Le cœur fonctionnerait-il comme le cerveau?

La structure du cœur est semblable à celle du cerveau: il a un réseau complexe de neurones, neurotransmetteurs, protéines et cellules de soutien.

«Il y a un cerveau dans le cœur, métaphoriquement parlant», a déclaré le Dr Rollin McCraty de l’Institut HeartMath, un organisme sans but lucratif qui offre des traitements basés sur la connexion entre le cœur et le cerveau.

«Le cœur contient des neurones et des ganglions qui ont les mêmes fonctions que ceux du cerveau, comme la mémoire. C’est un fait anatomique», a précisé le Dr. McCraty.

«Certaines personnes savent bien que le cœur envoie effectivement plus d’informations au cerveau que ne le fait le cerveau vers le cœur», a-t-il ajouté.

Le docteur J. Andrew Armour a inventé le terme «cerveau du cœur» en 1991. Il a également qualifié le cœur de «petit cerveau».

Selon la faculté de médecine de Harvard, les «conversations» chimiques entre le cœur et le cerveau affectent les deux organes. Dépression, stress, solitude, une attitude positive et d’autres facteurs psycho-sociaux influent sur le cœur. La santé du cœur peut également affecter le cerveau et l’esprit.

Des chercheurs en neuro-cardiologie (étude de la connexion entre le cerveau et le cœur) ont constaté que les émotions négatives créent une désynchronisation entre le schéma des ondes cérébrales et le rythme cardiaque.

Les réactions au stress, par exemple, ont des conséquences sur le corps qui contribuent à l’hypertension artérielle, le développement des plaques qui obstruent les artères et des changements au niveau du cerveau qui peuvent provoquer de l’anxiété et de la dépression, selon la faculté de médecine de Harvard.

À l’inverse, lorsqu’une personne éprouve des émotions positives, le rythme cardiaque et le schéma des ondes cérébrales sont harmonieux et cohérents.

Le cœur est un centre émotionnel

Le cœur – l’organe – est lié à la notion de cœur en tant que centre émotionnel. Le cœur envoie des messages par le biais des voies physiques au cerveau, qui sont ensuite interprétés comme une émotion.

Le Dr Rollin McCraty explique que «les battements du cœur sont semblables au code morse. Ces messages reflètent son état émotionnel».

Il exerce en tant que psycho-physiologiste depuis près de 30 ans. Il étudie «la respiration axée sur le cœur» avec l’Institut HeartMath.

«En respirant profondément, le patient focalise son attention sur le cœur, ce qui change la physiologie et facilite la régulation du rythme du corps», a expliqué le Dr McCraty.

Les battements du cœur et la structuration des ondes cérébrales ont été mesurés pour observer les effets de cette technique, révélant une plus grande cohérence.

 
VOIR AUSSI