très long terme. Elle a détruit la monarchie, renversé l’ordre social traditionnel et a introduit un système de gouvernement mafieux.

Friedrich Engels a dit : « Une révolution est très certainement ce qu’il y a de plus autoritaire. C’est l’acte par lequel une partie de la population impose sa volonté à l’autre à coups de fusil, de baïonnette et de canon, de moyens autoritaires s’il en est. Et la partie victorieuse ne veut pas avoir combattu pour rien et doit donc maintenir le nouvel ordre au moyen de la terreur que ses armes inspirent chez les réactionnaires. » [17]

Le club des Jacobins qui a pris le pouvoir à la suite des émeutes avait bien compris cela. Après avoir envoyé Louis XVI à la guillotine, le règne de la Terreur, de Maximilien Robespierre, le chef de file des Jacobins, a mené à l’exécution de 70 000 personnes, dont la plupart étaient de parfaits innocents. Cette épitaphe posthume a été imaginée par un anonyme :

Passant, ne n’apitoie pas sur mon sort

Moi vivant, tu serais mort… [18]

Les trois règles de terreur politique, terreur économique, et terreur religieuse, implémentées par le Club de Jacobins pendant la Révolution française, sont comme le prélude de la tyrannie du Parti communiste.

En précurseur des assassinats politiques sous Lénine et Staline, les révolutionnaires français ont créé un tribunal révolutionnaire et ils ont monté des guillotines dans les rues de Paris et ailleurs. Un comité révolutionnaire décidait de la culpabilité d’un prisonnier ; quant aux agents spéciaux de la Convention nationale, ils avaient autorité sur les corps militaires et administratifs. Les « sans-culottes », ou prolétariat, étaient montré en exemple comme la classe sociale la plus révolutionnaire.

Avec la loi du 22 Prairial, votée le 10 juin 1794, les conseils de prêtrise et les conseils de défense sont interdits et toute condamnation doit déboucher sur un verdict de peine de mort. Les rumeurs, les déductions, et les jugements d’ordre personnel remplacent les preuves et deviennent recevables pour l’obtention du verdict. La promulgation d’une telle loi a donné les coudées larges au règne de la Terreur, avec une estimation de 300 000 à 500 000 personnes emprisonnées car considérées comme suspectes. [19]

De la même façon, la terreur économique des Jacobins sonne comme la préface du « communisme de guerre » que Lénine mettra en place en Russie. Une loi du 26 juillet 1793 interdit aux gens de constituer des fonds financiers sous peine de mort. [20]

L’un des plus farouches adversaires des révolutionnaires français était la foi catholique. Durant la Terreur, Jean-Louis David et ses soutiens ont établi une forme d’athéisme qui tirait son inspiration des Lumières, qu’ils ont appelé le culte de la raison, et qui devait remplacer le catholicisme. [21]

Le 5 octobre 1793, la Convention nationale abolit le calendrier chrétien au profit du calendrier républicain. Le 10 novembre, Notre-Dame de Paris change de nom et devient le Temple de la Raison, une actrice porte un costume de déesse de la Raison et est érigée en objet de culte pour les masses. Le culte de la Raison devient rapidement obligatoire dans tout Paris. En l’espace d’une semaine, seulement trois églises chrétiennes sont encore en service.

La terreur religieuse se déverse dans les rues de la capitale. Les prêtres sont arrêtés en masse et certains seront exécutés. [22]

La Révolution française a non seulement servi de modèle pour le régime soviétique mais elle a aussi étroitement contribué au développement du marxisme.

François-Noël Babeuf, un utopiste socialiste qui a vécu à l’époque de la Révolution française et qui sera exécuté pour son implication dans la conjuration des Égaux, prônait l’abolition de la propriété privée. Pour Marx, Babeuf était le tout premier communiste révolutionnaire.

La France a été fortement influencée par les idéologies socialistes au XIXe siècle. La Ligue des Hors-la-loi, qui considérait Babeuf comme son fondateur spirituel, a connu son essor à Paris. Wilhelm Weitling, un tailleur allemand, a rejoint les Hors-la-loi en 1835. Sous sa direction, la société secrète est rebaptisée la Ligue des Justes.

Lors de l’une de leurs réunions en juin 1847, la Ligue des Justes s’est fondue avec le Comité de Correspondance Communiste de Marx et Engels en une nouvelle entité, dirigée par Marx et Engels eux-mêmes, la Ligue communiste. Et c’est en février 1848 qu’ils publieront le texte fondateur du mouvement communiste international, le Manifeste du Parti communiste.

