L’Europe se prépare à la récession alors que les gens luttent contre le coût de la vie de plus en plus élevé

Par Naveen Athrappully
23 septembre 2022 16:13 Mis à jour: 23 septembre 2022 16:13

L’Europe montre des signes d’entrée en récession. De multiples enquêtes économiques montrent que les secteurs des services et de l’industrie manufacturière de la région ralentissent, tandis qu’un grand nombre de citoyens du continent ont du mal à faire face à la hausse des prix.

Selon un communiqué de presse du 5 septembre (pdf), l’indice composite de production S&P Global Eurozone est tombé à 48,9 en août, son plus bas niveau depuis 18 mois.

Le secteur privé de la zone euro a continué à se contracter en août. La production des services et de l’industrie manufacturière a diminué au cours du mois. L’indice PMI (Purchasing Manager’s Index/indice des directeurs d’achat) de la production pour l’Allemagne, la plus grande économie de la zone euro, a atteint 46,9, son plus bas niveau depuis 27 mois. En France, deuxième économie de la région, l’indice a atteint 50,4, son plus bas niveau depuis 17 mois.

L’indice PMI manufacturier S&P Global/BME pour l’Allemagne a atteint son plus bas niveau en 26 mois, à 49,1, en août. Selon une autre enquête de S&P, les nouvelles commandes ont subi une « forte baisse soutenue » qui a pesé sur les niveaux de production et ralenti le rythme de création d’emplois dans les usines (pdf).

Le secteur des services du pays a vu son activité chuter pour le deuxième mois consécutif en août, la croissance de l’emploi étant à son plus bas niveau depuis 18 mois (pdf).

En France, les niveaux de production ont baissé pour le troisième mois consécutif. Bien que les pressions inflationnistes se soient calmées, les entreprises ont moins acheté en raison des prix élevés. Le secteur des services a enregistré une baisse des nouvelles commandes.

« Les enquêtes PMI indiquent que la zone euro entre en récession plus tôt qu’on ne le pensait auparavant. Notamment l’Allemagne, sa plus grande économie, et nous voyons maintenant la zone euro ‘profiter’ d’une récession plus longue, de trois trimestres », a souligné à Reuters Peter Schaffrik de la Banque royale du Canada.

Ces données économiques désastreuses surviennent alors que les citoyens européens sont confrontés à l’inflation. Un récent sondage (pdf) publié par l’organisation à but non lucratif More In Common a révélé que seuls 20% des Allemands « s’accommodent bien » de la hausse des prix. En France et en Pologne, seuls 5% des citoyens admettent la même chose.

En Allemagne, 64% des personnes interrogées prévoient de réduire leur consommation de chauffage cet hiver en raison des prix élevés de l’énergie. Cette proportion est de 60% en France et de 50% en Pologne.

L’Allemagne ralentit

Le gouvernement allemand a annoncé un plan de dépenses de 65 milliards d’euros visant à protéger les citoyens et les entreprises de la hausse de l’inflation. Cependant, certains économistes ne voient pas d’effet positif à cette mesure.

« Le plan d’aide ne peut pas changer le fait que l’Allemagne s’est appauvrie en tant qu’importateur net d’énergie », a déclaré à Reuters Joerg Kraemer, économiste en chef de Commerzbank.

« Les entreprises doivent réduire leur consommation d’énergie, qui est devenue coûteuse, et réduire leur production en conséquence », a-t-il ajouté. M. Kraemer s’attend à ce que l’Allemagne « glisse vers la récession en automne ».

La dépendance de l’Allemagne à l’égard de la Russie pour son approvisionnement en gaz naturel l’a mise dans une situation difficile en raison de la flambée incontrôlée des prix du gaz. Avant la guerre entre la Russie et l’Ukraine, plus de 55% du gaz allemand provenait de Moscou. Le 29 août, le prix du gaz en Allemagne a dépassé pour la première fois les 1000 euros par mégawatt-heure.

Un sondage de Reuters auprès des économistes prévoit que l’Allemagne connaîtra trois trimestres consécutifs de croissance négative, à partir de ce trimestre. Au deuxième trimestre 2022, le produit intérieur brut du pays est resté stable par rapport au premier trimestre.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.