Les Chinois espèrent que le « formidable grand-père Trump » mettra fin au Parti communiste

Les gens dans différents pays occidentaux ont peut-être appelé Donald Trump par beaucoup de noms différents. Cependant, en Chine, un grand nombre de gens l’appellent Chuan Da Ye.

Chuan est la prononciation chinoise de Trump. Da signifie grand ou formidable et Ye signifie grand-père ou, dans un sens plus large, un homme âgé. Donc, Chuan Da Ye pourrait être traduit par « formidable grand-père Trump ».

Pour ceux qui connaissent bien la langue chinoise, les idéogrammes Da Ye ont une connotation d’affirmation, de respect, d’affection, d’autorité, de capacité, etc. Lorsque les gens appellent quelqu’un Da Ye, cela signifie souvent qu’ils sont prêts à suivre cette personne, du moins moralement, qu’ils préféreraient côtoyer cet homme plutôt que s’opposer à lui.

Bien que les médias officiels chinois contrôlés par le Parti communiste aient dépeint les pays occidentaux comme une « force hostile en Occident », de nombreux internautes chinois qui savent comment « surmonter » la grande muraille du pare-feu Internet chinois montrent leur respect envers Donald Trump en l’appelant Chuan Da Ye. Ils aiment sa fermeté, sa personnalité et le fait qu’il est riche et a réussi dans sa vie.

Pouvoir riposter

Un sens plus profond sous-jacent à ce surnom est lié au fait que, aux yeux de nombreux Chinois, le président américain ose riposter au Parti communiste chinois (PCC), qui réprime son propre peuple depuis des décennies.

Comme ils n’ont peut-être pas le courage ou la capacité de s’opposer au PCC, de nombreux internautes chinois sont heureux de voir que Trump le fait.

Par exemple, lorsqu’un scandale de vaccins a éclaté récemment en Chine – quand des centaines de milliers d’enfants ont été victimes des vaccins DTC inefficaces – de nombreux parents chinois en colère ont inondé avec leurs messages les comptes de médias sociaux de l’ambassade américaine à Pékin. Ils ont laissé de nombreux commentaires et ont demandé à l’administration Trump de « mettre fin à ce gouvernement pervers ».

Certains ont même marqué sur les cartes les coordonnées des deux usines qui avaient falsifié les données et vendu des vaccins inefficaces et ont demandé aux États-Unis de détruire ces usines produisant des « armes chimiques » avec des missiles de croisière Tomahawk.

Les gens se souvenaient que la justice n’avait pas suivi le cas du scandale du lait en poudre survenu en Chine en 2008 qui, selon les chiffres officiels, avait rendu malades 300 000 bébés, dont 54 000 avaient été hospitalisés et 6 sont morts.

Un magazine chinois ayant sur sa couverture Donald Trump, le président élu américain, en vente dans un kiosque à Shanghai, le 14 décembre 2016. Le titre de la couverture se lit comme suit : « Les nouveaux héros établissent de nouveaux ordres et le monde change grâce à eux. » (JOHANNES EISELE/AFP/Getty Images)

Les changements politiques

Plusieurs défenseurs de la démocratie, intellectuels et commentateurs chinois ont confié qu’ils pensent que Donald Trump pourrait accomplir plus qu’un Da Ye ordinaire et apporter de vrais changements politiques par des moyens économiques.

Jin Yan, un commentateur chinois, a écrit dans un article que, depuis que Trump est devenu président des États-Unis, le monde a connu des changements jamais vus depuis la guerre froide.

Il pense que Donald Trump a facilement vaincu la stratégie de Hezong (intégration verticale) du PCC avec sa propre stratégie de Lianheng (intégration horizontale).

Hezong et Lianheng sont des stratégies chinoises très connues qui remontent à la période des Royaumes combattants (475-221 av. J.-C.). Pendant ce temps, les petits pays tentaient de former différentes alliances pour riposter ensemble aux grands pays.

Jin Yan pense que, bien que la Chine veuille adopter la stratégie Hezong et former une alliance avec l’Europe pour s’opposer à l’Amérique dans une guerre commerciale, Donald Trump a en quelque sorte inversé les rôles en attaquant le régime chinois et en atteignant une entente avec l’Europe sur des échanges commerciaux basés sur « zéro tarif douanier » et « zéro subvention ».

