L’efficacité des vaccins occidentaux chute vers les 50% ou moins après 6 mois, selon une étude

Par Zachary Stieber
9 novembre 2021 19:29 Mis à jour: 9 novembre 2021 19:51

L’efficacité des trois grands vaccins contre le Covid-19 disponibles dans les pays occidentaux a diminué au cours des derniers mois, la protection contre l’infection passant sous la barre des 50 % après 6 mois pour Pfizer et Johnson & Johnson, selon une nouvelle étude.

Le vaccin contre le Covid-19 de Moderna est passé de 89,2 % d’efficacité en mars à 58 % en septembre, selon les chercheurs. Pendant la même période, le vaccin de Pfizer est passé de 86,9 % à 43,3 %, et celui de Johnson & Johnson de 86,4 % à 13,1 %.

Le Dr Stephen Hahn, directeur de la Food and Drug Administration (FDA) à la dernière période de l’administration Trump, avait affirmé l’an dernier que l’agence n’autoriserait pas les vaccins contre le Covid-19 dont l’efficacité contre l’infection ne serait pas d’au moins 50 %.

Les chercheurs ont également constaté que la protection des vaccins contre le décès diminuait après 6 mois, en particulier chez les personnes âgées. Cependant, au lieu de comparer l’efficacité en mars et en septembre, ils ont utilisé ces données pour déterminer l’efficacité de juillet à octobre. Pour les personnes âgées de 65 ans ou plus, l’efficacité contre le décès était de 75,5 % pour le vaccin Moderna, de 70,1 % pour le vaccin Pfizer et de 52,2 % pour le vaccin Johnson & Johnson.

Pour les personnes plus jeunes, l’efficacité était plus élevée : 84,3 % pour le vaccin de Pfizer, 81,5 % pour Moderna, et 73 % pour Johnson & Johnson.

Alors que les premières données montraient une efficacité élevée du vaccin contre l’infection et le décès, « nos résultats suggèrent que les vaccins sont moins efficaces pour prévenir l’infection associée au variant Delta », ont écrit les chercheurs.

Si, au fil du temps, les personnes vaccinées courent un risque plus élevé d’être infectées par le Covid-19 ou de mourir, les personnes non vaccinées sont toujours plus susceptibles de contracter la maladie ou d’en mourir, ont-ils ajouté.

Des chercheurs de l’Institut de santé publique, de l’École de santé publique de l’Université du Texas et du Veterans Affairs Medical Center ont mené ces recherches, qui ont été publiées dans la revue Science.

Ces chercheurs ont examiné les infections et les décès dus au Covid-19 en fonction du statut vaccinal de 780 225 anciens combattants entre le 1er février et le 1er octobre. Ils ont utilisé les données du ministère des Anciens combattants et ont reçu un financement du Mercatus Center de l’université George Mason et du bureau du président de l’université de Californie.

« Notre étude fournit aux chercheurs, aux décideurs et à d’autres personnes une base solide pour comparer l’efficacité à long terme des vaccins anti-Covid, ainsi qu’une grille de lecture pour prendre des décisions éclairées concernant la première injection du vaccin, les rappels et les autres couches de protection, y compris les obligations de port du masque, la distanciation sociale, les tests et d’autres interventions de santé publique visant à réduire le risque de propagation », a déclaré le Dr Barbara Cohn, l’auteure principal, dans un communiqué.

La recherche vient appuyer les recommandations faites à de nombreux Américains, notamment à tous les bénéficiaires du vaccin Johnson & Johnson, pour qu’ils fassent des rappels, a-t-elle précisé.

D’autres études ont montré que l’efficacité du vaccin contre le Covid-19 a diminué au fil du temps, ce qui a conduit les autorités sanitaires américaines à recommander des rappels. Toutefois cette étude est la première à examiner les trois vaccins disponibles aux États-Unis. Elle a également mentionné une efficacité plus faible contre la mort que de nombreuses autres études.

Le Covid-19 est la maladie causée par le virus du PCC (virus du Parti communiste chinois).

Les limites de l’étude comprennent le fait de ne savoir ni la raison ni le lieu où les personnes ont été testées ; pour être incluse dans l’analyse, il fallait que la personne ait déjà été dépistée pour le Covid-19.

Pfizer, Moderna, Johnson & Johnson et le National Institute of Allergy and Infectious Diseases des États-Unis n’ont pas répondu aux demandes de commentaires en 24 heures et n’ont pas semblé réagir publiquement à l’étude.

Ces conclusions font suite à deux autres études, toutes deux en préimpression, qui ont montré que l’efficacité du vaccin contre l’infection diminuait au fil du temps après l’injection initiale.

Des chercheurs suédois, utilisant des données provenant de registres nationaux, ont constaté que l’efficacité du vaccin de Pfizer avait chuté de 30 à 47 % entre le 121e et le 180e jour, alors qu’elle était de 92 % au 15e jour.

« À partir du 211e jour, aucune efficacité n’a pu être détectée », ont-ils dit. Le vaccin Moderna a également perdu de son efficacité, mais a conservé une certaine protection après le 181e jour.

Les chercheurs israéliens, quant à eux, en extrayant des données d’une base de données nationale, ont constaté que le vaccin de Pfizer était moins efficace à la fois contre l’infection et la maladie grave au fil du temps après une vaccination complète.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.