«Plongée dans la clémence de Dieu» lors d’un coma dû à la défaillance d’un organe, une patiente en phase terminale se réveille 30 heures plus tard avec un message

Les tendances du phénomène des expériences de mort imminente
Par Health 1+1
8 juillet 2022 18:12 Mis à jour: 8 juillet 2022 18:12

Anita Moorjani est une auteure à succès du New York Times. Elle était atteinte d’un lymphome en phase terminale. Quand elle était mourante, elle a eu une expérience de mort imminente que les gens ne vivent généralement pas.

À l’époque, Mme Moorjani luttait depuis quatre ans contre un lymphome et était en phase terminale. Le cancer s’était propagé et son corps était couvert de tumeurs, certaines aussi grosses que des citrons. Elle ne pesait que 39 kg et « ressemblait à un squelette avec de la peau », a-t-elle dit.

Le matin du 2 février 2006, Mme Moorjani est tombée dans le coma, ses organes commençant à défaillir et à s’arrêter. Les médecins ont informé sa famille et annoncé qu’elle ne vivrait plus que quelques heures.

Entretemps, quelque chose de miraculeux s’est produit. Bien que les yeux de Mme Moorjani étaient fermés et qu’elle était toujours dans le coma, sa conscience s’est soudain réveillée.

Elle a décrit la scène : « J’ai senti que je sortais de mon corps, je pouvais voir mon propre corps dans le lit d’hôpital. » Elle était comme une spectatrice extrêmement lucide et omniprésente, qui pouvait être partout et n’importe où en même temps.

Elle avait l’impression que son âme était entrée dans un autre monde et elle croyait que c’était le paradis. Elle y a vu plusieurs êtres qui l’accueillaient. Il semblait que chaque être était plongé dans la miséricorde et l’amour inconditionnel de Dieu, ce qui lui fit prendre conscience de la valeur inestimable et de l’importance de la vie elle-même. Elle a voyagé longtemps dans ce monde sans limites de temps ni d’espace, voyant le passé et le futur.

Elle s’est soudain rendu compte que ses objectifs et ses choix de vie avaient été déformés, qu’elle avait tout abordé sous un angle négatif, craignant tout, qu’elle avait vécu une vie lourde et que tout cela avait provoqué son cancer. « J’ai appris que mon cancer guérirait rapidement une fois que je serais revenue dans mon corps », a-t-elle dit.

Après plus de 30 heures à frôler la mort, Mme Moorjani s’est miraculeusement réveillée. Elle a confié à sa famille à son chevet : « Je vais aller mieux. Ce n’est pas le moment pour moi de mourir. »

Quatre ou cinq jours plus tard, les tumeurs dans son corps avaient diminué de 70%. En trois semaines, son cancer avait disparu sans laisser de traces. Cinq semaines après son réveil, Mme Moorjani est sortie de l’hôpital et est rentrée chez elle.

Elle a dit que la chose la plus importante qu’elle a apprise de cette expérience de mort imminente est une nouvelle compréhension du sens de la vie. Elle a compris comment elle devait vivre.

10 phénomènes d’expériences de mort imminente

La recherche moderne sur les expériences de mort imminente remonte à environ 50 ans, dans les années 1970. Cependant, on trouve des descriptions de telles expériences dès la Grèce antique.

Les expériences de mort éminentes (EMI) sont des expériences vives et souvent bouleversantes, dont beaucoup se produisent dans des conditions physiologiques extrêmes telles qu’un traumatisme, l’arrêt de l’activité cérébrale, une anesthésie générale profonde ou un arrêt cardiaque. Selon l’opinion populaire des neurosciences, toute forme de conscience ou d’expérience sensorielle est impossible dans de telles conditions.

Bien que les EMI varient d’une personne à l’autre, elles présentent généralement les phénomènes suivants :

– Une sensation de confort et d’absence de douleur ;

– Une sensation de sortir du corps, parfois de flotter dans l’air et de voir son propre corps ;

– L’esprit travaille plus clairement et plus rapidement que d’habitude ;

– Une sensation d’être attiré dans un tunnel ou dans l’obscurité ;

– Voir une lumière brillante, parfois au bout d’un tunnel ;

– Une impression irrésistible de paix et de bonheur, ou d’amour inconditionnel ;

– L’impression d’acquérir des connaissances illimitées ;

– Regarder sa vie en rétrospective ou se souvenir d’événements importants du passé ;

– Une prescience d’événements à venir ;

– Rencontres avec des membres de la famille, des proches, des amis ou des personnalités religieuses décédés.

