Un nombre édifiant d’athlètes se sont effondrés l’année dernière

Par Joseph Mercola
30 avril 2022 20:58 Mis à jour: 5 mai 2022 08:30

En bref

  • – Un rapport mis à jour par Good Sciencing, une équipe d’enquêteurs, de rédacteurs en chef, de journalistes en quête de vérité, a recensé 890 arrêts cardiaques et autres problèmes graves chez les athlètes (à l’international), dont 579 décès, après des injections de vaccins contre le Covid.
  • – Après avoir révélé des chiffres choquants, One America News Network (OAN) a signalé que l’âge moyen des athlètes ayant subi un arrêt cardiaque n’était que de 23 ans.
  • – Ces cas devenant impossibles à ignorer, une chaîne sportive australienne diffusée par les grands médias a émis l’hypothèse que les problèmes de santé pouvaient être liés aux injections de vaccins contre le Covid. Un des animateurs a reconnu que de nombreux joueurs avaient souffert de problèmes cardiaques et de la paralysie de Bell après des injections de rappel.

Plus de 769 athlètes se sont effondrés sur le terrain pendant un match entre mars 2021 et mars 2022. Ces chiffres choquants ont été révélés par One America News Network (OAN), qui a également constaté que l’âge moyen des athlètes ayant subi un arrêt cardiaque n’était que de 23 ans [1]. Cette augmentation sans précédent des arrêts cardiaques et autres problèmes cardiaques chez les plus grands athlètes coïncide avec le lancement des vaccins contre le Covid.

L’Open de Miami a fait les gros titres au début du mois d’avril 2022 après que 15 joueurs (tous vaccinés) ont abandonné [2]. Parmi elles, les favorites Paula Badosa et Jannik Sinner. Badosa a quitté le court en larmes après avoir été victime d’un malaise, et l’adversaire de Sinner a déclaré l’avoir vu « se tordre » sur le court, notant que « c’était très étrange » [3], les supporters étaient confus. [4]

Selon Pearson Sharp de l’OAN : « Ce ne sont que deux des plus de 769 athlètes qui se sont effondrés pendant un match, sur le terrain, au cours de l’année dernière. » [5] Il a poursuivi :

« Combien d’athlètes de 23 ans s’effondraient et souffraient de crises cardiaques avant cette année ? Connaissez-vous des personnes de 23 ans qui ont eu des crises cardiaques avant maintenant ? Et ce ne sont que ceux que nous connaissons. Combien n’ont pas été signalés ? Près de 800 athlètes – des personnes jeunes, en pleine forme et dans la force de l’âge – s’écroulent sur le terrain. En fait, dans l’UE il y a eu 500 % de joueurs de football en plus qui sont morts de crises cardiaques par rapport à l’année précédente.

« Une coïncidence ? Alors que le vaccin Pfizer est connu pour provoquer des inflammations cardiaques ? Non. En fait, de nombreux médecins traitant ces joueurs indiquent que leurs blessures et leurs décès sont directement causés par le vaccin… Ce n’est pas une coïncidence. »

Le VAERS ne montre pas la vue d’ensemble

Au 1er avril 2022, le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), où sont remontés et collectés les événements indésirables causés par les vaccins Covid aux États-Unis, a recensé 26 693 décès et 147 677 hospitalisations liés aux injections des vaccins Covid [6], ainsi que 13 677 crises cardiaques et 38 024 cas de myocardite (inflammation du muscle cardiaque) et de péricardite (inflammation du sac tissulaire entourant le cœur).

La myocardite et la péricardite provoquent des symptômes tels que des douleurs thoraciques, un essoufflement et des palpitations ou des battements de cœur. Selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies américains (CDC), les cas sont survenus le plus souvent après des injections basées sur la technologie à ARNm (Pfizer-BioNTech ou Moderna), surtout chez les adolescents et les jeunes adultes de sexe masculin. La myocardite survenait plus souvent après la deuxième injection, généralement dans la semaine qui suivait. [7]

Des enquêtes antérieures ont montré qu’entre 1 % [8] et 10 % [9] seulement des effets indésirables sont signalés au VAERS, qui est un système de déclarations volontaires, de sorte que le nombre réel pourrait être beaucoup plus élevé. Kyle Warner est un des athlètes qui a signalé des effets indésirables au VAERS. Il lui a fallu 45 minutes pour remplir sa déclaration – un temps que de nombreux médecins n’ont pas.

Kyle Warner, 29 ans, était au sommet de sa carrière de vététiste de montagne quand, en juin 2021, il a reçu sa deuxième dose du vaccin Covid-19 de Pfizer. Il a subi une réaction si grave que, des mois plus tard, il était encore alité, facilement épuisé après un effort mental ou physique trop important.

