Un homme atteint d’un cancer de stade 4 cherche un nouveau foyer pour sa chienne bien-aimée

Après mon départ : "Elle mérite une belle vie"

Par Anna Mason
20 juin 2024 16:29 Mis à jour: 9 juillet 2024 21:51

Lorsque David Fine, un menuisier à la retraite, a appris qu’il était atteint d’un cancer, sa priorité a été de s’assurer que Babs, sa chienne bien-aimée, aurait un bon foyer si le pire arrivait. Ses recherches se poursuivent, bien qu’il ait sélectionné quatre nouvelles familles potentielles pour la chienne.

« Il y a environ neuf mois, j’ai commencé à avoir des douleurs à la poitrine », a confié M. Fine à Epoch Times.

« Après quatre mois, [les médecins] ont finalement découvert qu’il s’agissait d’un cancer du poumon de stade 4. Et c’est là où nous en sommes maintenant. »

M. Fine avec sa chienne de compagnie, Babs (Avec l’aimable autorisation de David Fine)

Après avoir rêvé à la retraite pendant de nombreuses années, M. Fine de Rehoboth, dans le Massachusetts, avait arrêté définitivement son travail en 2020. Il voulait découvrir davantage le pays, alors il a acheté un camping-car et est allé dans le Dakota du Sud et le Wyoming avec sa chienne de compagnie. Cependant, lorsqu’il est arrivé à environ 160 km au sud du parc national de Yellowstone, qui était le numéro un sur sa liste de choses à faire, il a commencé à se sentir mal et a dû rentrer chez lui.

« Ce voyage a été six des meilleures semaines de ma vie », a-t-il dit en se souvenant de la forêt des Black Hills, dans le Dakota du Sud.

« C’était magnifique là-bas ; c’était spectaculaire. Le ciel nocturne était génial. Le paysage, vous savez, j’avais tout le flanc d’une montagne pour moi tout seul, et Babs courait là-bas. »

Malgré son diagnostic, et alors que les médecins lui disent qu’il ne lui reste probablement que six mois à vivre, M. Fine ne perd pas espoir. « Pour l’instant, cela ne m’affecte pas trop », a-t-il expliqué, ajoutant qu’il espère toujours aller à Yellowstone en juillet et août, avant de rentrer chez lui pour « attendre et voir ce qui se passe ».

Babs est avec M. Fine depuis plus de 10 ans. (Avec l’aimable autorisation de David Fine)

Sa plus grande crainte est que sa chienne, un mélange Shar-peï et Boxer de 12 ans, qui est avec lui depuis qu’elle est toute petite, puisse penser qu’il l’a abandonnée. « Je ne vais pas l’abandonner avant d’y être absolument obligé », a-t-il déclaré. « J’ai demandé à des travailleurs en soins palliatifs de venir s’occuper de moi le moment venu, directement dans mon appartement, afin que ma chienne puisse rester avec moi jusqu’à la fin, ce que je souhaite vraiment. Je veux qu’elle soit proche. Je ne veux pas qu’elle pense que je l’ai abandonnée. »

M. Fine a réduit sa liste à quatre nouveaux propriétaires possibles pour Babs. Cependant, choisir un ajustement approprié nécessite une réflexion approfondie, car non seulement Babs est spéciale pour lui, mais elle est une chienne dominante qui a grandi dans une ferme et ne s’entend pas avec les autres animaux, y compris les autres chiens. Cependant, Babs s’entend « très bien » avec les gens, a dit M. Fine.

« Comment choisissez-vous un nouveau parent pour votre enfant ? » a-t-il demandé. « Personne ne sera parfait, mais elle mérite une belle vie où elle sera en sécurité et protégée. »

« C’est une si bonne chienne. Elle est si douée avec les gens et se comporte si bien à la maison. J’aurais peur que de jeunes enfants pensent qu’elle est un poney ou quelque chose comme ça et essaient de grimper sur elle pour jouer, elle ne comprendrait pas la différence entre jouer et être agressée. »

(Avec l’aimable autorisation de David Fine)

Babs est entrée dans la vie de M. Fine en 2014 lorsque ses éleveurs-propriétaires qui vivaient à Newport, Rhode Island, ont eu des difficultés avec elle.

