Pénurie de logements à l’île de Ré : le maire de La Couarde lance un appel à l’aide pour que l’école ne ferme pas

Par Nathalie Dieul
17 mai 2022 17:36 Mis à jour: 17 mai 2022 17:36

Les jeunes familles ne trouvent pas de logement à louer à La Couarde‑sur‑Mer (Charente‑Maritime), à tel point que le maire de cette commune de l’île de Ré a lancé un appel à l’aide dans une lettre ouverte, afin que les logements vacants soient rendus disponibles pour une location à l’année.

« La seule suggestion que l’on ait eu c’est une proposition de location à l’année avec un loyer de 2 000 euros par mois », se désole Patrick Rayton, maire de La Couarde‑sur‑Mer, commune située sur l’île de Ré, en entrevue auprès de nos confrères de France 3.

Comme dans bien d’autres communes du littoral, c’était déjà très compliqué de trouver à se loger avant la crise du Covid, maintenant c’est devenu un cauchemar. Les logements en location à l’année ont été convertis au fil des années en locations saisonnières, « pour une question de rentabilité et de disponibilité du produit », indique Gil Massé, agent immobilier spécialisé dans la location.

« Il y a une très forte demande mais très peu d’offres », ajoute celui qui a une centaine de familles sur sa liste d’attente. Ceux qui accepteraient de louer à l’année calculent le prix de la location à l’année en fonction de ce qu’ils obtiendraient en location saisonnière et arrivent à des prix exorbitants. « On arrive à des loyers de 2 000 euros voir plus par mois pour une maison. Je ne peux pas proposer ce genre de bien, c’est indécent », s’indigne l’agent immobilier.

Des jeunes et des salariés qui n’arrivent pas à se loger

Le phénomène est généralisé en Charente‑Maritime. « On voit tous les jours dans nos mairies des jeunes et des salariés modestes débarquer en nous demandant de l’aide parce qu’ils n’arrivent pas à se loger », remarque Lionel Pacaud, conseiller départemental de Tonnay‑Charente au journal local, Ré à la Hune.

« Sur l’île d’Oléron, il n’y a plus un seul bien à vendre », constate la conseillère départementale oléronaise Dominique Rabelle. « Les propriétaires demandent désormais à leurs locataires de quitter leur logement pour revendre leurs biens immobiliers à des résidents secondaires. »

Vers une fermeture de l’école ?

Le maire de La Couarde‑sur‑Mer a constaté que l’école de la commune a perdu la moitié de ses effectifs en une vingtaine d’années. « Dans les années à venir, on redoute une fermeture de l’école », s’inquiète‑t‑il. À la rentrée prochaine, il n’y aura plus que deux enseignants, un poste étant supprimé faute d’inscriptions.

Patrick Rayton a donc écrit une lettre ouverte à ses administrés afin de les inciter à proposer les logements inoccupés à la location à l’année, puisqu’il a constaté qu’une trentaine de logements sont vides. Son appel de détresse n’a pas solutionné le problème.

La commune fait également face à d’autres problèmes qui empêchent l’acquisition ou la construction, en plus des prix astronomiques. Il y a d’une part les nouvelles restrictions de permis de construire depuis la tempête Xynthia, et d’autre part un autre phénomène.

« Les familles qui ont des biens et qui veulent céder ces biens à leurs enfants se trouvent confrontées à des frais de successions élevés, les familles sont obligées de vendre un bien pour pouvoir céder d’autres biens à leurs enfants », explique l’élu.

Dans certaines communes de Charente‑Maritime, le nombre de résidences secondaires atteint 70 % des foyers, et sur l’île de Ré il a progressé de 30 % récemment.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.