« Je crois que là où il y a un risque, il doit y avoir un choix », a-t-il déclaré [10]. Au lieu de cela, « les gens sont contraints de prendre une décision fondée sur le manque d’information, alors qu’ils sont convaincus de prendre une décision fondée sur une transparence totale de l’information » [11]. Malgré le nombre croissant d’effets indésirables signalés dans le VAERS, de hauts responsables gouvernementaux, tels que le Dr Anthony Fauci, directeur de l’ Institut national des allergies et des maladies infectieuses, et le Dr Rochelle Walensky, directrice des CDC, ont tenté de discréditer le système.

Cela s’est notamment produit lors d’une audition au Sénat, lorsque le Dr Fauci et le Dr Walensky ont laissé entendre que tout et n’importe quoi pouvait être enregistré dans le VAERS. L’argument étant qu’une personne tout juste vaccinée ayant un accident de voiture pouvait être déclarée blessée après vaccination. [12] À noter que tout le monde est autorisé à faire un signalement au VAERS et ce fait constitue le grand argument des détracteurs pour affirmer que le VAERS foisonne d’erreurs et de fausses déclarations. Il faut cependant relever que le processus pour déclarer des complications au niveau de sa santé est assez long et relativement compliqué, de ce fait, nul n’ignore que les événements indésirables sont sous et non sur-signalés.

Histoires choquantes d’athlètes blessés suites aux injections des vaccins Covid

Kyle Warner a développé une péricardite, un syndrome de tachycardie orthostatique posturale (PoTS) et une arthrite réactionnelle après sa deuxième dose de vaccin Pfizer [13]. Là encore, il s’agit d’un jeune athlète de classe mondiale dont la vie a été mise sur la touche par les injections.

Malheureusement, de nombreux médecins ne sont pas disposés à reconnaître que les injections contre le Covid-19 ont des effets dévastateurs sur bien des personnes, et beaucoup de ceux qui ont été affaiblis par les vaccins constatent que leurs récits sont censurés sur les plateformes telles que YouTube, Instagram, Facebook. Quelques-uns cependant, ont réussi à atteindre les médias grand public, notamment :

– Florian Dagoury, détenteur du record mondial en apnée statique. Après avoir reçu sa deuxième dose de vaccin Pfizer, son rythme cardiaque est devenu plus rapide et sa capacité à retenir son souffle s’est affaiblie. Un cardiologue lui a diagnostiqué une myocardite, une péricardite et régurgitation mitrale triviale [14]. La carrière de Dagoury est peut-être terminée.

– Jérémy Chardy, un joueur de tennis professionnel de 34 ans classé au 73e rang mondial, a suspendu sa saison en raison d’une réaction indésirable grave au vaccin, qui l’a rendu incapable de pratiquer une activité intense. [15]

– Le triathlète Antoine Méchin, 32 ans, va peut-être devoir mettre fin à sa carrière après avoir reçu des injections Moderna. Après sa deuxième dose, il a commencé à ressentir un essoufflement et des douleurs dans le bas du dos, qui se sont avérés être une embolie pulmonaire.

Les symptômes, qui comprenaient des problèmes respiratoires et des douleurs au bras, ont commencé après la première dose, mais les médecins ont considéré que son essoufflement était lié au stress et à la fatigue. Environ un mois après sa deuxième dose, l’essoufflement et les douleurs corporelles sont revenus. Ce n’est qu’après des tests dans une clinique sportive que l’embolie pulmonaire a été révélée. [16]

Des cas sans précédent d’athlètes qui s’effondrent ou meurent

Matt Le Tissier, légende du football britannique et commentateur sportif fait partie de ceux qui se sont exprimés (voir vidéo ci‑dessus) sur le grand nombre d’athlètes qui se sont effondrés ou sont morts sur le terrain – ce qui lui a coûté son poste de commentateur. Dans une interview accordée à Red Voice Media, Le Tissier est interrogé sur ce qu’il pense de la recrudescence des accidents cardiaques dans le monde du sport, ce à quoi il répond :

« Je n’ai jamais rien vu de tel. J’ai joué pendant 17 ans. Je ne pense pas avoir vu une seule personne en 17 ans sortir du terrain de football avec des difficultés respiratoires, se serrant le cœur, des problèmes cardiaques …

L’année dernière, c’est incroyable le nombre de personnes, pas seulement des footballeurs, mais des sportifs en général, des joueurs de tennis, des joueurs de cricket, des basketteurs, qui se sont écroulés. Et à un moment donné, il faut bien se dire que ce n’est pas normal, qu’il faut enquêter. » [17]

En décembre 2021, 300 rapports d’athlètes ayant eu des défaillances, dont certains sont morts, avaient déjà été recueillis [18]. Il y a notamment eu le cas d’Adama Traoré, star du Barça, qui s’est serré la poitrine et s’est effondré sur le terrain. Un rapport actualisé de Good Sciencing a recensé 890 arrêts cardiaques et autres problèmes graves chez des athlètes, dont 579 décès, après des injections de Covid-19 [19].

