Un Néerlandais utilise des coques de noix de coco sans valeur pour fabriquer des palettes rentables et « sauver des millions d’arbres » chaque année

Par Michael Wing
29 octobre 2021 16:16 Mis à jour: 29 octobre 2021 16:16

Qu’il s’agisse de servir dans l’armée néerlandaise ou de vivre sur une plage de la Barbade, Michiel Vos a parcouru le monde pour trouver sa voie. S’inspirant peut-être de la plage où il a vécu, il a réalisé que les noix de coco étaient exactement ce dont le monde avait besoin.

Les retards dans la chaîne d’approvisionnement en Californie font la une de l’actualité ces derniers temps, mais les 1,7 milliard de palettes en bois expédiées chaque année à sens unique depuis la Chine – où le bois est rare et précieux – et inutilement jetées aux États-Unis constituent un autre défi. Cela représente 170 millions d’arbres abattus par an.

C’est là que les noix de coco entrent en jeu.

(Avec l’aimable autorisation de CocoPallet)

Un jour, un professeur d’agriculture a remis à M. Vos un document sur la fabrication de palettes avec des coques de noix de coco, qui semblait prometteur. Bien qu’on lui ait dit que cela ne marcherait jamais et que personne n’avait réussi à en faire une entreprise viable, M. Vos n’était pas convaincu.

Cela m’a rappelé une citation de mon poète préféré, Rumi : « Lorsque vous partez en voyage, ne demandez pas conseil à quelqu’un qui n’a jamais quitté son foyer », a dit M. Vos à Epoch Times.

Il est donc allé dans le nord de la Chine, a trouvé un atelier d’outillage pour lui fabriquer une presse et, après de nombreuses recherches, a appris à fabriquer une palette à partir de coques de noix de coco sans valeur, d’une manière qui soit rentable.

(Avec l’aimable autorisation de CocoPallet)

« Les deux premières années ont été assez désastreuses et frustrantes mais, après de nombreux essais, nous sommes parvenus à fabriquer un ensemble décent de palettes », a-t-il confié.

Selon M. Vos, qui a lancé CocoPallet, l’écorce de la noix de coco est un déchet léger et encombrant en Asie, qui n’a pas d’utilité notable et qui est éliminé par combustion dans des pays comme les Philippines. Le transport sur de longues distances de ce matériau n’est tout simplement pas réalisable dans le secteur manufacturier.

(Avec l’aimable autorisation de CocoPallet)

« Dans notre cas, nous avons besoin d’énormes quantités de coques de noix de coco à proximité », a dit M. Vos. « Comme toute autre entreprise, nous avons besoin de talents, d’une énergie propre et fiable, de logements, d’un gouvernement fiable, etc. Notre objectif pour la première grande usine se trouve maintenant dans le sud des Philippines. »

M. Vos a cherché un créneau dans une partie du monde où le bambou est beaucoup plus courant que les arbres à bois – comme le pin – qui, selon lui, fait d’excellents meubles, mais a moins de sens pour être utilisé comme palettes à usage unique dans l’industrie du transport maritime. Sur le plan environnemental, l’entreprise permettra de « sauver des millions d’arbres » chaque année, a-t-il ajouté. CocoPallet prétend sauver 500 000 d’arbres chaque année.

(Avec l’aimable autorisation de CocoPallet)

Fabriquer des palettes en Asie pour les expédier en Amérique a du sens puisque c’est la direction que prennent les produits. Le marché des palettes est largement ouvert à une alternative bon marché versus le bois qui coûte cher. Des modèles de projets durables et peu coûteux pouvant être personnalisés attireront les investisseurs.

Tout cela a conduit M. Vos à créer une usine aux Philippines.

L’intrépide Néerlandais s’est plongé dans l’économie de la population locale pour apprendre les rouages du commerce de la noix de coco, où il s’approvisionne directement. Il rend visite aux agriculteurs et aux coopératives pour comprendre comment ils sont gérés sur le terrain. « On ne peut y arriver qu’en sortant du bureau et en allant dans les champs, en écoutant attentivement, en mangeant ensemble et en créant des liens », a-t-il dit. « C’est aussi la partie que je préfère. »

(Avec l’aimable autorisation de CocoPallet)
(Avec l’aimable autorisation de CocoPallet)

« Nous nous approvisionnons en coques de noix de coco, nous les broyons en petites pièces, nous séchons cette matière, nous l’alimentons dans des presses massives et nous fabriquons des palettes de coques de noix de coco 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 », a-t-il expliqué. « On ne veut pas que les machines refroidissent et, en même temps, on utilise au maximum nos investissements en capital. »

CocoPallet s’efforce de produire la plus petite empreinte carbone possible, en utilisant la biomasse pour alimenter ses chaudières ; à l’autre bout de la chaîne d’approvisionnement, les palettes de coques de noix de coco à usage unique peuvent servir d’amendement organique de grande valeur pour remplacer la mousse de tourbe.

(Avec l’aimable autorisation de CocoPallet)

Le modèle de CocoPallet a suscité un intérêt mondial pour les investissements. Selon M. Vos, les investisseurs à impact réel n’ont pas peur des revers qu’il a rencontrés et qui sont habituels dans le domaine de l’innovation. Parallèlement, les capitaux cherchant à soutenir des projets « verts » abondent, mais peu de ces projets sont évolutifs et rentables comme l’est CocoPallet.

« Investir dans le tabac, les combustibles fossiles, les mines terrestres ne se fait plus », a expliqué M. Vos. « Il en résulte une concurrence pour des projets comme le nôtre. »

Les gouvernements, comme ceux des Pays-Bas et de l’UE, soutiennent également des projets comme CocoPallet, qui « cochent toutes les cases » de la « durabilité », a-t-il ajouté. Aux Philippines, l’entreprise de M. Vos pourrait améliorer la vie des habitants des zones rurales et a reçu l’aval de l’Autorité philippine de la noix de coco (oui, un vrai département).

(Avec l’aimable autorisation de CocoPallet)

En ce qui concerne l’avenir de CocoPallet, M. Vos connaît ses limites et a récemment accueilli à bord son nouveau PDG et son nouveau directeur financier, qui connaissent parfaitement le secteur des palettes en Asie et ont construit des usines dans le monde entier.

« Si jamais je fais obstacle à la croissance de l’entreprise, je partirai immédiatement et je laisserai la place à des personnes qui sont mieux qualifiées pour ce travail », a dit M. Vos. « Ce qui est génial quand on travaille avec des gens formidables, c’est qu’on crée un accélérateur de temps. Tout va tellement plus vite. »

Pour ce qui est de l’avenir, M. Vos se prend à rêver : « Un importateur californien pourrait dire à son fabricant d’ours en peluche à Chengdu, en Chine : ‘Veuillez utiliser une palette de coques de noix de coco au lieu de la palette en bois, nous pourrons les vendre à une entreprise locale de terreau après leur arrivée et vous économiserez de l’argent.’ »


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.