Le projet chinois de barrage de la « Ceinture et la Route » suscite des inquiétudes en matière de droits de l’homme au Cambodge, selon un rapport

Par Rita Li
16 août 2021 04:05 Mis à jour: 16 août 2021 04:05

Un barrage chinois construit en Asie du Sud-Est a détruit des pêcheries, des terres agricoles et des maisons ancestrales, selon un nouveau rapport publié par Human Rights Watch (HRW) le 5 août.

L’organisation à but non lucratif basée aux États-Unis a publié un rapport de 137 pages (pdf) intitulé Underwater : Human Rights Impacts of a China Belt and Road Project in Cambodia » (sous l’eau : impact sur les droits de l’homme au Cambodge du projet de la Ceinture et de la Route de la Chine). Il analyse les impacts actuels du barrage Lower Sesan Two, soutenu par Pékin, sur les communautés locales, notamment leurs revenus, leurs moyens de subsistance, leurs terres et leur accès à la nourriture et à l’eau.

Selon les chercheurs, le projet hydroélectrique de 781 millions de dollars dans le bassin du Mékong au Cambodge a été mené par des consultants incompétents, une réinstallation forcée et une compensation « loin d’être acceptable ».

HRW a constaté que l’accord non négociable avait suscité des préoccupations en matière de droits de l’homme.

« Ils ne nous ont pas demandé ce que nous voulions ou ce dont nous avions besoin », a déclaré à l’organisation un villageois réinstallé nommé Nhuy. « Il y avait des objections de notre part à tous. »

Près de 5 000 Cambodgiens qui ont vécu de la pêche et des plantations pendant des générations se retrouvent aujourd’hui avec un sol rocailleux et une eau non potable.

Un villageois se tient là où se trouvait sa maison avant qu’elle ne soit rasée pour faire place au barrage Sesan Two à Stung Treng, au Cambodge, le 7 mai 2015. (Jason South/Fairfax Media/Getty Images)

Un rapport publié mercredi par le Business & Human Rights Resource Centre montre qu’au moins 679 allégations de violations des droits de l’homme liées à des entreprises chinoises à l’étranger ont été signalées entre 2013 et 2020.

L’initiative « la Ceinture et la Route » fait partie du programme « tremplin » de Pékin, qui consiste à construire des projets d’infrastructure d’un billion de dollars dans certaines régions d’Asie, d’Afrique et d’Europe. Les critiques ont qualifié l’initiative de « diplomatie du piège de la dette«  – la plupart des projets d’infrastructure promus par Pékin dans le monde accordent des prêts par le biais de transactions opaques, ce qui laisse les nations pauvres avec de lourdes dettes.

La construction du barrage a commencé en 2013. Depuis 2021, l’entreprise d’État chinoise Hydrolancang détient une participation majoritaire de 51 % dans le capital de l’entreprise.

Le barrage Lower Sesan Two, l’un des plus larges d’Asie, est censé produire environ un sixième des besoins annuels en électricité du Cambodge. Cependant, les estimations des recettes fiscales du projet montrent que la production réelle est probablement inférieure à la moitié des attentes, selon le rapport.

Des voix noyées

La destruction des habitations et des pêcheries locales était prévue avant le début des travaux. Pourtant, les chercheurs ont constaté que les responsables n’ont pas tenu compte des discussions, lettres et protestations généralisées.

Le barrage se situe juste au-dessus de l’endroit où la rivière Sesan se jette dans le grand fleuve Mékong. Cet environnement naturel permettait aux habitants de vivre en totale autarcie grâce à la richesse des eaux et des forêts.

Cependant, on a dit aux villageois d’accepter l’indemnisation proposée et de se réinstaller, et le projet se poursuivrait.

« Nous ne voulons pas déménager, car nous avons des maisons de valeur bien faites. Nous avons des cocotiers, des manguiers et tout le reste », a dit un villageois dans une interview vidéo de 2009.

Le barrage empêche de nombreux poissons d’effectuer les migrations qui font partie de leur processus de reproduction, ce qui entraîne une diminution des champs de pêche. Ces poissons représentaient jusqu’à 75 % des protéines du régime alimentaire cambodgien.

Certains villageois ont constaté qu’ils pêchaient souvent moins de 10 kilos de poissons par nuit, contre 40 kilos par le passé. Les poissons sont également plus petits et valent encore moins.

« Nous ne gagnons pas vraiment d’argent », a déclaré à HRW le fermier Thong Sa Morn, après avoir relocalisé sa famille dans un nouveau village.

« Les représentants du gouvernement et de l’entreprise n’ont pas tenté d’obtenir le ‘consentement libre, préalable et éclairé’ des peuples autochtones concernés », indique le rapport, en référence à la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

Le 12 avril 2018, des touristes profitent d’une promenade en bateau sur le lac Tonlé Sap, près de la commune de Kampong Phluk. Le village est situé à quelques minutes des anciennes ruines d’Angkor. C’est le plus grand lac d’eau douce du sud-est de l’Asie, et il subit les conséquences du Mékong. (Photo TANG CHHIN SOTHY / AFP / Getty Images)

Les dissidents ont été menacés, voire emprisonnés, a affirmé HRW dans un communiqué de presse.

Les experts de la pêche et de l’écologie ont averti que le projet Lower Sesan Two diminue l’ensemble des rendements de la pêche dans tout le système du fleuve Mékong, ce qui concerne des dizaines de millions de personnes au Cambodge, au Vietnam, en Thaïlande et au Laos.

Rita Li est journaliste à Epoch Times, où elle se concentre sur les sujets liés à la Chine. Elle a commencé à écrire pour l’édition en langue chinoise en 2018.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.