Le vétérinaire voulait l’abattre, raconte M. Fine, mais une personne qui louait son garage et connaissait les éleveurs a demandé au vétérinaire s’il pouvait amener la chienne chez lui pour lui sauver la vie.

« Elle s’est retrouvée sur ma propriété, dans le garage », a-t-il raconté.

« Le sol est en terre battue. Elle aime creuser et elle a continué à creuser pour en sortir. J’avais un petit coin de pêche sur mon terrain où j’allais et elle a commencé à venir avec moi. »

Cependant, un soir, il pleuvait et il faisait froid. Babs était dehors.

M. Fine a ouvert la porte et l’a laissée entrer.

« Elle m’a adopté », a-t-il dit.

Ils sont ensemble maintenant depuis 10 ans.

« Je lui parle, et cela semble fou, mais elle comprend. Je lui pose des questions à répondre par oui ou par non, et si la réponse est ‘oui’, elle cligne des yeux, c’est incroyable. Elle est très intelligente. »

(Avec l’aimable autorisation de David Fine)

Lorsque le journal local a publié un petit article sur M. Fine avec une « toute petite photo de Babs », Jennie Mann, une femme de l’Ohio qui vient au secours des chiens et qui ne connaissait pas du tout M. Fine, l’a vue.

Elle a partagé l’annonce sur ses réseaux sociaux, en voulant aider. L’histoire a fini par exploser. Les médias nationaux ont couvert la situation et les courriels ont afflué d’aussi loin que l’Australie, le Moyen-Orient, l’Inde et le Canada.

« [C’était] juste censé être une chose locale, et c’est devenu un phénomène mondial. J’étais tout simplement étonné », a raconté M. Fine, expliquant ensuite que la réaction a renouvelé sa confiance dans les gens. Cependant, il ne confiera pas sa chienne à quelqu’un qu’il n’a pas rencontré en personne. Le plan, pour l’instant, est d’offrir à Babs le meilleur nouveau foyer possible, si elle en a besoin.

Concernant son traitement, M. Fine affirme que suivre un traitement intensif ne prolongerait probablement pas beaucoup sa vie et le rendrait très malade jusqu’à sa mort. Mme Mann reste par contre régulièrement en contact avec lui.

« Il m’a dit qu’il était allé chez le médecin la semaine dernière et que le médecin lui avait dit que le cancer ne s’était pas propagé, ce qui est une bonne chose, car il ne suit aucun traitement pour le moment », a confié Mme Mann à Epoch Times.

« Il pense que toutes les prières qu’il a reçues l’ont peut-être aidé à stabiliser son état, au lieu que cela n’empire. Évidemment, cela ne s’améliore pas, mais ça ne s’aggrave pas non plus. »

À l’heure actuelle, M. Fine se concentre sur une chose à la fois. Sa nièce aînée se marie le 15 juin, c’est donc son premier objectif, et il espère pouvoir aller au mariage.

« Ensuite, je vais voir si nous pouvons partir à Yellowstone pendant un mois, et si je dois rentrer à la maison, je rentrerai à la maison. Je vais continuer à vivre ma vie comme je le peux. Nous verrons ce qui se passera. »

Malgré tout, il ne sait pas comment sa chienne sera affectée après son départ.

« Je dis aux gens que vous ne pouvez pas la laisser sans laisse tant que vous n’êtes pas complètement liés à elle, car elle finira dans mon jardin quoi qu’il arrive. »

« Elle sera assise ici à ma porte (…) et je ne serai pas là », a-t-il dit.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT