Des médecins chinois admettent avoir prélevé de force des organes sur des pratiquants de Falun Gong

Note de la rédaction : Epoch Times publie un certain nombre d’articles sur la torture dont sont victimes les prisonniers de conscience en Chine.

L’une des nombreuses méthodes utilisées par les chercheurs dans le domaine des droits de l’homme enquêtant sur les prélèvements forcés d’organes sur les pratiquants de Falun Gong, consiste à appeler des professionnels de la santé dans de nombreux hôpitaux chinois qui effectuent des greffes d’organes.

Lors des appels téléphoniques, les enquêteurs se présentent comme des patients potentiels ayant besoin d’un organe. Au cours de bon nombre de ces appels, les professionnels chinois de la santé admettent que la source des organes provient de pratiquants de Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa – une pratique traditionnelle de type qigong persécutée en Chine depuis 1999.

L’échange qui suit est une transcription de l’un de ces appels tirée du rapport Prélèvements meurtriers de David Kilgour – ancien secrétaire d’État canadien – et de David Matas – avocat canadien des droits de l’homme.

Conversation avec Dr Lu, de l’hôpital Minzu de la région du Guangxi, le 22 mai 2006

Enquêteur : Pourriez-vous trouver des organes de pratiquants de Falun Gong ?

Dr Lu : Permettez-moi de vous dire que nous n’avons aucun moyen d’en avoir. C’est plutôt difficile de les obtenir maintenant dans le Guangxi. Si vous ne pouvez pas attendre, je vous suggère d’aller à Guangzhou, parce qu’il est très facile pour eux d’en obtenir. Ils sont capables d’en chercher dans tout le pays. Comme ils font des greffes du foie, ils pourront obtenir un rein pour vous en même temps, donc c’est très facile pour eux de le faire. De nombreux établissements qui manquent [d’organes] se tournent vers eux pour en obtenir.

Enquêteur : Pourquoi est-ce facile pour eux d’en avoir ?

Dr Lu : Parce que c’est une institution importante. Ils contactent le système [judiciaire] au nom de toute l’université.

Enquêteur : Ils utilisent donc des organes de pratiquants de Falun Gong ?

Dr Lu : Exact.

Enquêteur : Ceux que vous avez utilisés avant [les organes des pratiquants de Falun Gong], est-ce qu’ils provenaient de centres de détention ou de prisons ?

Dr. Lu : De prisons.

Enquêteur : Et ils provenaient de pratiquants de Falun Gong en bonne santé ?

Dr Lu : Tout à fait. Nous choisissons les bons pour assurer la qualité de nos opérations.

Enquêteur : Cela signifie que vous choisissez les organes vous-même.

Dr Lu : Exact.

Enquêteur : Quel âge ont les fournisseurs d’organes en général ?

Dr Lu : Habituellement, ils sont dans la trentaine.

Enquêteur : Alors vous irez à la prison les choisir vous-même ?

Dr Lu : Exact. Nous devons faire la sélection.

Enquêteur : Qu’est-ce qui arrive si celui qui est choisi ne veut pas avoir une prise de sang ?

Dr Lu : Il nous laissera faire, c’est sûr.

Enquêteur : Comment ?

Dr Lu : Ils trouveront certainement un moyen. De quoi vous inquiétez-vous ? Ce genre de choses ne devrait pas vous inquiéter. Ils ont leur manière de faire.

Enquêteur : La personne sait-elle que ses organes vont lui être prélevés ?

Dr Lu : Non, elle ne le sait pas.

Version originale

 
VOIR AUSSI