La Révolution française n’aura été que le début d’une longue période d’agitation qui, dès la fin de l’ère napoléonienne, a ébranlé l’Europe sous la forme de révolutions et d’insurrections en Espagne, en Grèce, au Portugal, en Allemagne, dans diverses régions de l’Italie, de la Belgique et de la Pologne. En 1848, les révolutions et les guerres étant partout en Europe, elles constituaient ainsi un environnement optimal pour la propagation du communisme.

En 1864, Marx participe à la création de l’Association Internationale des Travailleurs, également connue sous le nom de Première Internationale, et qui fait de lui le leader spirituel du mouvement international des travailleurs.

En tant que chef de file de la Première Internationale, Marx a œuvré à la création d’un noyau dur de révolutionnaires toujours prêts à obéir, afin qu’ils rallient les travailleurs à leur cause insurrectionnelle. C’est à cette même époque qu’il décidera de bannir de l’association ceux qui sont en désaccord avec lui. Mikhail Bakounine, le premier marxiste russe d’importance, parvint à amener beaucoup de gens vers le mouvement communiste. Pourtant, Marx l’accusera d’être un agent tsariste et il sera exclu de la Première Internationale. [23]

En 1871, la branche française de la Première Internationale lance sa première révolution communiste : la Commune de Paris.

4. Les débuts du communisme à Paris

La Commune de Paris a été établie à la suite de la défaite des Français dans la guerre franco-prussienne de 1870. Malgré la reddition de l’empereur Napoléon III, l’armée prussienne fait le siège de Paris avant de se retirer par la suite. L’humiliation de la reddition, combinée à une agitation de longue date chez les travailleurs français, déclenche un soulèvement général dans Paris, et la toute nouvelle IIIe République se retire à Versailles, laissant ainsi un vide du pouvoir dans la capitale.

En mars 1871, la Commune de Paris lance une rébellion armée constituée de gangsters et de hors-la-loi venant des échelons les plus bas de la société, sous la direction d’activistes socialistes, communistes, anarchistes, etc. Le mouvement était affilié à la Première Internationale et en a été fortement influencé. Son but était de se servir du prolétariat comme bras armé de la révolution pour détruire les cultures traditionnelles et transformer la structure politique et économique de toute la société.

La mise en pratique passera par le meurtre et par la destruction à grande échelle de tout un ensemble de reliques raffinées, de monuments et d’œuvres d’art de la capitale française partout où passent les rebelles. Un ouvrier a dit nonchalamment : « À quoi ça me sert qu’il y ait des monuments, des opéras, des cafés concerts si je ne peux pas y aller parce que je n’ai pas l’argent ? » [24]

Un témoin des scènes de destruction dit : « C’était amère, impitoyable et cruel ; et c’est, à n’en pas douter, le triste héritage de la Révolution sanglante de 1789 ».

Un autre témoin a décrit la scène comme étant « une révolution de sang et de violence » et « le pire [acte] criminel que le monde ait jamais vu ». Les rebelles étaient « des fous furieux, ivres de vin et de sang », et les meneurs étaient « des sans foi ni loi, (…) le rebut de la France. » [25]

La lutte entre les défenseurs de la tradition et les anti-tradition qui a trouvé ses racines dans la Révolution française était toujours d’actualité huit décennies plus tard. Le président honoraire de la Commune de Paris a dit : « Deux principes se partagent la France, celui de la légitimité et celui de la souveraineté populaire. (…) Le principe de la souveraineté populaire rassemble tous les hommes du futur, les masses qui lassées d’être exploitées, cherchent à se défaire du carcan qui les oppresse. » [26]

Les idées haineuses de Henri de Saint-Simon, un utopiste socialiste qui considérait le bien-être d’un pays en fonction de son nombre de travailleurs, ont une part de responsabilité dans l’extrémisme de la Commune. Il était pour la mort des riches, qu’ils décrivaient comme des parasites.

Dans son livre La Guerre civile en France, Marx décrit la Commune sous l’aspect d’un État communiste : « Une antithèse directe à l’Empire fut la Commune. Le cri de « république sociale » du prolétariat parisien avec lequel la Révolution de Février a débuté, n’a pas fait qu’exprimer une vague aspiration à une république appelée à se substituer au pouvoir de classe de type monarchique, il est ce pouvoir de classe. La Commune a été la forme positive de cette république. » Mais aussi, « la Commune avait l’intention d’abolir la propriété de classe qui fait du travail du grand nombre la richesse du petit nombre. » [27]

La Commune de Paris présente toutes les caractéristiques de la révolution communiste. La colonne Vendôme qui commémore Napoléon, a été détruite, les églises ont été pillées, le clergé massacré, et les enseignements religieux bannis des écoles. Les rebelles affublaient les statues de saints de vêtements contemporains et ils leur mettaient des pipes à la bouche.

