La neuromyélite optique, un autre effet indésirable des vaccins Covid confirmé par les recherches

Par Marina Zhang
20 juin 2022 23:01 Mis à jour: 21 juin 2022 00:39

De nouvelles études mettent en évidence l’apparition de la neuromyélite optique à la suite de la vaccination Covid, indiquant que cette maladie auto‑immune pourrait être un effet indésirable du vaccin.

Les conclusions générales des études indiquent l’apparition de la neuromyélite optique (NMO) chez des individus sains dans les deux semaines environ après qu’ils ont reçu les vaccins Pfizer, Moderna ou AstraZeneca. Chez les patients déjà atteints de cette maladie ou d’une maladie neurologique auto‑immune similaire, telle que la sclérose en plaques, une exacerbation des symptômes ou une rechute a été observée.

À ce jour, au moins six événements de NMO apparue après la vaccination Covid ont été rapportés dans des études de cas à travers le monde. Bien que certains patients se soient complètement rétablis, d’autres doivent prendre un traitement à long terme ou souffrent de symptômes persistants.

La neuromyélite optique est une maladie auto‑immune rare caractérisée par l’attaque de la moelle épinière et des nerfs optiques par le système immunitaire. On ne peut en guérir définitivement mais la maladie peut être traitée de sorte à prévenir les rechutes futures qui pourraient endommager davantage les nerfs.

La cause de la maladie est inconnue. Toutefois, elle est généralement déclenchée par une infection ou une autre maladie auto‑immune. Elle peut toucher toutes les tranches d’âge, bien qu’elle soit plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.

Le taux de survie à 5 ans pour la NMO à attaque unique est de 90% si elle est traitée, et pour la NMO à rechute (plus d’une attaque), il est de près de 70%.

Les symptômes comprennent des douleurs oculaires, une perte de la vision, une paralysie, une faiblesse ou une douleur dans les bras et les jambes, des problèmes vésicaux et intestinaux ainsi que des vomissements et un hoquet incontrôlable.

Les « effets indésirables » sont définis comme des événements médicaux survenant généralement dans les 28 jours suivant une vaccination. Selon l’Organisation mondiale de la santé, « tout événement médical fâcheux qui suit une vaccination », même s’il n’est pas causé par le vaccin, est considéré comme un effet indésirable.

Neuromyélite optique survenant après les vaccins Pfizer

Deux études, une menée en Turquie et l’autre en Allemagne, indiquent que le vaccin Pfizer pourrait avoir déclenché la NMO. Les deux femmes des études ont développé les symptômes de la NMO respectivement 24 heures et 23 jours après avoir reçu le vaccin.

Dans l’étude turque, la patiente de 43 ans, auparavant en bonne santé, a développé des troubles de la vision 24 heures après avoir reçu la deuxième dose du vaccin Pfizer.

Un mois après le traitement, elle a subi une deuxième attaque, avec des douleurs, une sensation accrue et des picotements sur le côté droit de son corps, une faiblesse musculaire et une rétention urinaire.

Les médecins ont diagnostiqué une NMO « probablement déclenchée par l’administration du vaccin Covid‑19 mRNA‑BNT162b2 ». Elle s’est rétablie presque complètement et a reçu un traitement à long terme à base d’anticorps monoclonaux.

L’étude allemande portait sur une femme de 68 ans. On soupçonne qu’elle vivait depuis de nombreuses années avec une sclérose en plaques, le principal symptôme étant une légère paralysie des jambes. Après avoir reçu auparavant des vaccins contre le tétanos et le pneumocoque, elle avait souffert d’une perte de mobilité dans les jambes, qui avait été traitée avec succès. Cependant, 23 jours après avoir reçu la première dose du vaccin Pfizer en mai 2021, ses symptômes se sont gravement exacerbés. Elle ne pouvait plus marcher et souffrait d’une perte de contrôle de la vessie et de l’intestin.

La femme a refusé la deuxième dose du vaccin et les symptômes ne sont pas réapparus.

Neuromyélite optique survenant après les vaccins Moderna

Les deux études impliquant le vaccin Moderna, toutes deux menées aux États‑Unis, concernaient également des femmes. La première patiente était une jeune femme de 19 ans en bonne santé. La seconde était âgée de 46 ans et avait des antécédents médicaux de carence en vitamine B. Toutes deux ont présenté des symptômes respectivement dans les 15 et 2 jours suivant l’administration de la première dose du vaccin.

La femme de 19 ans a souffert d’une faiblesse sévère dans les bras et les jambes et d’une incontinence urinaire après avoir reçu le vaccin Moderna.

Après avoir reçu la première dose du vaccin, la femme de 46 ans a souffert de faiblesse dans les membres supérieurs et inférieurs, de rétention urinaire et d’une diminution de la sensibilité, ainsi que d’une « douleur constante et fulgurante – 10 sur 10 – dans le haut du dos ». Bien que la faiblesse des membres inférieurs et la rétention urinaire aient disparu, l’étude indique que la diminution de la sensation a persisté.

Neuromyélite optique survenant après les vaccins AstraZeneca

En Thaïlande et au Brésil, des études ont détaillé des effets indésirables survenus après l’administration des vaccins AstraZeneca. L’étude thaïlandaise a révélé qu’une femme de 46 ans, auparavant en bonne santé, a développé une faiblesse de la jambe droite et une perte de sensation du côté droit du corps dix jours après la première dose. Bien que les symptômes de faiblesse de la jambe se soient estompés, les sensations anormales ont persisté.

La dernière étude portait sur une femme de 62 ans, atteinte d’une NMO stabilisée depuis 8 ans, qui a souffert d’une rechute 7 jours après avoir reçu sa première dose de vaccin contre le Covid‑19, avec une perte de vision de l’œil gauche. Sa vision s’est rétablie au bout de 3 semaines.

Les études de cas mentionnées ci‑dessus ne sont pas exhaustives. D’autres études ont également cité des cas de NMO survenus après l’administration des vaccins Sinovac® et Sputnik V.

Les auteurs de ces études ont souligné la nécessité de recherches supplémentaires et d’un « haut degré de suspicion » dans le diagnostic et l’intervention. La NMO étant une maladie à progression rapide, si elle n’est pas traitée, les conséquences peuvent être graves, avec des possibilités d’invalidité et de décès.

Sinead Keller, porte‑parole d’AstraZeneca, a déclaré à Epoch Times que « les cas de neuromyélite ont rarement été signalés à la suite de la vaccination ». Aucune relation de cause à effet n’a été confirmée entre la vaccination et cet « événement extrêmement rare ».

« Nous continuons à travailler avec les législateurs du monde entier pour suivre de près les informations liées à la sécurité [des vaccins] provenant de toutes les sources disponibles dans le cadre de notre surveillance de routine », a écrit Mme Keller dans un courriel le 16 juin.

Bien que tous les cas n’aient pas été associés aux vaccins, les résultats indiquent un lien possible entre la NMO et la vaccination Covid.

Epoch Times a contacté Pfizer et Moderna pour une demande de commentaire.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.