Les détails de l’expérience de Mme Moorjani correspondent à ces phénomènes. Il existe aussi des personnes dont les expériences de mort imminente sont différentes de celles énumérées ci-dessus et peuvent être effrayantes ou douloureuses.

Les causes des expériences de mort imminente

De nombreuses personnes décrivent les EMI comme des hallucinations attribuables à diverses causes. Par exemple, elles seraient causées par l’hypoxie, l’hypercapnie, la libération d’hormones et de neurotransmetteurs, l’épilepsie, l’activation du lobe limbique, l’intrusion du sommeil paradoxal et un dysfonctionnement du cerveau.

L’explication la plus populaire des EMI est l’hypothèse du cerveau mourant. Selon cette hypothèse, les EMI sont des hallucinations causées par l’activité cérébrale lorsque les cellules commencent à mourir.

Le professeur Sam Parnia, chercheur réputé dans le domaine des expériences de mort imminente et de la réanimation cardio-pulmonaire, a écrit que, scientifiquement parlant, aucune étude ne fournit de données définitives liant réellement les expériences de mort imminente à des états cérébraux anormaux.

Une étude menée par des chercheurs de l’université de l’Oregon et publiée dans la revue Explore en 2021 souligne que l’hypothèse apparemment plausible de mort cérébrale n’explique pas l’ensemble des caractéristiques qui peuvent survenir au cours d’une EMI, comme pourquoi les gens sont désincarnés.

En outre, plusieurs preuves montrent que les gens ont des expériences sensorielles et perceptives lors de leur EMI. Cependant, le matérialisme soutient que la conscience découle uniquement de l’activité des neurones dans le cerveau et que les gens n’ont pas de telles expériences sensorielles et perceptives dans les situations extrêmes de mort imminente.

Certaines personnes pensent que l’impression de calme et de béatitude ressentie lors des EMI est attribuable aux effets des drogues ou même des narcotiques. Cependant, une étude parue dans QJM: An International Journal of Medicine suggère que cela n’est pas scientifiquement logique. De même que l’étreinte peut apporter du bonheur, certaines drogues le peuvent aussi, mais il n’est pas logique de dire que le bonheur de l’étreinte est attribuable aux drogues prises par les personnes qui s’étreignent.

Des chercheurs en Italie et en Suisse ont mené deux études distinctes comparant la qualité des souvenirs d’EMI à celle des souvenirs imaginaires. Ils ont tous deux constaté que les souvenirs d’EMI étaient incompatibles avec les expériences fictives. Les souvenirs d’expériences de mort imminente étaient plus proches des souvenirs d’événements réels et semblaient être plus réels que les événements réels.

Une des études a révélé que lorsqu’une personne se rappelle son EMI, les ondes cérébrales sont similaires aux ondes cérébrales des souvenirs réels, qui sont différentes des ondes cérébrales des souvenirs imaginaires.

Les souvenirs de mort imminente sont plus clairs et contiennent plus d’informations autoréférentielles et émotionnelles que les souvenirs d’événements réels et les souvenirs de coma. Les chercheurs ont donc conclu que les EMI ne peuvent être considérées comme des souvenirs d’événements imaginaires.

Objectivement, bien que la communauté médicale ne peut pas expliquer de nombreux phénomènes d’EMI, les sceptiques accusent rarement les personnes ayant vécu une expérience de mort imminente de fabriquer des histoires de toutes pièces. On peut au moins affirmer que l’impression d’avoir été là doit être réelle. Les EMI sont nombreuses et souvent bien documentées, y compris par des professionnels de la santé réputés ou respectés.

