« Il fonce, il est très à l’aise ! » : la maman d’Arnaud, comédien dans le film d’Artus Un p’tit truc en plus, est très fière de son fils

Par Emmanuelle Bourdy
26 mai 2024 07:28 Mis à jour: 26 mai 2024 07:28

Chantal Toupense, la maman d’Arnaud, est fière de son fils. À 45 ans, le comédien du film Un p’tit truc en plus, a réalisé son rêve.

Originaire de La Loupe (Eure-et-Loir), Arnaud Toupense, l’un des acteurs de la comédie d’Artus, est « un petit jeune homme rempli de joie », confie à Actu.fr Chantal, sa maman, ajoutant qu’il est « hyper épanoui, heureux de vivre », notamment depuis cette expérience. Le film, qui est dans les salles depuis le 1er mai 2024, affiche déjà 3,4 millions d’entrées.

« Arnaud nous a apporté beaucoup et je remercie la vie de nous l’avoir apporté »

Chantal et Jacques, les parents d’Arnaud, ne cachent pas leur fierté de voir leur fils unique, atteint de trisomie 21, à l’affiche d’Un p’tit truc en plus. Ils remercient « la vie de ce cadeau exceptionnel », conscient qu’il s’agit d’une « richesse incroyable » d’avoir un enfant comme Arnaud. Pour autant, « le démarrage a été difficile », explique Chantal, étant donné qu’Arnaud n’était « pas le bébé attendu ». Par la suite, le couple a dû faire face aux regards parfois malveillants des gens face au handicap.

Arnaud, que sa maman aime appeler sa « p’tite bouille », a suivi un cursus classique durant toute sa primaire, est entré au collège, puis a intégré un Institut médico éducatif avant de rentrer dans la vie professionnelle en travaillant dans un fastfood. Il a ensuite été embauché dans un Café Joyeux, et c’est d’ailleurs par ce biais qu’il a fait son entrée dans la troupe d’Artus. « Il a été repéré au Café joyeux sur les Champs-Élysées. Je suis alors allée au casting avec lui. Artus l’a reçu. Ils ont été dans l’improvisation totale », explique Chantal Toupense.

Dans ce film « plein de subtilités » qui « dénonce beaucoup de choses », indique Chantal Toupense, Arnaud joue l’amoureux de Marie.

En espérant que cette comédie « va faire bouger les mentalités »

Celui qui est fan de Dalida – au point d’avoir sa chambre remplie de posters de la chanteuse et un tatouage sur l’avant-bras – a toujours été attiré par le cinéma. Il a par ailleurs fait du théâtre et du chant. « La dernière compagnie dans laquelle il a joué, dont le parrain est François Cluzet, il m’avait dit que mon fils avait une fibre d’acteur. Alors, je l’ai inscrit sur une liste de castings pour personnes handicapées », souligne encore auprès de nos confrères la mère d’Arnaud, qui n’imaginait pas que le film aurait une notoriété « à ce point-là ».

Depuis ce succès, Arnaud est apparu au journal de 13 heures ainsi que dans l’émission Quotidien. « Il fonce, il est très à l’aise ! » assure sa mère. « Tout ce positif, on le prend. J’accueille d’ailleurs très volontiers que cette réussite répare des parts de nous, Jacques et moi. Nous avons eu l’épreuve du handicap, mais dans la balance, on nous envoie ça aussi », conclut-elle, espérant que cette comédie « va faire bouger les mentalités », et « notamment à la campagne ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT