Incendies en Gironde : les animaux évacués regagnent peu à peu le zoo d’Arcachon

Par Epoch Times avec AFP
4 août 2022 09:40 Mis à jour: 4 août 2022 10:47

Deux semaines après leur évacuation en urgence lors des incendies qui ont ravagé en juillet près de 21.000 hectares de forêts en Gironde, les lions blancs, singes saki et d’autres occupants regagnent peu à peu le zoo du bassin d’Arcachon.

« Tout s’est déroulé très tranquillement. Le retour a été beaucoup plus calme et serein que l’aller où tout s’était fait dans l’urgence », résume Élodie Trunet, la vétérinaire du parc zoologique girondin.

Sur les 370 animaux qui avaient dû être évacués et répartis dans une quinzaine de zoos dans toute la France lors des incendies de la forêt de La Teste-de-Buch en juillet, tout près de la très touristique dune du Pilat, près de 300 avaient déjà regagné leurs pénates le mercredi 3 août.

Parmi eux, les lions blancs Issa, Kivu et Namiri retrouvaient enfin leur pinède privative, les singes saki à face blanche, leurs cabanes, cordages et branchages. Tous étaient arrivés en fourgon, placés le matin dans des caisses de transport.

Un lion de retour dans son zoo à Arcachon en Gironde. (Photo : PHILIPPE LOPEZ/AFP via Getty Images)

 

Un gibbon se balance sur une corde après avoir été ramené dans son Zoo à la Teste-de-Buch, le 3 août 2022. (Photo : PHILIPPE LOPEZ/AFP via Getty Images)

Du « jamais vu » en Europe

Le retour se faisant progressivement sur quinze jours, sont encore attendus la semaine prochaine le tigre de Sumatra, les hyènes ou encore les manchots.

Un laps de temps un peu « speed », concède Élodie Trunet, mais ce n’est rien comparé à l’urgence du 18 juillet où il avait fallu exfiltrer 370 animaux (sur les 850 qu’accueille le zoo) en « à peine 12 heures ».

Du « jamais vu » en Europe, précise-t-elle. Elle raconte qu’une centaine de personnes de parcs zoologiques français étaient alors venues leur prêter main forte.

Les animaux « fatigués mais contents »

Les autres bêtes, pour la plupart des « grands herbivores », étaient restées sur place car trop difficiles à transporter. Elles avaient alors été regroupées dans des bâtiments calfeutrés de linge humide, pour les protéger de la fumée de l’incendie qui s’était approché à « 50 mètres » de l’enceinte du parc, relate la vétérinaire âgée de 38 ans.

Si à l’aller quelques animaux étaient morts durant leur transport à cause des grosses chaleurs, au retour, tous sont rentrés sains et saufs, « fatigués mais contents ».

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.