Comment le Parti communiste chinois infiltre les grandes organisations internationales telles que l’OMC ou le FMI

Par He Jian

Un proverbe chinois nous dit : « Ne vous mettez pas en avant, mais ne restez pas en arrière. » La puissance de la Chine ne cesse de grandir à pas de géants. La vitesse et la ruse avec lesquelles elle s’infiltre sont à faire froid dans le dos. Puissions-nous en tirer une leçon !

Le monde commence à remarquer comment la Chine influence de plus en plus la communauté internationale. Cette situation a été provoquée par des informations récentes concernant l’ex-chef d’Interpol, Meng Hongwei, qui a été arrêté par le Parti communiste chinois (PCC) et fait présentement l’objet d’une enquête pour corruption et déloyauté politique. M. Meng a également été vice-ministre de la Sécurité publique de Chine. Comme Meng Hongwei, les membres du PCC ont infiltré diverses organisations internationales, notamment l’Organisation mondiale du commerce (OMC), le Fonds monétaire international (FMI), l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’UNESCO et d’autres grandes agences mondiales. Ils usent de leur influence par l’intermédiaire de ces organismes pour promouvoir les intentions du PCC.

7 November 2017; Meng Hongwei, President, INTERPOL, on Forum Stage during the opening day of Web Summit 2017 at Altice Arena in Lisbon. Photo by Diarmuid Greene/Web Summit via Sportsfile
Diarmuid Greene / Web Summit / Sportsfile — Cette image a été extraite d’un autre fichier  : Web Summit 2017 – Day 1 DG2 2424 (38207298162).jpg

La relation complexe entre le PCC et l’OMC

L’Organisation mondiale du commerce (OMC), la plus grande organisation économique et commerciale du monde, a grandement contribué à la croissance économique de Chine. Mais le PCC a profité du traitement préférentiel de l’OMC sans respecter les règles du commerce international.

La guerre commerciale sino-américaine pousse l’OMC à l’avant-scène. En mars, le Bureau du représentant américain au commerce (USTR) a déposé une demande d’intervention à l’OMC pour s’attaquer aux pratiques commerciales déloyales de la Chine qui vont à l’encontre des règles de l’OMC.

Le président Trump a posté sur son compte Twitter en avril : « La Chine, qui est une grande puissance économique, est considérée comme un pays en développement au sein de l’Organisation mondiale du commerce. Ils obtiennent donc d’énormes avantages, surtout par rapport aux États-Unis. Pense-t-on que c’est juste ? Nous avons été mal représentés. L’OMC est injuste envers les États-Unis. »

L’OMC ne fournit aucune définition ni règle pour une « nation en développement », de sorte qu’un pays peut simplement se déclarer comme tel. La Chine a profité de cette politique d’ « auto-déclaration », une échappatoire, et s’identifie comme une nation en développement. Il est donc difficile de convaincre les autres pays que le PCC ne respecte pas les règles.

Le volume total des importations et des exportations de Chine est passé de 447,5 milliards € ( 509,8 milliards $ US) en 2001, année de son adhésion à l’OMC, à environ 3.8 billions € (4,1 billions $) en 2017. Depuis 2009, les exportations chinoises sont les plus importantes au monde. Au cours des 5 dernières années, sauf en 2016, le volume total des importations et des exportations de Chine s’est également classé premier au monde. C’est vraiment la plus grande nation commerçante du monde. De plus, au cours des dernières années, le PIB de la Chine s’est également classé parmi les pays à revenu moyen supérieur.

Cependant, l’OMC semble avoir de la difficulté à traiter avec un membre aussi spécial que la Chine. En juillet, après que l’OMC eut examiné la plainte des États-Unis contre la Chine au sujet de pratiques commerciales déloyales, elle a rédigé un rapport qui reconnaissait en partie la politique commerciale du PCC et appelait la Chine à apporter des améliorations à ses pratiques commerciales.

