La guerre a sa façon de remettre les choses importantes à leur place

Par Rob Natelson
3 mars 2022 18:53 Mis à jour: 3 mars 2022 18:54

La guerre, comme d’autres crises de vie ou de mort, a une façon bien à elle de remettre certaines choses au clair. On le voit dans la façon dont l’Ukraine a réagi à l’invasion russe, et comment les autres Européens l’ont fait aussi. Face à la nécessité, ils font ce qui est nécessaire. Les absurdités « progressistes » sont spontanément mises de côté.

Nous le voyons, en Ukraine, l’ordre a été donné : « Femmes et enfants à l’arrière. Les hommes à l’avant. » Pour les hommes ukrainiens, ce pourrait bien être, comme l’aurait dit Mark Twain, leur fier privilège de mourir pour leur famille, leur liberté et leur pays. Pas d’absurdité « nonbinaire » ici. Pas de quotas ethniques, de genre ou LGBTQ.

Les Ukrainiens savent qu’en temps de guerre, c’est aux hommes de se battre, et aux femmes de s’occuper de leur famille et de soutenir les combattants. Un soldat peut mieux se concentrer sur sa tâche s’il sait que sa femme est en sécurité et que ses enfants sont bien soignés. Les efforts déployés par les élites occidentales pour occulter cette simple vérité sont obscènes et cela rappelle certains programmes dégoutants visant à désensibiliser les soldats masculins à la détresse féminine. Puissions-nous apprendre de l’exemple ukrainien.

L’Ukraine a des citoyens armés. Elle n’a jamais cédé aux absurdités du « contrôle des armes » et du désarmement des bons citoyens.

Dieu merci. Nous voyons maintenant les résultats : « Hommes, sortez vos armes. Alignez-vous, et nous vous en donnerons plus. Et si vous n’en avez pas assez, fabriquez-en. Tout ce qu’il faut pour tuer l’envahisseur. »

Le président Volodymyr Zelensky comprend bien son rôle, il rassemble ses compatriotes pour se battre pour des choses importantes comme la famille, le pays et la liberté.

Les « Bidettes » –les membres de l’administration Biden (légèrement efféminée) – ont supposé que Volodymyr Zelensky pourrait vouloir s’enfuir comme un lâche, tout comme leur président fantoche l’a fait en Afghanistan. Tout comme ils l’auraient fait dans des circonstances similaires. Ils ont donc offert à Volodymyr Zelensky de quitter le pays en toute sécurité.

Mais Volodymyr Zelensky n’est pas une Bidette. C’est un homme. Et parce qu’il est un homme, il a répondu comme tel : « J’ai besoin de munitions, pas d’un voyage. »

Les grands médias encensent désormais ce jeune Chef d’État. Il y a deux ans à peine, c’était un ennemi public, coupable d’avoir échangé un appel téléphonique avec Donald Trump et surtout d’avoir corroboré la version de Trump sur cet appel.

Étant donné que Vladimir Poutine n’est pas socialiste, les médias peuvent se permettre d’apprécier Volodymyr Zelensky. Sinon, leur avis serait plus partagé.

L’exemple ukrainien a également eu un effet salutaire sur le reste de l’Europe. Les Européens reconnaissent que les Bidettes ne sont pas fiables, et que la menace de la Russie est réelle. Ils sont donc sortis du bac à sable et se sont mobilisés pour aider l’Ukraine. Plus d’eurosclérose maintenant.

L’Allemagne a annoncé qu’elle allait augmenter son budget militaire. Ce budget dépassera finalement les 2 % du PIB qu’exigent ses obligations envers l’OTAN. Elle enverra également une aide militaire à l’Ukraine.

La Grande-Bretagne, la Belgique, les Pays-Bas, la France et de nombreux autres pays fournissent une aide militaire supplémentaire. La Finlande a mis sa neutralité proverbiale de côté. Ce pays peu peuplé a promis 40 millions d’euros d’aide. Les Finlandais connaissent bien l’agression russe, ils l’ont vécue personnellement.

Et il ne s’agit pas seulement d’aide militaire : la guerre peut faire ressortir le pire des gens, mais elle peut aussi faire ressortir le meilleur. Les Européens – tant le secteur public que le secteur privé – se mobilisent pour aider les femmes, les enfants et les réfugiés étrangers qui affluent d’Ukraine.

Les Ukrainiens nous rappellent certaines valeurs que les élites occidentales ont enterré :

– La foi, la liberté, la famille et le pays sont précieux : si précieux qu’ils valent la peine de se battre et, si nécessaire, de mourir pour eux. En revanche, personne ne meurt volontairement pour un quota LGBTQ ou un programme d’« équité, diversité et inclusion ».
– Les vertus masculines sont la force, l’endurance, le patriotisme, la protection, l’honneur et la valeur. La virilité est essentielle au bon fonctionnement d’une société et le dénigrement « progressiste » dont elle fait l’objet ces dernières années a causé des dommages incalculables. Volodymyr Zelensky et ses compatriotes nous rappellent, par l’exemple, le rôle central des hommes responsables et vertueux.
– Ceux qui risquent ou donnent leur vie pour les choses essentielles qui ont toujours caractérisées l’humanité sont des héros. Peu importent les défauts qu’ils peuvent avoir en commun avec leur époque. En observant les Ukrainiens, rappelons-nous nos propres héros. Ils ont également risqué leur vie pour la foi, la liberté, la famille et le pays.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.