Les femmes ont participé à cette sauvagerie avec un enthousiasme qui parfois surpassait celui des hommes. Un Chinois, Zhang Deyi en voyage à Paris à cette époque, raconte : « Les rebelles n’avaient pas que des hommes dans leurs rangs ; les femmes aussi se joignaient à ce carnage (…). Elles prenaient leurs quartiers dans des immeubles bourgeois et se goinfraient de mets délicats. Mais leur plaisir était de courte durée car elles semblaient inconscientes de ce qui les attendait. Lorsque la défaite est devenue évidente, elles ont pillé et mis le feu aux immeubles. Des trésors inestimables ont été réduits en cendres. Des centaines de rebelles femmes ont été arrêtées et ont reconnu que c’étaient souvent les femmes elles-mêmes qui étaient responsables des incendies. » [28]

La folie violente qui a accompagné la chute de la Commune de Paris n’est pas surprenante. Le 23 mai 1871, peu de temps avant que la dernière ligne de défense ne tombe, le gouvernement de la Commune ordonne que l’on brûle le Palais du Luxembourg (le siège du Sénat), les Tuileries et le Louvre. L’Opéra de Paris, la mairie, le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Justice, le Palais Royal et les restaurants luxueux, ainsi que les immeubles de standing sur le bord des Champs-Élysées ont également été détruits plutôt que de les laisser aux mains du gouvernement.

À 17 heures, les Communards ont apporté goudron, asphalte et térébenthine et ont mis le feu à différents endroits de Paris. Le magnifique Palais des Tuileries a été entièrement détruit par les flammes. Par chance, les tentatives de mettre le feu au Louvre ont échoué grâce à l’arrivée des troupes de Thiers qui ont parvenu à maîtriser les flammes. [29]

Marx ressent le besoin de remodeler sa théorie à la suite de la Commune de Paris. La seule modification qu’il fait au Manifeste est de dire que la classe ouvrière doit mettre à terre et détruire les appareils d’État, et pas seulement en prendre le contrôle.

5. L’Europe d’abord, le monde ensuite

Cette mise à jour du Manifeste du Parti communiste par Marx lui-même rend le communisme encore plus destructif par nature, et lui confère une plus grande influence. En 1889, soit six ans après la mort de Marx, treize ans après la dissolution de la Première Internationale, et un siècle après la Révolution française, le Congrès International des Travailleurs reprend vie. Les marxistes se réunissent en un nouveau congrès, pour devenir ce que les historiens appellent la Seconde Internationale.

Guidé par le communisme, et avec des slogans tels que « libérer l’humanité », ou « abolir les classes sociales », le mouvement des travailleurs européens s’implante rapidement. Lénine dira : « Les services rendus par Marx et Engels à la classe ouvrière peuvent être explicités en peu de mots : ils ont appris à la classe ouvrière à se connaître elle-même, à être consciente d’elle-même et à substituer la science aux rêveries. » [30]

Le diable recourt aux mensonges et à l’endoctrinement pour infester les mouvements populaires d’idéaux communistes. De plus en plus de gens commencent à valider cette idéologie. En 1914, il n’y a pas loin de trente organisations socialistes au niveau local et planétaire, et d’innombrables syndicats et coopératives. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, on recense plus de 10 millions de syndiqués et plus de 7 millions de personnes affiliées à des coopératives.

Dans son livre Comment changer le monde : Réflexions sur Marx et le marxisme, Éric Hobsbawm écrit : « Dans ces pays européens, quasiment toute pensée sociale, qu’elle soit d’ordre politique comme le mouvement socialiste ou le mouvement des Travailleurs, ou qu’elle ne soit pas d’ordre politique, est ostensiblement influencée par Marx. » [31]

À la même époque, le communisme commence à s’étendre à la Russie et à l’Est via l’Europe. De 1886 à 1890, Lénine étudie attentivement Le Capital, après qu’il a traduit le Manifeste du Parti communiste en russe. Il est emprisonné puis exilé. Au début de la Première Guerre mondiale, il vit en Europe de l’ouest.

La Première Guerre mondiale permet au communisme de triompher en Russie. Au moment de la Révolution de Février 1917 qui renversera le Tsar Nicolas II, Lénine se trouvait en Suisse. Un an plus tard, de retour en Russie, il s’emparait du pouvoir avec la Révolution d’Octobre.

La Russie était une nation aux traditions anciennes, avec une population nombreuse et d’abondantes ressources naturelles. La mise en place du régime soviétique dans le pays le plus vaste du monde aura été un facteur de développement pour le mouvement communiste planétaire.

Tout comme la Première Guerre mondiale a aidé à la montée en puissance des communistes russes, la Deuxième Guerre mondiale a permis au mouvement communiste de s’étendre en Eurasie et d’engloutir la Chine.

