La Chine détrone la « zone euro », le plus grand système bancaire au monde

Selon le Financial Times, le PIB de la Chine a dépassé celui de l’Union Européenne sur les taux de change en 2011, mais son système bancaire a seulement pris la première place à la fin de l’année dernière.

Ce retard a été alimenté par une croissance énorme du crédit bancaire depuis 2008, lorsque le gouvernement chinois a eu recours à des incitations monétaires et fiscales agressives pour réduire l’impact négatif de la crise financière mondiale.

« La forte augmentation du système bancaire chinois n’est pas une réussite pour la Chine, mais plutôt le signe d’une économie trop dépendante des investissements financés par les banques, une économie en proie à l’allocation inadéquate des ressources et soumise à des risques de crédits énormes », a déclaré Eswar Prasad, économiste de l’université Cornell aux États-Unis et ancien directeur de la division chinoise du Fond Monétaire Internationale.

Les statistiques montrent que les actifs bancaires chinois ont atteint 33 billions de dollars à la fin de l’année dernière, contre 31 billions pour la zone euro. Les actifs américains ont enregistré 16 billions de dollars, et le Japon 7 billions.

La valeur du système bancaire chinois est 3,1 fois plus élevée que son PIB, contre 2,8 pour la zone euro.

Les économistes avancent que les incitations de Pékin ont conduit à une augmentation d’importants investissements inutiles, excédant la capacité industrielle à des niveaux dangereux de dettes. Contrairement aux marchés développés, le gouvernement local chinois repose largement sur des prêts bancaires pour financer les infrastructures.

Bien que les trois plus grandes banques au monde soient chinoises, les experts indiquent que la véritable portée des banques chinoises est sous-évaluée. La finance de l’ombre (shadow banking) a explosé en Chine ces dix dernières années. Dans une tentative d’imposer des contrôles de capitaux pour endiguer l’exportation de la masse monétaire, les autorités communistes ont annoncé une campagne de répression des opérations bancaires illégales.

 
VOIR AUSSI