Chili: plusieurs dirigeants saluent la victoire du candidat de gauche Gabriel Boric

Par Epoch Times avec AFP
20 décembre 2021 05:46 Mis à jour: 20 décembre 2021 12:19

L’Union européenne et plusieurs dirigeants latino-américains ont salué dimanche la victoire du jeune candidat de gauche Gabriel Boric sur son adversaire d’extrême droite José Antonio Kast au second tour de l’élection présidentielle au Chili.

« L’UE félicite @gabrielboric pour son élection en tant que futur président du #Chili. Nous espérons pouvoir renforcer davantage nos relations avec le futur gouvernement du Chili. Nous sommes des partenaires et ensemble nous sommes plus forts », a déclaré Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne.

Gabriel Boric, 35 ans, a aussi été félicité par plusieurs figures de gauche en Amérique latine qui se sont réjouies de la victoire de la coalition progressiste Apruebo Dignidad, qui comprend notamment le Parti communiste, avec 55,86 % des voix, soit 11 points d’avance sur son rival Jose Antonio Kast, un nostalgique de la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990).

« Victoire populaire historique »

Le président cubain Miguel Diaz-Canel a félicité Gabriel Boric sur son compte Twitter pour sa « victoire populaire historique » et a réaffirmé sa volonté de développer les relations bilatérales avec le nouveau gouvernement qui remplacera celui du président de centre-droit Sebastián Piñera.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a quant a lui salué « le peuple de (l’ex-président socialiste) Salvador Allende et (le chanteur et militant socialiste assassiné par la dictature d’Augusto Pinochet) Victor Jara pour leur victoire retentissante sur le fascisme ». 

Le président du Nicaragua Daniel Ortega et son épouse, la vice-présidente Rosario Murillo, ont salué dans un communiqué « son triomphe historique, obtenu avec le courageux peuple chilien, inspirés par l’héritage toujours présent du président de la Dignité, Salvador Allende », renversé par le général Pinochet le 11 septembre 1973 et qui s’est suicidé le même jour.

« Travailler ensemble »

Le président argentin Alberto Fernandez, péroniste de gauche, a demandé à Gabriel Boric de « travailler ensemble (…) pour mettre fin aux inégalités en Amérique latine » sur Twitter. Il l’a ensuite appelé au téléphone pendant 10 minutes et l’a invité en Argentine pour y faire son premier déplacement international.

« La victoire que tu as remportée est celle du peuple chilien et elle est partagée par les peuples latino-américains qui veulent vivre dans la liberté, la paix, la justice et la dignité ! », a déclaré le président de gauche du Pérou, Pedro Castillo, sur Twitter.

L’ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva (Parti des travailleurs, gauche), favori des sondages pour la présidentielle de 2022, s’est dit « heureux de cette nouvelle victoire d’un candidat démocratique et progressiste dans notre Amérique latine ».

« Excellente nouvelle du Chili ! », a déclaré le ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard, sur Twitter.

« Nous sommes des pays frères »

Mais la victoire de M. Boric a aussi été saluée par des présidents de droite et de centre-droit dans la région, comme le Colombien Ivan Duque, l’Equatorien Guillermo Lasso ou l’Uruguayen Luis Lacalle Pou.

Le président colombien Ivan Duque a écrit vouloir « continuer à travailler ensemble pour renforcer la relation bilatérale historique et fraternelle qui nous unit » sur son compte Twitter. « Nous sommes des pays frères », a-t-il rappelé à Gabriel Boric.

« Je félicite le président élu du Chili, @gabrielboric et lui souhaite de réussir pour le bien du peuple chilien », a également publié le président uruguayen Luis Lacalle Pou sur Twitter.

Le président équatorien, Guillermo Lasso, a adressé ses « salutations fraternelles au peuple chilien » et a souhaité au futur président chilien « du succès dans sa présidence pour le bien-être de son peuple ».


Rejoignez Epoch Times sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.