Selon M. Jin, les pays comme le Japon, l’Australie, le Canada et même la Russie feront de même et deviendront plus proches des États-Unis que de la Chine. Il croit que Donald Trump est un stratège remarquable.

La détermination

Wang Shan, correspondant de langue chinoise à la radio française d’information RFI, pense que les « ennemis » et les « amis » de Donald Trump l’ont tous tout simplement sous-estimé – en particulier sa détermination à ne pas laisser d’autres pays profiter des États-Unis et à mettre fin aux règles du commerce international injustes formées au cours des 30 dernières années. En raison de cette détermination, Trump a fait les choses à sa manière, même en étant condamné par d’autres leaders mondiaux et les médias, a souligné M. Wang.

Wang Shan trouve que le monde a également sous-estimé la capacité de Trump à déclarer une guerre économique au monde entier. Depuis que Donald Trump est devenu président des États-Unis, l’économie américaine a surpassé de nombreuses autres économies et elle est en train de devenir de plus en plus forte. Par conséquent, Donald Trump a suffisamment de « munitions » pour mener une guerre contre les relations commerciales injustes.

D’un autre côté, des pays comme la Chine sont devenus très dépendants des États-Unis, même si, à long terme, ils ont fait du tort à l’Amérique. Si la guerre commerciale s’intensifie, le régime chinois n’aura plus aucun moyen de riposter. Ayant un volume d’importations en provenance des États-Unis beaucoup moins important que le volume d’exportations dans ce pays, le régime chinois ne peut pas répondre d’une façon adéquate aux tarifs douaniers américains.

Une « guerre globale »

Tang Hao, un commentateur chinois, pense que le président américain mène une « guerre globale » contre le PCC.

« La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine n’est pas une guerre commerciale internationale telle qu’elle apparaît à la surface », souligne-t-il. « C’est, en fait, une guerre entre la nature du PCC et l’humanité, une guerre entre les principes universels du monde international et la culture de parti du PCC. C’est aussi une guerre entre la perversité et la droiture qui est menée par les États-Unis, et rejointe par le monde. »

Une capture d’écran des médias sociaux chinois. La légende en chinois se lit comme suit : « Reagan à Trump : ‘Laisse-moi nous débarrasser tout d’abord du Parti communiste de l’Union soviétique ; à l’avenir, tu trouveras une opportunité de nous débarrasser du PCC.’ Trump à Reagan : ‘OK ! Entendu !’ »

Chen Kuide, rédacteur en chef de China In Perspective, un magazine en ligne en langue chinoise, pense que Donald Trump a créé une « nouvelle ère ».

« Au début, beaucoup de gens, y compris moi-même, avaient des opinions très négatives sur Trump. Il a beaucoup de défauts », a-t-il expliqué à un journaliste de l’édition chinoise d’Epoch Times. « Cependant, il a créé une nouvelle ère grâce à ses instincts politiques et économiques. »

Chen Kuide précise que Trump a réussi à changer le statu quo formé depuis le siècle dernier et a permis que de véritables changements se produisent.

William Yu, économiste à UCLA Anderson Forecast, pense que Donald Trump a une forte volonté d’aider la Chine à se réformer et à devenir un meilleur pays ayant un meilleur système économique.

« Trump est très ferme et a un fort sens de ce qui est bien et de ce qui est mal », a-t-il martelé. « Dans le domaine de la politique internationale, il ne craint rien et est très courageux. Je pense qu’il ressemble beaucoup à Reagan d’il y a 30 ans. »

« Dans les années 1980, l’Union soviétique s’est battue avec les États-Unis dirigés par Reagan et a fini par s’effondrer. La situation est aujourd’hui la même avec la Chine.

« Je ne pense pas que le résultat sera trop bon pour la Chine si elle continue à se battre contre l’Amérique. De nombreux résultats inattendus pourraient en découler. La meilleure voie à suivre est celle de travailler avec Trump. »

Une photo de Donald Trump serrant la main à l’ancien président américain Ronald Reagan a été largement partagée sur les médias sociaux chinois. La légende de cette photo disait en chinois : « Reagan à Trump : ‘Laisse-moi nous débarrasser tout d’abord du Parti communiste de l’Union soviétique ; à l’avenir, tu trouveras une opportunité de nous débarrasser du PCC.’ Trump à Reagan : ‘OK ! Entendu !’ »

Jennifer Zeng

Version originale

 
VOIR AUSSI