« Für Elise » : le mystère du morceau de piano le plus populaire au monde

Par Kenneth LaFave
11 avril 2022 16:44 Mis à jour: 11 avril 2022 16:44
La partition de Beethoven pour « Für Elise » (Domaine public)

Je suis sur le point de poser le couvercle du clavier de mon cours de musique de 6e année lorsqu’une élève particulièrement animée se précipite vers moi et me dit avec enthousiasme : « Professeur, je peux jouer Für Elise ! » Je l’encourage à le faire, mais le résultat n’est que les fameuses quatre premières notes, un mi et le ré dièse en dessous, répétées, jouées dans un va-et-vient sans fin.

Je lui dis que je pense qu’il y a plus que cela, mais elle se contente de connaître les premières notes. Bien qu’elle ne soit pas particulièrement douée pour la musique ni passionnée de musique en dehors du populaire, elle est hypnotisée par ce petit morceau classique pour piano écrit il y a plus de 200 ans, tout comme des millions et des millions d’autres personnes qui l’apprécient.

La popularité de la bagatelle de niveau intermédiaire de Beethoven (quelque chose comme « une bagatelle » ou « une pièce toute simple ») est étonnante. Je peux compter sur les doigts d’une main le nombre de mes élèves débutants en piano qui n’ont pas, à un moment ou à un autre, demandé : « Quand pourrais-je jouer Für Elise ? » Depuis le 1er janvier 2020, Google rapporte chaque mois des millions de recherches pour Für Elise. Une interprétation de ce morceau sur YouTube, affichée il y a 14 ans, a enregistré 59 millions de visiteurs et un tutoriel YouTube sur le morceau a recueilli 53 millions de visiteurs.

Portrait anonyme de Thérèse Malfatti, à qui l’on pense que « Für Elise » était dédié. (Domaine public).

Quelle est l’origine de sa popularité inégalée ? Pourquoi ce morceau, et pas un prélude de Chopin, un menuet de Bach ou même le premier mouvement de la Sonate Clair de lune de Beethoven ? La question mérite que l’on s’y attarde. Commençons par un peu d’histoire.

Il n’y a pas grand-chose, et ce qu’il y a n’est pas très clair. Le titre nous apprend que le morceau a été écrit « pour Elise », mais qui était-elle ? Dans le manuscrit original, il est écrit : « Für Elise am 27 April [1810] zur Erinnerung ». En français : « Pour Elise le 27 avril comme un rappel », ou « en souvenir », ou « comme un souvenir ». Mon allemand est bien trop limité pour pouvoir juger lequel.

Quoi qu’il en soit, ces mots, qui sont rarement mentionnés lorsque l’on parle du morceau, indiquent une relation dans le passé avec « Elise ». Mais quelle sorte de relation ? Les deux possibilités qui nous viennent immédiatement à l’esprit sont « élève » et « intérêt romantique ». En 1810, Thérèse Malfatti, âgée de 18 ans, était les deux, ce qui en fait une candidate de choix.

Quoi ? Je croyais qu’on cherchait quelqu’un qui s’appelle « Elise » ?

C’est là que ça se complique

Beethoven n’a apparemment pas pensé à ce qui, deux siècles plus tard, deviendrait un « succès » du clavier. Il n’a jamais pris la peine de publier le morceau malgré une forte demande pour sa musique. Le compositeur est mort en 1827, 17 ans après avoir composé Für Elise, et le morceau a attendu 40 ans avant d’être publié en 1867 par le musicologue Ludwig Nohl. M. Nohl prétendait qu’une certaine Fraulein Babeth Bredl de Munich lui avait donné un manuscrit signé de la composition, et que Mme Bredl prétendait à son tour avoir reçu le manuscrit de Thérèse Malfatti à la mort de cette dernière en 1851.

Portrait d’Elisabeth Röckel par Joseph Willibrord Mähler (Domaine public)

En 1810, Thérèse Malfatti était une élève de Beethoven. Le compositeur serait tombé amoureux d’elle (une de ses pratiques les plus courantes) et l’aurait demandée en mariage. Elle a refusé, Beethoven étant deux fois plus âgé qu’elle. Le manuscrit de Mme Bredl/Malfatti ne comporte pas de titre, seulement une dédicace. Pour M. Nohl, le rondo pour piano (une œuvre ayant la structure A-B-A-C-A) ressemblait à l’une des bagatelles du compositeur, qui en avait écrit 24. Il la présenta donc comme la Bagatelle no 25 en la mineur. Au-dessus du titre, il avait inscrit la dédicace telle qu’il l’avait lue dans la partition autographiée : « Für Elise ». Et le reste appartient à l’histoire.

