Des bébés singes ont été clonés volontairement avec des troubles génétiques

On peut penser à un bébé représentant une nouvelle vie et de nouvelles possibilités. Ces cinq bébés singes macaques, cependant, souffriront presque certainement d’anxiété, de dépression et de schizophrénie au cours de leur vie, à la suite d’une modification génétique – une autre expérience scientifique de la Chine qui soulève des questions éthiques sur le clonage.

Les scientifiques de l’Académie chinoise des sciences de Shanghai ont non seulement cloné cinq singes macaques, mais ils ont également modifié les gènes du singe pour leur donner un trouble du sommeil appelé perturbation circadienne, selon un communiqué de presse de la presse scientifique chinoise du 23 janvier.

La perturbation circadienne signifie qu’un individu éprouve de la difficulté à obtenir un cycle de sommeil normal. La plupart des créatures suivent un rythme circadien, un cycle de réveil et de sommeil à certains moments du jour et de la nuit. Une perturbation de ce rythme causera non seulement un sommeil anormal, mais cela engendrera aussi d’autres complications.

(Chinese Academy of Sciences)

Cette perturbation peut causer des « troubles métaboliques, psychiatriques et liés à l’âge », selon un résumé de l’un des rapports. Pour rendre le sommeil encore plus difficile, les bébés singes sont également gardés dans des pièces où la lumière est toujours allumée.

Les perturbations circadiennes peuvent provenir de facteurs externes, comme une personne qui travaille de nuit mais qui reste éveillée pour être avec sa famille.

Les scientifiques ont utilisé un outil d’édition génétique pour « éliminer » un gène spécifique d’embryons sains. Lorsqu’un gène est éliminé, cela signifie qu’il ne fonctionne plus. Pour ces singes, le gène BMAL-1 était la cible du knockout.

Ces cinq macaques seront probablement les premières générations de singes à souffrir de maladies humaines. L’un des scientifiques impliqués dans l’expérience, Qiang Sun, a déclaré que de nombreux « modèles de singes » peuvent être utilisés pour créer différentes maladies génétiques, « y compris de nombreuses maladies du cerveau, ainsi que des troubles immunitaires et métaboliques et le cancer ».

(Chinese Academy of Sciences)

Développement contraire à l’éthique

La Chine autorise des recherches qui sont interdites éthiquement dans la plupart des pays. Le clonage et la modification génétique ont déjà suscité la controverse. John Bergeron, professeur de médecine à l’Université McGill, a comparé l’édition génétique à l’ouverture de la boîte de Pandore, en raison des utilisations commerciales potentielles de la modification génétique.

VOIR AUSSI :

La première fois que des singes ont été clonés, c’était en janvier 2018. Les deux premiers macaques ont été nommés Zhongzhong et Huahua, ce qui signifie « nation chinoise » lorsqu’ils sont combinés.

VOIR AUSSI :

Des humains ont également participé à des expériences de modification génétique. Le scientifique chinois He Jiankui était responsable de ce qu’il appelait les bébés « génétiquement modifiés« . En novembre 2018, il a déclaré que, grâce à la même technologie utilisée sur les singes, CRISPR-Cas9, il a modifié les gènes de deux embryons femelles. Le 21 janvier, il a été congédié.

VOIR AUSSI :

Bien qu’il ait été licencié et condamné par les autorités chinoises, sa candidature au projet portait les cachets officiels et les signatures des membres d’un comité éthique. En plus des sommes considérables nécessaires pour financer ces travaux, qui proviennent d’un bienfaiteur inconnu, il serait en congé sans solde depuis février 2018.

La Chine a permis d’autres formes d’expériences interdites dans d’autres pays. En novembre 2017, un médecin italien a annoncé qu’il effectuerait la première greffe de tête humaine en Chine avec le soutien du régime chinois et d’une équipe de chirurgiens chinois. Le Dr Sergio Canavero a affirmé que son équipe avait déjà réalisé avec succès la procédure sur des cadavres. La procédure controversée, qui a été condamnée par les États-Unis et l’Union européenne, a soulevé des préoccupations éthiques biomédicales quant au manque de contrôle de la Chine.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Cet hôpital en Chine a été construit pour tuer des milliers de personnes

 
VOIR AUSSI