Tenant à jour une « liste non exhaustive et en constante augmentation de jeunes athlètes principalement qui ont eu des problèmes médicaux majeurs en 2021/2022 après avoir reçu un ou plusieurs vaccins Covid » Good Sciencing note :

« Il n’est absolument pas normal qu’un si grand nombre d’athlètes principalement jeunes souffrent d’arrêts cardiaques ou meurent en pratiquant leur sport, mais cette année, cela se produit. Beaucoup de ces problèmes cardiaques et de ces décès surviennent peu de temps après avoir reçu un vaccin Covid. Bien qu’il soit possible que cela arrive à des personnes qui n’ont pas été vaccinées contre le Covid, les chiffres indiquent clairement la seule cause évidente.

« (…) Au départ, beaucoup de ces cas n’ont pas été signalés. Nous savons qu’on a dit à de nombreuses personnes de ne parler à personne de leurs effets indésirables et que les médias n’en parlaient pas. Ils ont commencé à se produire et à s’intensifier après les premières vaccinations.

« Les grands médias n’en parlent toujours pas, mais les informations sportives ne peuvent ignorer le fait que des joueurs de football et d’autres stars s’effondrent au milieu d’un match en raison d’un arrêt cardiaque soudain. Beaucoup d’entre eux meurent – plus de 50 %.

« Nous constatons également que de nombreuses publications sur Facebook, Instagram, Twitter, les forums et les articles d’actualité sont supprimées. Nous recevons donc maintenant des messages disant qu’il n’y a aucune preuve de l’événement ou du statut vaccinal. C’est en partie parce que ces informations sont cachées. » [20]

Gary Dempsey, un joueur de football professionnel avec une carrière de près de vingt ans, a également tweeté à quel point la récente vague d’événements cardiaques chez les athlètes est inhabituelle :

« A été professionnel pendant près de 20 ans. Depuis 1996. A joué près de 500 matchs. En club et au niveau international. Il n’y a jamais eu un seul arrêt cardiaque. Que ce soit dans le public ou chez un joueur. C’est en fait assez effrayant. » [21]

La vidéo du tweet ci-dessus provient d’une chaîne sportive australienne grand public [22] et présente un autre athlète professionnel, Ollie Wines, qui est hors jeu en raison de nausées, de vertiges et de palpitations cardiaques.

Des cas comme celui-ci devenant impossible à ignorer, l’équipe du Sunday Footy Show a émis l’hypothèse que les problèmes de santé pourraient être liés aux injections des vaccins Covid, et l’un des animateurs a reconnu que de nombreux joueurs ont souffert de problèmes cardiaques et de paralysie de Bell suite aux injections. « Des salles remplies de personnes souffrant des mêmes problèmes », a-t-il déclaré. [23]

L’ancien footballeur professionnel Matthew Lloyd, à qui on a récemment diagnostiqué une paralysie de Bell, a déclaré : « Les problèmes cardiaques et la paralysie de Bell ont explosé depuis les injections de rappel et les problèmes liés au Covid. » [24]

Au cours des essais cliniques de phase 3 des injections à ARNm, davantage de cas de paralysie faciale sont survenus dans les groupes vaccinés (7 sur 35 654) par rapport au groupe placebo (1 sur 35 611), ce qui a conduit la Food and Drug Administration américaine à recommander de surveiller les personnes vaccinées en cas de paralysie faciale. [25]

Lloyd a également déclaré qu’il avait entendu parler de nombreux cas de problèmes cardiaques similaires à ceux de Wines. « Nous avons reçu [le journaliste sportif] Michelangelo Rucci … et il a dit qu’il y a un service rempli de personnes présentant des symptômes similaires à ceux d’Ollie Wines – nausées, problèmes cardiaques – donc il doit y avoir quelque chose de plus. » [26]

Il est bien connu que des protéines spike toxiques peuvent circuler dans le corps après une infection ou une injection de vaccin contre le Covid, ce qui endommage les cellules, les tissus et les organes. Comme le cœur bat plus vite pendant une activité sportive intense, les protéines spike circulent plus rapidement dans le corps, ce qui pourrait expliquer pourquoi tant d’athlètes s’effondrent sur le terrain.

Il est important que ces histoires soient entendues, il est important de signaler ces événements malgré la censure.

Publié initialement le 19 avril 2022 sur Mercola.com.

Sources et références

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.