En l’absence de sanctions spécifiques, le PCC ne se sent pas obligé de suivre les règles de l’OMC, qui a également été clémente dans le passé. Par exemple, le New York Times a rapporté en mars 2014 que les États-Unis, l’Union européenne et le Japon avaient déposé une plainte en 2012 contre la Chine pour avoir restreint les exportations d’éléments des terres rares et de métaux utilisés dans la fabrication et la technologie. L’OMC n’a pas exigé d’amende de la Chine, mais seulement de mettre fin à la violation.

En raison de son attitude de non-intervention à l’égard de la Chine, l’OMC a protégé le PCC, ce qui lui a permis de manipuler et de violer les règles du commerce international.

L’influence du PCC sur l’OMC

Bien que le PCC ait rapidement accru son statut commercial mondial après son adhésion à l’OMC, il a progressivement accru son influence sur l’Organisation.

En 2013, la Chine est devenue pour la première fois la première nation commerçante du monde. Roberto Azevedo, diplomate brésilien soutenu par le PCC, a été élu directeur général adjoint la même année. Roberto Azevedo a nommé Yi Xiaozhun, vice-ministre chinois du Commerce, directeur général adjoint de l’OMC en 2013.

Selon le site Web de l’OMC, le directeur général adjoint Yi Xiaozhun est responsable de l’accès aux marchés, du commerce des services, de la recherche économique, ainsi que de la propriété intellectuelle, des marchés publics et de la concurrence. Les États-Unis ont accusé le PCC de pratiques commerciales déloyales, c’est-à-dire de vol de droits de propriété intellectuelle, d’approvisionnement du gouvernement et de restrictions à la concurrence.

De plus, après que les États-Unis ont critiqué les pratiques commerciales déloyales du PCC et leur impact négatif sur l’économie et l’emploi aux États-Unis, M. Yi a déclaré, lors de la Sixième Conférence mondiale des chefs d’entreprise tenue en Chine en mai dernier, que le commerce n’était pas la principale cause du chômage dans ce pays.

En outre, les pratiques commerciales déloyales du PCC ont surtout profité à son élite et à ses dignitaires, qui contrôlent l’économie chinoise. Les véritables victimes sont les Chinois qui ne récoltent pas les mêmes bénéfices que la classe dirigeante.

Parmi les quarante-cinq engagements pris par le PCC pour adhérer à l’OMC, le PCC ne met en œuvre qu’une seule des sept politiques économiques promises, un des quatre engagements sur la propriété intellectuelle, sept des douze engagements commerciaux et quatorze des vingt-deux engagements commerciaux de services, pour un total de vingt-trois engagements.

En outre, ce que le PCC viole sont des engagements clés qui affectent les intérêts vitaux des investisseurs étrangers et du peuple chinois, tels que l’obligation pour les entreprises étrangères de transférer des technologies, les blocages de réseaux, les restrictions aux importations et diverses barrières non tarifaires.

Le PCC et le Fonds monétaire international (FMI)

Avec le renforcement de l’économie chinoise après son adhésion à l’OMC, le PCC a commencé à rechercher un plus grande puissance chinoise au sein d’importantes organisations internationales, telles que le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (Banque mondiale), les deux plus importantes institutions financières du monde.

Le FMI, créé en 1945 et composé de 189 pays, a pour mission de « favoriser la coopération monétaire mondiale, d’assurer la stabilité financière et de faciliter le commerce international ».

En 2011, Christine Lagarde, directrice générale du FMI et présidente, a nommé Zhu Min, sous-gouverneur de la Banque populaire de Chine, au poste de quatrième directeur général adjoint. La position de la Chine a ainsi monté au sein du FMI.

Après que Zhu Min est devenu directeur général adjoint, il a promu le yuan à être inclus dans les droits de tirage spéciaux (DTS) en 2015. La part de la Chine dans les quotas de DTS est passée de 3,99 % en 2011 à 6,41 % aujourd’hui, et la part des voix est passée de 2,4 % à 6,09 %, devançant tous les pays sauf les États-Unis et le Japon.

Les DTS, créés par le FMI en 1969, sont des avoirs supplémentaires de réserve de change définis et maintenus par le FMI. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une monnaie réelle, le PCC s’est efforcé d’augmenter les quotas de DTS et les droits de vote afin de renforcer le statut international du yuan et l’influence du PCC.