Enfin, pas tout à fait. Certains ont supposé que M. Nohl avait mal lu la dédicace, qui était en fait « Für Therese », ce qui renforce la théorie selon laquelle le morceau était dédié à Thérèse Malfatti. (Après tout, le manuscrit était en sa possession au moment de sa mort.) Bien qu’il soit difficile de comprendre comment les lettres initiales distinctives « Th » ont pu échapper à n’importe quel lecteur, et tout aussi difficile de comprendre comment « r » a pu être lu comme « l » et « e » comme « i », il est vrai que l’écriture de Beethoven était aussi notoirement négligée que sa gestion domestique.

Si seulement nous pouvions examiner le manuscrit original signé.

Mais nous ne pouvons pas. Il a été perdu !

Für Therese ?

Cela jette le doute sur toute l’affaire. Comment peut-on perdre la trace d’un manuscrit aussi important ? Pourrait-il avoir été « perdu » délibérément afin de couvrir une fraude ? Un musicologue contemporain, Luca Chiantore, a même suggéré qu’il n’y a jamais eu de partition autographiée, que M. Nohl a simplement bricolé le morceau à partir de quelques croquis de Beethoven. En soutenant cette hypothèse, il est curieux que Thérèse Malfatti, à supposer qu’une partition autographiée était effectivement en sa possession, ne l’ait pas publiée elle-même. En tant que baronne, elle aurait sûrement pu se permettre de le faire, et imaginez le prestige qui accompagne la publication posthume d’une œuvre de Beethoven qui vous est dédiée. Si elle l’avait fait, nous serions peut-être tous en train de jouer Für Therese.

Si l’on creuse plus profondément, tout devient encore plus mystérieux. On a découvert une esquisse de 1808 qui est une version assez complète du « thème A », l’air d’ouverture dont mon élève connaissait les quatre premières notes. Beethoven a-t-il conservé l’esquisse jusqu’en 1810, puis a-t-il ajouté les deux autres sections ?

Il s’avère que l’année 1810 ne peut pas être confirmée comme étant l’année de composition de l’œuvre, bien que ce soit la meilleure hypothèse sur la base des études disponibles. Enfin (plus ou moins), Barry Cooper, un spécialiste de Beethoven, a mis à jour une révision de 1822 de Für Elise (si tant est qu’une version antérieure et achevée ait jamais existé) qui contient la plupart des éléments du morceau que nous connaissons, mais qui est complètement égarée. Pour les dizaines de millions de personnes qui connaissent la version bien connue, la révision de 1822 sera extrêmement bizarre. Le pianiste Mark S. Zimmer l’a enregistrée. Écoutez si vous osez.

Et la gagnante est …

Et nous nous demandons encore : qui était Elise ? Si l’on s’en tient à l’année 1810, acceptée (mais non confirmée à 100 %), et que l’on élimine Thérèse Malfatti parce qu’elle ne s’appelait pas « Elise » et que les erreurs d’écriture ne peuvent pas tout expliquer, il nous reste deux candidates :

Elisabeth Röckel. En 2010, le musicologue Klaus Martin Kopitz a apporté la preuve que Beethoven entretenait une relation amoureuse avec la soprano Röckel, à l’époque de la composition de la pièce. La chanteuse était parfois appelée « Elise » par ses amis.

Elise Barensfeld. En 2014, la musicologue Rita Steblin a plaidé en faveur de la seule candidate dont le prénom était en réalité « Elise ». En 1810, Mme Barensfeld avait 13 ans et vivait près de chez Beethoven dans une maison appartenant à Johann Maelzel, un ami de Beethoven qui a plus tard inventé le métronome moderne. Considérée comme une prodige du piano, Elise a peut-être pris des leçons avec Beethoven. Si c’est le cas, il se peut très bien qu’il ait écrit ce morceau en souvenir du temps passé ensemble comme professeur et élève.

Personnellement, je vote pour Elise Barensfeld. Non seulement elle est la seule à porter ce prénom, mais Für Elise ne ressemble pas à une composition romantique. Le morceau a plutôt le caractère d’un portrait de quelqu’un.

Mon interprétation : La section A est un portrait de l’élève, Elise. Elle capte sa jeunesse et sa fraîcheur. La section B est, peut-être, une pièce assignée à l’élève. Lorsqu’elle est frustrée, elle se lance dans les notes de 32e « exaspérées » qui concluent la section B avant de revenir à la section A. La section C est sûrement Beethoven lui-même, un autoportrait souriant de sa réputation irascible. Après quelques arpèges dignes d’une élève et une gamme chromatique, nous revenons une dernière fois à la section A.

Le fait que Für Elise soit le portrait d’une étudiante sans angle romantique est soutenu par le fait qu’il s’agit d’une pièce préférée des étudiants, et non d’un air de la Saint-Valentin ou d’une chanson de séduction. C’est une pièce pour piano qui parle de jouer du piano. Les jeunes pianistes s’y reconnaissent et s’en réjouissent. Nous devons en remercier Beethoven, et celle prénommée « Elise », pour cela.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.