Chine: des employés ont très probablement été vaporisés lors de l’explosion d’une usine de produits chimiques

Par Laurent Gey - Epoch Times
27 mars 2019 08:07 Mis à jour: 13 juillet 2019 12:28

Le bilan officiel des victimes de l’explosion massive de la semaine dernière dans une usine chimique de la province chinoise du Jiangsu est remis en question après que le chef des pompiers de la région a suggéré que des individus pris au piège au centre de l’explosion aient pu être vaporisés, selon un rapport publié, le 24 mars, dans le Global Times.

Le décompte établi, lundi le 25 mars, de sources officielles, se porte à 78 morts et 13 grièvement blessés dans l’explosion. Plus de 600 autres victimes ont été blessées et 28 sont portées disparus.

L’explosion s’est produite, le 21 mars, dans une usine de pesticides du parc industriel de Chenjiagang dans la ville de Yancheng, province du Jiangsu, sur la côte est de la Chine. La déflagration a créé un cratère et endommagé les bâtiments avoisinants, alors que les vitres de bâtiments situés à une distance de 6,5 km ont volé en éclats par la force de l’explosion.

Selon les médias d’État, 566 personnes sont traitées dans les hôpitaux locaux. Une personne préférant l’anonymat a avoué à l’édition chinoise d’Epoch Times que les hôpitaux locaux étaient remplis de personnes à la recherche d’êtres chers disparus.

Les images de la catastrophe, incluant l’explosion, captées par les résidents locaux et rapidement diffusées sur les médias sociaux, ont soulevé un tollé, alimentant la colère au sujet des dangers pour la sécurité et des catastrophes industrielles dans le pays. La cause de l’explosion fait l’objet d’une enquête.

La censure

Le chef du service d’incendie du Jiangsu, Lu Jun, qui a répondu à l’explosion, a déclaré au Global Times que 11 des 17 bâtiments de la zone avaient été déminés. « Depuis hier soir, certains corps n’ont pas pu être identifiés du tout. Nous devons attendre que le bureau de la sécurité fasse des tests d’ADN », explique Lu Jun.

« Je pense qu’avec une telle force explosive, affectant un rayon de trois kilomètres, je n’exclus pas le fait que les gens au centre de l’explosion aient été vaporisés instantanément. »

L’interview a attiré l’attention du public chinois, les net-citoyens exprimant rapidement leur scepticisme sur les médias sociaux quant au nombre officiel de morts et s’interrogeant sur des questions telles que : « Combien de personnes ont été vaporisées ? » Ces questions et ces doutes ont été rapidement supprimés par les censeurs du régime.

Entre-temps, la couverture locale de l’incident aurait également été censurée, le régime cherchant à contrôler les informations relatives à la catastrophe. Le 23 mars, un journaliste nommé Wang a déclaré à Radio Free Asia (RFA) que le régime chinois avait ordonné à tous les journalistes de quitter le site et avait ordonné aux médias de ne reproduire que les déclarations officielles concernant cet incident.

« Tous nos reporters ont été chassés[du canton]. Nous n’avons d’autres choix que d’utiliser les rapports officiels », a déclaré Wang à RFA. « Le gouvernement local essaie de freiner toute critique publique. Ils ont beaucoup d’expérience dans ce domaine. Vous pouvez comprendre pourquoi ils ne nous ont pas autorisés à faire des rapports en continue. »

Victimes

Un villageois, Lu Peiyu, a déclaré à Red Star News que l’explosion avait brisé ses fenêtres et fait tomber les portes de leurs charnières. D’autres maisons de son village ont été endommagées de la même façon. Un autre homme, du nom de Wang, a déclaré au Beijing News, un journal d’État, que sa maison s’était effondrée à la suite de l’explosion, écrasant sa mère de 66 ans à l’intérieur. Leur domicile était situé à plus de 500 mètres de l’explosion.

M. Wang a dit que son père était chez un voisin à l’époque et qu’il s’est fait casser le nez par les débris qui tombaient. Quand son père est revenu chez eux, il a creusé dans les décombres pour retrouver sa mère. Malheureusement, il était trop tard. Les enfants des écoles voisines ont également été blessés par l’explosion. De nombreux enfants saignaient du nez et des oreilles, selon le journal d’État The Paper. Un jardin d’enfants et une école primaire sont tous deux situés à moins d’un kilomètre de l’usine.

Les locaux se sont également plaints de l’odeur chimique nauséabonde des émanations toxiques après l’explosion.

S’exprimant aux médias d’État, Qianjiang Evening News, Mme Chen, une femme d’affaires exploitant un hôtel à un peu plus d’un kilomètre du lieu de l’explosion, clamait : « Suite [à la pollution de l’air causée par l’explosion], j’ai des malaises au niveau du nez et de la gorge. »

Le propriétaire de l’usine, Tianjiayi Chemical Company – qui produit plus de 30 composés chimiques organiques, dont certains hautement inflammables – a des antécédents de violations de la sécurité au travail. En 2018, les autorités ont infligé une amende et fermé l’usine pendant six mois après avoir constaté 13 infractions à la sécurité, dont le stockage inapproprié de produits chimiques, selon les médias locaux.

Une explosion similaire s’est produite dans un entrepôt de produits chimiques à Tianjin, un port situé non loin de la capitale de Pékin. L’explosion de 2015 a tué plus de 160 personnes, selon les médias d’État.

Version originale

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.