En août 2016, Zhang Tao, sous-gouverneur de la Banque populaire de Chine, succède à Zhu Min et devient directeur général adjoint du FMI. Zhang Tao est également membre du PCC.

Alors que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine s’intensifie, M. Zhang blâme les États-Unis et a demandé à plusieurs reprises à Washington de soutenir le PCC.

En avril 2018, M. Zhang a déclaré que la priorité absolue de Washington pour l’économie mondiale était d’éliminer le protectionnisme commercial. Le 10 octobre, M. Zhang a déclaré au média d’État chinois, CCTV, que la plus grande incertitude dans l’économie mondiale actuelle était le différend commercial provoqué par les États-Unis.

Le PCC et la Banque mondiale

La Banque mondiale, institution financière internationale qui accorde des prêts aux pays pour des projets d’investissement, joue un rôle important dans l’essor du PCC.

De 2008 à septembre 2012, Lin Yifu, directeur du Centre chinois sur la recherche en économie (China Center for Economic Research) de l’Université de Pékin, est devenu vice-président principal de la Banque mondiale.

En 2010, la Banque mondiale a hissé la Chine au troisième rang des actionnaires de la Banque mondiale, après les États-Unis et le Japon.

En janvier 2016, la Banque mondiale a nommé Shaolin Yang, fonctionnaire du ministère chinois des Finances, au poste de directeur administratif et directeur général du Groupe de la Banque mondiale.

En avril 2018, la Banque mondiale avait prêté à la Chine plus de 53 milliards € (60,5 milliards $ US).

Le président Trump a déclaré à plusieurs reprises que la Banque mondiale avait accordé des prêts excessifs à la Chine.

En 2017, l’investissement étranger direct de la Chine s’élevait à plus de 105,5 milliards € (120 milliards $ US), ce qui la place au troisième rang mondial. Au cours des dix dernières années, les investissements étrangers de la Chine ont augmenté à un taux annuel moyen de 27,2 %, se classant ainsi parmi les plus importants pays d’investissement étranger.

Toutefois, le président de la Banque mondiale, Kim Yong, a déclaré en avril dernier que la Banque mondiale réduirait ses prêts à la Chine, mais qu’elle augmenterait sa participation (davantage de droits de vote) en augmentant les prêts de capitaux approuvés par ses membres. L’influence du PCC s’est accrue à la Banque mondiale.

Le PCC et l’Organisation mondiale de la santé (OMS)

Le PCC cherche à obtenir davantage de pouvoir au sein de l’Organisation des Nations unies et de ses organismes apparentés. En 2006, un ancien responsable chinois a été élu directeur général de l’OMS.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) est une institution spécialisée des Nations unies qui s’occupe de santé publique internationale et compte 194 États membres. En 2006, le PCC a soudoyé les pays africains pour qu’ils élisent Margaret Chan Fung Fu-chun, ancienne directrice de la santé à Hong Kong, au poste de directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé, déléguant les pouvoirs à la Chine de 2006 à 2017.

Mme Chan Fung Fu-chun a été critiquée pour ses dépenses extravagantes lorsqu’elle était directrice générale de l’OMS. Malgré le manque de financement de l’OMS, les hauts responsables de l’OMS ont dépensé 175,8 millions € (200 millions $ US) chaque année pour des voyages d’affaires, dépassant de loin les dépenses consacrées aux grands projets de santé, comme le sida.

Margaret Chan Fung Fu-chun a constamment soutenu le PCC alors qu’elle était directrice générale de l’OMS, car le maintien de son poste était acheté par le PCC.

En 2013, le PCC a dissimulé l’apparition du virus de la grippe aviaire A(H7N9) en Chine, provoquant une propagation rapide de l’épidémie. Mais Margaret Chan Fung Fu-chun a ouvertement loué et remercié le PCC pour sa « réponse et son traitement rapides » de l’épidémie lors de l’Assemblée mondiale de la Santé en mai 2013.

Lors de la conférence internationale sur la transplantation d’organes qui s’est tenue à Pékin en 2016, Mme Chan a fait l’éloge de la soi-disant « réforme de la transplantation d’organes » du PCC.