Joseph Staline dira : « Cette guerre n’est pas comme les guerres du passé ; quiconque occupe un pays lui impose aussi son système social ». Au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, l’Union Soviétique devient une superpuissance dotée de l’arme nucléaire et se lance dans la manipulation des affaires mondiales pour promouvoir le communisme dans le monde. [32]

Winston Churchill dira : « Une ombre est tombée sur les scènes qui avaient été si clairement illuminées récemment par la victoire des Alliés. Personne ne sait ce que la Russie soviétique et son organisation communiste internationale ont l’intention de faire dans l’avenir immédiat, ni où sont les limites – s’il en existe – de leurs tendances expansionnistes et de leur prosélytisme. [33]

Au cours de la guerre froide, le monde libre s’est engagé dans un combat féroce contre le camp communiste aux quatre coins du monde. De façon similaire au symbole du Taiji taoïste, une moitié est du communisme « froid » et l’autre moitié du communisme « chaud ». Les nations du monde libre, sous la forme de démocraties, sont lentement devenues socialistes dans le fond.

Lire le chapitre 3.

Références

[1] “A Magnificent Time — These Days in Prophecy,” http://www.pureinsight.org/node/1089

[2] Richard Wurmbrand, Marx & Satan (Westchester, Illinois: Crossway Books, 1986).

[3] Karl Marx, “Letter From Marx to His Father in Trier,” The First writings of Karl Marx (Marxists Internet Archive).

[4] Karl Marx, Early Works of Karl Marx: Book of Verse (Marxists Internet Archive).

[5] Wurmbrand, Marx & Satan.

[6] Karl Marx, Early Works of Karl Marx: Book of Verse.

[7] Eric Voegelin, The Collected Works of Eric Voegelin, Vol. 26, History of Political Ideas, Vol. 8, Crisis and the Apocalypse of Man (Baton Rouge: Louisiana State University Press, 1989).

[8] Karl Marx, Early Works of Karl Marx: Book of Verse.

[9] Robert Payne, Marx (New York: Simon and Schuster, 1968).

[10] Eric Voegelin, The Collected Works of Eric Voegelin, Vol. 26, History of Political Ideas, Vol. 8, Crisis and the Apocalypse of Man (Baton Rouge: Louisiana State University Press, 1989).

[11] Wurmbrand, Marx & Satan.

[12] Karl Marx, Early Works of Karl Marx: Book of Verse.

[13] Wurmbrand, Marx & Satan.

[14] Ibid.

[15] Karl Marx, Early Works of Karl Marx: Book of Verse.

[16] Ludwig Feuerbach, The Essence of Christianity (1841).

[17] I. Bernard Cohen, Revolution in Science (The Belknap Press of Harvard University Press).

[18] Ibid.

[19] Friedrich Engels, “On Authority,” Marx-Engels Reader (W. W. Norton and Co.).

[20] Anonymous, “Robespierre’s Epitaph.” (https://www.rc.umd.edu/editions/warpoetry/1796/1796_2.html)

[21] The New Cambridge Modern History, Vol. IX (Cambridge: Cambridge University Press, 1965), 280–281.

[22] Miguel A. Faria Jr., The Economic Terror of the French Revolution, Hacienda Publishing.

[23] Gregory Fremont-Barnes, Encyclopedia of the Age of Political Revolutions and New Ideologies, 1760–1815 (Greenwood, 2007).

[24] William Henley Jervis, The Gallican Church and the Revolution (Kegan Paul, Trench, & Co.).

[25] W. Cleon Skousen, The Naked Communist (Izzard Ink Publishing).

[26] John M. Merriman, Massacre: The Life and Death of the Paris Commune (Basic Books).

[27] Ibid.

[28] Louis Auguste Blanqui, “Speech Before the Society of the Friends of the People,” Selected Works of Louis-Auguste Blanqui.

[29] Karl Marx, The Civil War in France (Marxists Internet Archive).

[30] Zhang Deyi, The Third Diary of Chinese Diplomat Zhang Deyi (上海古籍出版社 [Shanghai guji chubanshe]).

[31] Merriman, Massacre: The Life and Death of the Paris Commune.

[32] Vladimir Ilyich Lenin, “Frederick Engels,” Lenin Collected Works.

[33] Eric Hobsbawm, How to Change the World: Reflections on Marx and Marxism (New Haven & London: Yale University, 2011).

[34] Milovan Djilas, Conversations with Stalin. (https://www.amindatplay.eu/2008/04/24/conversations-with-stalin/ )

[35] Winston Churchill, “The Sinews of Peace,” a speech (BBC Archive).

 

 
VOIR AUSSI