«La sobriété comme mode d’existence» – Entretien avec Pierre Rabhi

Epoch Times : Qu’est-ce que l’agro-écologie?

Pierre Rabhi : L’agro-écologie est l’association de l’agriculture et de l’écologie. L’agriculture biologique dans un contexte européen est suffisante, mais au niveau planétaire, ce n’est plus le cas. Par exemple, au Sahel où la désertification s’intensifie, l’homme doit lutter contre l’érosion. Il faut inciter les paysans à lutter contre l’avancée du désert et leur donner des outils techniques et concrets en plus d’une méthode biologique. Le reboisement est certes une technique, mais la lutte contre des pratiques erronées en est aussi une, comme le fait d’avoir un trop grand nombre de troupeaux sur un espace limité. Mon ouvrage Offrande au crépuscule a été primé et validé par le ministère de l’Agriculture comme étant une proposition importante pour ses différentes approches techniques agro-écologiques. Pour ce faire, il faut aussi travailler sur le mental des gens. Tout commence par l’esprit, puis la vision et la conception des choses, qui ensuite déterminent l’action.

Epoch Times : Quels sont les risques et les enjeux des dérives humaines envers la nature?

Pierre Rabhi : La destruction de la planète et l’éradication de l’être humain par lui-même. La quête de sécurité permanente de l’homme, provoquée par ses peurs, l’amène à des dérives de comportements. Sinon, pourquoi les armements?

Epoch Times : Une bonne agriculture peut-elle nourrir la planète?

Pierre Rabhi : L’agro-écologie est le moyen le plus approprié pour lutter contre la fin du monde. Pour lutter contre Monsanto, il suffit de ne pas avoir besoin de lui : si les gens refusent et se positionnent de manière déterminée, alors il disparaîtra. Les agriculteurs ont été menés dans une impasse. On leur a dit d’agrandir les parcelles et de produire plus, d’acheter plus de matériel, plus d’engrais, de contracter plus d’emprunts bancaires… au détriment d’une agriculture paysanne à l’échelle humaine. Ils sont dans l’impasse par ignorance, par naïveté, que sais-je? L’appât du gain y contribue aussi. La nomination prix Nobel de l’agriculture de Monsanto est une magouille, il faut en parler pour éveiller les gens. Les citoyens sont ignorants, l’humanité est prise en otage par un groupe de «politico-affairistes». Si nous prenions la sobriété comme mode d’existence, alors ces gens-là disparaîtraient. Or, on a donné plus d’importance au superflu qu’à l’essentiel.

Epoch Times : Aujourd’hui, alors que des enfants meurent de faim, où est la priorité?

Pierre Rabhi : Si nous possédions une morale collective élevée et de qualité, ce devrait être le premier problème à résoudre. Des enfants n’arrivent au monde que pour mourir de faim en agonisant. Tant que l’humanité ne sortira pas de son coma, ce sera difficile. Cela ne signifie pas que nous devons laisser les choses en l’état. Il faut continuer, les politiques sont subordonnées aux affairistes, c’est-à-dire à l’argent et à la finance, il faut les dénoncer.

 

 
VOIR AUSSI