La conférence a eu lieu à peu près au moment où la communauté internationale condamnait les crimes de prélèvement d’organes à grande échelle commis par le PCC, en particulier contre les pratiquants de Falun Gong. Une enquête indépendante menée par deux avocats canadiens des droits de l’homme a publié en 2016 un rapport mis à jour sur le prélèvement d’organes découvert en 2006 et sur le rôle du PCC dans l’exécution systématique des prisonniers d’opinion pour leurs organes.

Le PCC et l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI)

L’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), institution spécialisée du système des Nations unies, encourage et accélère le développement industriel dans les pays en développement, et compte plus de 170 États membres.

En juin 2013, l’ONUDI a élu Li Yong, ancien vice-ministre des Finances de la Chine, septième directeur général. En novembre 2017, Li Yong a été réélu.

Li Yong, membre du PCC, a déclaré lors d’une interview accordée en avril par les médias publics chinois que l’ONUDI avait renforcé sa coopération avec le PCC et organisé des activités dans le cadre de l’initiative « La Ceinture et la Route » (OBOR, également connu sous le nom de Belt and Road). Depuis 2013, la Chine a lancé des projets de construction OBOR dans plus de 60 pays, à la recherche d’un réseau de liaisons terrestres et maritimes avec l’Asie du Sud-Est, l’Asie centrale, le Moyen-Orient, l’Europe et l’Afrique.

Les États-Unis ont critiqué les projets OBOR, avertissant que les prêts pourraient se transformer en impasses d’endettement pour les pays pauvres incapables de rembourser l’argent.

Li Yong a également soutenu la stratégie « Made in China 2025 » (Fabriqué en Chine, 2025) du PCC. Cette stratégie, dévoilée par le Conseil d’État chinois en 2015, est au cœur des efforts déployés par la Chine pour progresser dans la chaîne d’investissements (chaîne de valeurs) et concrétiser la vision du dirigeant chinois Xi Jinping de faire du pays une superpuissance mondiale d’ici 2050. Cela permettrait à la Chine de rattraper ses concurrents dans des secteurs tels que la robotique, l’aérospatiale, les voitures à énergie propre et les matériaux de base avancés. Dans le cadre de ce plan, Pékin veut que les fournisseurs chinois s’approprient 70 % des parts de marché d’ici 2025 pour les « composantes essentielles de base et les matériaux de base importants » dans les industries stratégiques.

Un plan d’une telle envergure visant à dominer les chaînes d’approvisionnement mondiales a alarmé l’administration américaine, qui a ciblé Made in China 2025 comme preuve que Pékin a systématiquement volé la propriété intellectuelle (PI) pour ses propres intérêts en incitant les entreprises chinoises à acquérir des entreprises technologiques américaines, en contraignant les entreprises américaines à transférer des technologies en échange de l’accès au marché chinois, et autres projets.

Dans un courriel, un porte-parole de l’ONUDI a déclaré à Epoch Times que l’ONUDI soutenait chacun ses 168 États membres.

« Le Directeur général estime que l’initiative ‘la Ceinture et la Route’ [OBOR], qui met l’accent sur le partenariat et la coopération inclusifs, peut être un outil efficace pour faire progresser l’Agenda 2030 », a déclaré Ravindra Wickremasinghe, porte-parole de l’ONUDI.

Le PCC et l’Union internationale des télécommunications (UIT)

L’Union internationale des télécommunications (UIT) est une agence de l’ONU chargée de coordonner les opérations et les services de télécommunication dans le monde entier.

En octobre 2014, Zhao Houlin, ancien fonctionnaire chinois du ministère des Postes et Télécommunications, a été élu secrétaire général de l’UIT. Il est le premier ressortissant chinois à détenir ce titre au cours des 150 ans d’histoire de l’agence.

M. Zhao a déclaré à plusieurs reprises qu’il espère que « les entreprises chinoises participeront activement à l’élaboration de normes internationales de télécommunication afin de pouvoir prendre l’initiative dans la concurrence future sur le marché ».

Le PCC et l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI)

L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) est une agence de l’ONU chargée de codifier les principes et techniques de la navigation aérienne internationale, avec 192 États membres.