Le Dr Eben Alexander est un neurochirurgien qui a enseigné et pratiqué dans plusieurs hôpitaux et collèges prestigieux, dont la Harvard Medical School. Il a vécu une EMI après avoir souffert d’une forme rare de méningite et d’un grave coma. Il s’est toutefois rétabli en peu de temps. En tant qu’expert en neurologie, M. Alexander a étudié ses propres antécédents médicaux et en est arrivé à la conclusion qu’il était dans un coma profond pendant son expérience de mort imminente et que son cerveau s’était déjà complètement arrêté. Pour lui, la seule explication de ce qu’il a ressenti et vu est que son âme s’est effectivement détachée de son corps. Cependant, ce phénomène ne peut être confirmé par les méthodes d’essai scientifiques modernes.

Les expériences de mort imminente peuvent-elles guérir les maladies ?

Un autre aspect impressionnant de l’histoire de Mme Moorjani est qu’elle a été guérie de son lymphome avancé en très peu de temps après son EMI, et les cellules cancéreuses ont disparu de son corps.

Outre Mme Moorjani et M. Alexander, plusieurs autres personnes connaissent des miracles ou des changements dans leur vie après une expérience de mort imminente. Quelles sont les raisons de ces miracles ?

Les gens rapportent souvent que pendant les EMI, leur croyance dans le sens de la vie augmente. Cela s’accompagne d’une diminution de la peur de la mort, d’un plus grand altruisme, d’un plus grand sens de la compassion et de la responsabilité ainsi que de la capacité à faire preuve d’un plus grand amour envers les autres.

Ce genre de changement physiologique provoqué par cette élévation spirituelle pourrait être l’une des raisons de l’amélioration de leur santé.

Des chercheurs en psychologie, psychiatrie, biocomportement et immunologie de l’université de Californie ont publié une étude commune dans les Annals of Behavioral Medicine. Ils ont suivi 43 participantes et ont constaté que les femmes qui valorisaient, ou valorisaient plus qu’avant, la recherche du sens et du but de la vie présentaient une cytotoxicité plus élevée des cellules tueuses naturelles (c’est-à-dire une capacité plus puissante à tuer les envahisseurs étrangers) que les femmes qui ne le faisaient pas. Cela implique que ces personnes sont également plus résistantes au cancer et aux virus.

Les cellules tueuses naturelles sont les cellules immunitaires naturelles de l’organisme qui tuent un large éventail de cellules tumorales solides et de cellules leucémiques, ainsi que des cellules infectées par des virus. Elles agissent comme des policiers armés pour capturer et détruire les malfaiteurs dans l’organisme. Une diminution de leur activité ou de leur nombre peut entraîner le développement et la métastase de cancers et d’infections virales. De plus, de nombreuses maladies, comme le syndrome de fatigue chronique, la dépression, le syndrome d’immunodéficience et certaines maladies auto-immunes, sont également associées aux cellules tueuses naturelles.

La croyance et l’appréciation du sens de la vie jouent un rôle important dans le maintien et l’amélioration de la santé physique et mentale.

Comprendre le sens de la vie mène à une vision plus positive de la vie et à un plus grand sentiment de paix intérieure, ce qui peut aider à restaurer l’impression d’un certain contrôle sur le cancer et la vie. Les personnes qui ont perdu leur croyance dans le sens de la vie ont tendance à être réticentes à affronter la vie de manière positive, à avoir des niveaux plus élevés de dépression et de stress, et sont moins susceptibles de se rétablir de leurs maladies.

L’université de Yale a publié une étude dans la revue Palliative Supportive Care en 2014. Dans cette étude, en suivant 52 patients atteints d’un cancer avancé, ils ont constaté que le bien-être spirituel avait un impact très fort sur la qualité de vie de ces patients, dépassant même l’impact du bien-être physique et émotionnel.

Outre le cancer, d’autres maladies peuvent régresser et disparaître par l’élévation spirituelle. Dans une étude menée par des chercheurs du département de psychologie de l’université Brigham Young, 100 personnes ayant une croyance religieuse, âgées de 15 à 59 ans, ont constaté que plus le bien-être spirituel était élevé, plus le risque de pression artérielle, d’inflammation, de glycémie à jeun et de lipides du sang liés aux maladies cardiaques était faible.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.