Des législateurs estiment qu’il faut interdire à la Chine d’investir dans la chaîne d’approvisionnement de la Défense britannique

Par Alexander Zhang
15 février 2021 18:58 Mis à jour: 15 février 2021 18:58

Les investissements de la Chine et d’autres États hostiles représentent un risque pour la sécurité nationale de la Grande-Bretagne et devraient être interdits dans la chaîne d’approvisionnement de la Défense du Royaume-Uni, a déclaré dimanche une commission parlementaire britannique.

La commission parlementaire a averti que la chaîne d’approvisionnement de la Défense britannique était « ouverte à une implication étrangère potentiellement hostile » en raison du traitement des investissements étrangers par le ministère de la Défense.

La commission a recommandé au ministère de la Défense de publier une liste des pays agréés dans lesquels les investissements devraient se poursuivre. Elle a déclaré que « tous les pays ne figurant pas sur cette liste devraient se voir interdire d’investir dans la chaîne d’approvisionnement de la Défense britannique, y compris la Chine et la Russie ».

L’avertissement a été lancé dans un rapport publié dimanche à la suite d’une enquête sur les vulnérabilités de la chaîne d’approvisionnement de Défense du Royaume-Uni pendant la pandémie de Covid-19, laquelle a été causée par le virus du PCC (virus du Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus.

La commission a constaté que la participation étrangère est très répandue dans la chaîne d’approvisionnement de la Défense britannique en raison de l’approche du ministère de la Défense qui encourage les investissements étrangers en tant que « l’un de ses principaux moyens d’optimiser les ressources ».

« Bien que les faits laisseraient penser que la plupart des investissements proviennent de proches alliés et sont souhaitables, un certain nombre d’investissements semblent préoccupants », indique le rapport (pdf).

« L’approche ouverte et agnostique du ministère de la défense a signifié que la chaîne d’approvisionnement de la Défense a été ouverte à une implication étrangère potentiellement hostile, avec des rapports concernant des sociétés possédées et influencées par des gouvernements étrangers dont les valeurs et les comportements sont en contradiction avec les nôtres et qui sont connus pour se livrer à des vols de propriété intellectuelle. »

La commission s’est inquiétée du fait que l’implication de sociétés liées à des États tels que la Chine « pourrait avoir pour conséquence que la haute technologie et les équipements britanniques figurent dans la technologie militaire étrangère ».

Le rapport énumère 9 sociétés opérant dans l’industrie de la Défense britannique qui ont été rachetées par des entreprises chinoises ces dernières années.

Un F-35A Lightning II de l’U.S. Air Force atterrit à la base aérienne de Luke, en Arizona, le 25 juillet 2018. (Photo de l’U.S. Air Force par le sergent d’état-major Franklin R. Ramos)

L’une des entreprises, eXception PCB, a produit des composants en plastique utilisés dans les circuits imprimés de l’avion de chasse F-35.

Dans un autre cas, la technologie britannique des semi-conducteurs pourrait avoir fini dans un canon de la marine chinoise après l’acquisition de Dynex Semiconductor par la société ferroviaire chinoise CRRC Zhouzhou en 2008, selon le rapport.

Le comité des députés a demandé au ministère de la Défense d’« évaluer d’urgence les implications de la propriété chinoise des entreprises énumérées dans ce rapport ».

Les législateurs ont également exprimé leurs préoccupations concernant l’achat par le ministère de la Défense de matériel chinois d’occasion.

Le gouvernement britannique a récemment acheté deux avions de ligne 737 chinois d’occasion pour les convertir en E-7 Wedgetail afin de fournir la capacité aéroportée d’alerte et de contrôle du Royaume-Uni, selon le rapport.

La commission a estimé que cela est « profondément préoccupant » et que « l’achat d’équipement en Chine pour l’utilisation par les forces armées ne devrait pas être considéré comme une option viable par le ministère de la Défense ».

Le rapport cite des commentateurs qui disent que l’équipement pourrait avoir des problèmes de sécurité, car il « pourrait avoir été défectueux ou activement saboté avant son transfert ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.