En mars 2015, l’OACI a élu Liu Fang, responsable de l’aviation civile chinoise, au poste de secrétaire générale. Liu Fang est la première femme et la première ressortissante chinoise à occuper ce poste. Elle a été réélue secrétaire générale en mars de cette année.

Le PCC et la Cour internationale de Justice (CIJ)

La Cour internationale de Justice (CIJ) est le principal organe judiciaire des Nations unies. L’Agence règle les différends juridiques entre les États membres et comprend un collège de 15 juges élus par l’Assemblée générale et le Conseil de sécurité pour un mandat de 9 ans.

En 2010, Xue Hanqin, fonctionnaire du ministère chinois des Affaires étrangères, a été élue juge à la CIJ, succédant ainsi au juge national chinois Shi Jiuyong et devenant la première femme juge chinoise de l’agence.

La CCIP et la Banque asiatique de développement (BAD) et la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB)

La Banque asiatique de développement (BAD) est une banque régionale de développement financier de la région Asie-Pacifique comptant 67 membres.

En 2013, le PCC a désigné Zhang Wencai, un fonctionnaire du ministère chinois des Finances, comme vice-président de la BAD.

En août 2018, M. Zhang a déclaré dans une interview accordée à l’agence de presse publique chinoise Xinhua News Agency, que l’initiative « Nouvelle route de la soie » (OBOR) avait reçu un large soutien de la communauté internationale. La prochaine étape du travail majeur de la BAD consiste à promouvoir l’OBOR.

En 2014-2015, le PCC a lancé et créé la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) et nommé Jin Liqun, président de China International Capital Corporation, premier président de l’AIIB.

Outre les organisations internationales déjà mentionnées, il y a d’autres représentants du PCC qui ont occupé des postes importants dans d’autres organisations internationales importantes.

Fonctionnaires du PCC dans d’autres organisations internationales

L’UNESCO est une institution spécialisée des Nations unies dont l’objectif est de promouvoir la paix et la sécurité par l’éducation, la science et la culture partout dans le monde. Elle compte 195 États membres. En 2013, Hao Ping, vice-ministre de l’Éducation du PCC, a été élu président de l’Assemblée générale des Nations unies pour un mandat de 2 ans. C’est la première fois dans l’histoire de l’UNESCO qu’un représentant de la Chine a été élu président.

L’UNESCO a les trois principaux responsables : le président de l’Assemblée générale, le président du Conseil exécutif et le directeur général. En 2005, Zhang Xinsheng, alors vice-ministre de l’Éducation, a été élu président du Conseil exécutif de l’UNESCO.

L’Organisation internationale de normalisation (ISO) est une importante organisation non gouvernementale mondiale qui élabore et publie un large éventail de normes dans les domaines techniques et non techniques, et facilite le commerce mondial en fournissant des normes communes entre les pays. En septembre 2013, Zhang Xiaogang, secrétaire du Comité du Parti et directeur général d’Anshan Iron and Steel Group Co. a été élu président de l’ISO. Il a été le premier ressortissant chinois à être élu président de l’agence, du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2017.

En 2010, Li Ruigang, alors directeur de la radio et de la télévision de Shanghai, a été nommé premier directeur chinois par WPP Group, l’un des plus grands groupes mondiaux de services de publicité et de communication.

Bien que les représentants du PCC aient déjà occupé des postes de haut niveau dans un nombre croissant d’organisations internationales, le piégeage par le PCC de l’ex-chef d’Interpol, Meng Hongwei, rendra sans aucun doute les organisations internationales plus prudentes dans le choix des candidats à la direction recommandés par le PCC dans le futur. Quelle organisation internationale voudrait avoir le prochain « Meng Hongwei » ?

Plusieurs agences de presse telles que Bloomberg, The New York Times et Voice of Germany ont publié des articles sur les dangers cachés auxquels les responsables chinois peuvent être confrontés dans les affaires internationales.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Version originale

Si vous avez apprécié cet article, partagez-le avec vos amis et laissez-nous un commentaire pour nous donner votre avis !

Vidéo recommandée :

Cet hôpital en Chine a été construit pour tuer des milliers de personnes

 
VOIR AUSSI