Les corps utilisés pour une exposition au Royaume-Uni pourraient provenir de prisonniers d’opinion

LONDRES – Les cadavres humains exposés dans un centre d’exposition au Royaume-Uni auraient pu être des prisonniers d’opinion chinois, selon un groupe de défense des droits de l’homme.

Dans une lettre ouverte envoyée au gouvernement britannique, plus de 30 professionnels de la santé, législateurs et activistes ont demandé que l’exposition Real Bodies au NEC de Birmingham soit fermée et fasse l’objet d’une enquête.

L’exposition présente 20 cadavres et plus de 200 organes provenant de Chine et est présentée comme une « expérience éducative avec des récits à plusieurs niveaux » par les organisateurs de Imagine Exhibitions.

Les corps ont été fournis par Dalian Hoffen Bio-Technique Co. Ltd. et sont conservés par plastination, qui utilise du caoutchouc de silicone liquide pour prévenir leur dégénérescence.

Mais une lettre ouverte, signée par l’éminent législateur Fiona Bruce, allègue que les corps n’ont aucun document confirmant leur origine et qu’ils proviennent probablement de prisonniers d’opinion.

La lettre rapporte des enquêtes qui ont montré que les corps de l’installation de plastination de Dalian incluent des prisonniers politiques détenus dans un camp de travail forcé, près de l’installation. Beaucoup d’entre eux seraient issus de la pratique spirituelle du Falun Gong, puisqu’ils constituent le plus grand groupe de prisonniers d’opinion en Chine.

Pas de documentation

Le National Exhibition Centre (NEC) de Birmingham, qui accueille l’exposition Real Bodies jusqu’au 19 août, indique que les spécimens exposés « sont tous des corps non réclamés qui ont été donnés par les autorités compétentes à des universités médicales en Chine. Les spécimens présentés dans l’exposition ont été donnés légalement, n’ont jamais été détenus d’aucune sorte, n’ont montré aucun signe de traumatisme ou de blessure, étaient exempts de maladies infectieuses et sont morts de causes naturelles ».

Cependant, Tom Zaller, directeur général de Imagine Exhibitions a admis en avril qu’il n’y avait « aucune documentation » pour prouver l’identité des corps ou qu’ils avaient consenti à faire don de leur corps après leur mort.

La Human Tissue Act du Royaume-Uni (2004) stipule que « le prélèvement, le stockage ou l’utilisation de tissus humains… sans le consentement approprié » est une infraction, mais comme les spécimens de Real Bodies ont été importés de l’étranger, la loi ne s’applique pas.

Outside the 'Real Bodies' exhibition in Sydney, Australia on April 14, 2018.
L’exposition Real Bodies, présentée ici à Sydney, en Australie, avant son arrivée au Royaume-Uni. (Melanie Sun/Epoch Times)

Lord Alton of Liverpool, signataire de la lettre ouverte, a demandé au Parlement si le coroner de Birmingham pouvait enquêter sur les origines de la mort des cadavres.

Le gouvernement a répondu en disant que l’exposition était autorisée, mais que « la responsabilité d’accueillir l’exposition et de maintenir des normes éthiques incombe au Centre national d’exposition ».

Rachel Dunachie du NEC a dit que si l’exposition était jugée contraire à l’éthique, ils « se laisseraient guider par la Human Tissues Authority » qui « ne nous donnerait pas de licence ».

Le bureau du coroner de Birmingham a vu une copie de la lettre ouverte mais a décidé de ne prendre aucune mesure, selon la BBC. Epoch Times a communiqué avec le bureau du coroner pour comprendre pourquoi, mais n’a pas répondu à temps pour la publication.

Échantillons d’ADN

Les expositions de corps plastifiés ont été interdites en Israël, en France, à Hawaï et dans certaines villes des États-Unis. La République tchèque a modifié sa législation le 7 juillet 2017 pour exiger la preuve du consentement du défunt avant que de telles expositions ne soient autorisées à entrer dans le pays.

Ethan Gutmann, journaliste d’investigation et co-fondateur de l’International Coalition to End Transplant Abuse in China, demande des échantillons d’ADN des corps afin d’établir leur origine.

« La Chine poursuit actuellement une politique consistant à essayer de tester l’ADN des Chinois vivants », a déclaré M. Gutmann lors d’un événement de lancement de la lettre ouverte. « Ils ont déjà testé 17 millions de musulmans ouïghours et ils peuvent ainsi connaître leur parenté jusqu’à la troisième génération. »

Gutmann croit que si le prélèvement d’ADN est autorisé, il pourrait « faire exploser » la question du prélèvement d’organes sur les prisonniers d’opinion – un sujet sur lequel l’auteur fait campagne depuis plus d’une décennie.

C’est parce que Dalian, où la plastination est effectuée, est la deuxième plus grande ville de la province de Liaoning, un épicentre de la persécution des pratiquants de Falun Gong, selon Gutmann.

Version originale

Si cet article vous a inspiré, n’hésitez pas à le partager !

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Un génocide moderne : La persécution du Falun Gong en Chine

 
VOIR AUSSI