Des Chinois qui ont fui leur pays décrivent le nombre de décès causés par la pandémie de Covid-19, comme étant «sans précédent»

Par Mary Hong
5 octobre 2023 15:13 Mis à jour: 5 octobre 2023 15:52

Les épidémies causées par le Covid-19 n’ont pas diminué en Chine, bien que le régime ait abandonné la politique du zéro Covid en décembre dernier. Les hôpitaux pour enfants en Chine sont submergés de patients malades, et les médecins ont signalé qu’en plus du Covid-19, la grippe A et la pneumonie à mycoplasme se sont également répandues, selon des rapports récents diffusés par les médias chinois.

Le nombre exact de décès en Chine depuis la mise en place, il y a trois ans, de la politique de confinement zéro Covid relative à la pandémie reste un mystère.

Un certain nombre de Chinois qui ont récemment fui la Chine ont fait part de leur expérience pendant la pandémie. Ils ont décrit le nombre de personnes décédées en Chine comme étant « d’une ampleur sans précédent ».

Zhang Yonghong, originaire de la province de Hunan (centre-sud), s’est réfugié aux États-Unis au mois de mai. Il s’est souvenu que dans un village proche de son quartier, dans la ville de Yongzhou, jusqu’à sept ou huit villageois sont morts chaque jour en décembre dernier.

« Je n’ai jamais entendu parler d’autant de morts en une journée », a confié M. Zhang, ajoutant que la plupart des gens ont été infectés.

Selon les coutumes locales, des salles de deuil ont été installées à l’extérieur, près des maisons. Chaque rue était jalonnée de plusieurs salles de deuil, devenant ainsi une norme.

« Il y avait des salles de deuil, des couronnes et des cercueils sur le bord de la route, à deux pas de la rue. C’est sans précédent. »

Les rituels funéraires ont été simplifiés compte tenu du trop grand nombre de morts. Les défunts ont été enterrés sans aucune formalité.

La sœur de M. Zhang, Zhang Yan, a ajouté : « Il y avait de la musique funèbre tous les jours, partout ».

Selon elle, les frais de service ont doublé à ce moment-là, mais les entreprises de pompes funèbres affichaient complet.

M. Zhang a expliqué qu’un de ses amis proches dirigeait une entreprise de pompes funèbres depuis plus de 20 ans. Cet ami, qui monopolisait l’industrie funéraire locale, lui a confié que le nombre de décès était si élevé qu’il n’arrivait pas à trouver suffisamment de main-d’œuvre pour faire face au volume de travail.

Des personnes attendent les funérailles de leurs proches décédés au salon funéraire Baoxing à Shanghai, en Chine, le 4 janvier 2023. (Wang Gang/VCG via Getty Images)

Morts massives

Mme Zhang a expliqué que certaines familles comptaient plus d’une personne décédée. Une famille d’une ville voisine, comprenant trois générations, a servi d’exemple. « Le grand-père est décédé, suivi par le père, puis par le petit-fils. »

Elle a pris l’exemple d’une voisine qui travaillait comme cuisinière pour les familles qui organisaient les services funéraires dans son complexe d’appartements.

« Les frais ont été portés à 300 yuans (41 dollars) par jour, et elle n’a pas pu faire de pause », a expliqué Mme Zhang, alors que le salaire normal d’un employé des pompes funèbres est de 180 yuans (25 dollars) par jour.

Dans les zones rurales, les familles organisent également un repas après les funérailles.

Zhang Dongpeng, originaire du Henan, vient de quitter la Chine et est arrivé aux États-Unis en septembre. Il se souvient des longues files d’attente devant l’hôpital au début de l’année.

Il raconte que même les couloirs étaient pleins de monde. « Pire encore, il n’y avait plus de cercueils, il a fallu en commander. Il n’y en avait plus en stock. »

La politique zéro Covid menée depuis trois ans pour lutter contre la pandémie a fait fuir de nombreux citoyens chinois.

Le PCC a caché la pandémie au peuple. Le nombre massif de décès, la politique stricte du zéro Covid et le manque de respect pour la vie humaine ont entraîné des dépressions partout en Chine. Les jeunes ne trouvent pas d’emploi.

« Il n’y a aucun espoir en Chine », les gens ne peuvent que « voter avec leurs pieds » et essayer de trouver des moyens pour quitter la Chine.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.