10 découvertes archéologiques extraordinaires en 2018 à travers le monde

Des sous-marins allemands coulés aux pièces de monnaie de l'époque des Croisés en passant par les tombes égyptiennes et tout ce qui se situe dans l'intervalle

2018 a été marquée par d’importantes découvertes dans le domaine de l’archéologie à travers le monde. Des archéologues professionnels et amateurs ont fait des découvertes révolutionnaires et ont mis à jour notre compréhension des événements historiques. Alors que nous continuons à donner plus de sens à notre passé, il y a encore (et il y aura toujours) des choses innombrables à apprendre. Dans cette liste fascinante, nous vous présentons 10 des découvertes archéologiques et historiques parmi les plus remarquables de l’année.

10. L’épave du sous-marin nazi le plus perfectionné

En avril de cette année, au cours d’un projet de cartographie des épaves en mer du Nord et dans le détroit de Skaggerak, le Sea War Museum Jutland a découvert l’épave d’un sous-marin nazi à 17,6 km au nord de Skagen, la ville la plus au nord du Danemark.

De toutes les armes possédées dans l’arsenal du IIIe Reich, le sous-marin connu sous le nom de U-boot était l’une des plus redoutées. Tout au long de la Seconde Guerre mondiale, quelque 1 165 sous-marins allemands ont été construits dans les chantiers navals allemands et ont été responsables d’environ 70 % de toutes les pertes navales alliées. Le sous-marin de type XXI a été salué comme une merveille du génie militaire allemand. 118 Type XXI ont été construits, mais seulement deux d’entre eux ont été mis en service. Ce Type XXI, U-3523, aurait été coulé par un bombardier britannique au moyen de bombes sous-marines le 5 mai 1945, le lendemain de la reddition allemande.

Musée de guerre de la mer Jutland

9. La plus ancienne peinture humaine

Le premier tableau connu créé par l’homme a été découvert dans une grotte côtière du sud de l’Afrique du Sud. Gribouillé sur un morceau de roche, le tableau ressemblant à un hashtag date de quelque 73 000 ans.

Cette mystérieuse œuvre d’art a été déterrée à Blombos Cave, un site situé à environ 290 km à l’est de la ville du Cap. Il y a 100 000 ans déjà, la grotte était habitée par des groupes de chasseurs-cueilleurs qui utilisaient aussi des perles de coquillages colorées et d’autres outils en pierre. La découverte est attribuée à l’équipe de recherche du professeur Christopher Henshilwood de l’Université de Bergen, qui dirige les fouilles de la grotte de Blombos depuis 1991.

© Nature

8. Le plus vieux pain qui a précédé l’agriculture

Nous avons longtemps pensé que le pain, en tant que sous-produit de l’agriculture, ne pouvait pas avoir existé avant 8 000 ans avant notre ère, lorsque les humains ont commencé à cultiver en groupes. Mais la découverte des restes d’un pain plat cuit il y a 14 400 ans donne une toute autre perspective de l’évolution de l’agriculture.

En juillet de cette année, un groupe de chercheurs européens, dont des experts de l’University College London et de l’Université de Cambridge, a analysé un pain plat découvert sur un site appelé Shubayqa 1, situé dans le désert noir au nord-est de la Jordanie. Les habitants de Shubayqa 1, connus sous le nom de Natufians, formaient des communautés et menaient une vie de chasse et de cueillette. Reste à savoir comment les Natufiens ont pu produire du pain de haute qualité qui présente des similitudes avec celui qui serait produit sur divers sites en Turquie et en Europe quatre millénaires plus tard.

© The National Academy of Sciences

7. Pièces d’or de l’époque des Croisés

En décembre, des archéologues ont découvert dans la ville israélienne de Césarée, en Israël, une réserve de pièces d’or extrêmement rares datant de quelque 900 ans. Les chercheurs croient qu’elles appartenaient à une famille aisée fuyant la conquête à la veille de la croisade sanglante de 1101.

La petite mais précieuse cachette de 24 pièces d’or a été découverte entre deux pierres dans un puits de 1,5 mètre de profondeur. Selon toute apparence, ces objets de valeur ont été cachés à la hâte par quelqu’un qui avait l’intention de les récupérer plus tard, mais qui n’est jamais revenu. Lorsque la ville portuaire de Césarée fut capturée par la force combinée de Baldwin Ier de Jérusalem et de son allié génois en mai 1101, presque tous ses habitants furent soit tués, soit pris comme esclaves.

Getty Images | JACK GUEZ

6. L’homme sans tête de Pompéi

Au cours de l’été 79 après J.-C., le volcan du mont Vésuve est entré en éruption. La ville romaine voisine de Pompéi, avec ses 10 000 habitants, a été enterrée sous une couverture de cendres volcaniques en une nuit. La redécouverte de Pompéi a commencé au XVIIIe siècle et s’est poursuivie jusqu’à nos jours, offrant des perspectives fascinantes sur l’art et l’histoire.

Lors d’une nouvelle fouille en mai, un squelette sans tête a été mis au jour sur le site archéologique de Pompéi. Il semblait révéler un homme écrasé par l’énorme pierre qui était tombée sur lui. Un mois plus tard, cependant, des chercheurs italiens ont localisé le crâne à bouche ouverte près du corps de l’homme, et l’on croit que le malheureux Romain serait mort par asphyxie à cause des gaz chauds et des matières volcaniques.

Parc archéologique de Pompéi

5. Le trésor du Roi « Bluetooth »

Sans doute le leader scandinave le plus connu de l’ère viking, le roi danois Harald « Bluetooth » était admiré pour sa richesse et sa puissance. Il a uni toutes les tribus danoises, mené les Danois à la victoire sur le champ de bataille contre les Norvégiens et les Allemands, et apporté le christianisme dans son royaume. Il a même une technologie sans fil comme homonyme.

En janvier dernier, lors d’une chasse au trésor avec des détecteurs de métaux, l’archéologue amateur René Schön et le chasseur de trésor Luca Malaschnitschenko, 13 ans, ont découvert des pièces d’argent à Rügen, la plus grande île de la mer Baltique en Allemagne. Avec l’aide d’archéologues professionnels, ils ont continué à déterrer des artefacts plus remarquables liés au roi Harald « Bluetooth », dont des colliers, des perles, des bagues, plus de 600 pièces d’argent et même un marteau de Thor.

© Getty Images | STEFAN SAUER

4. Le corps de Cao Cao

Figure centrale du roman classique chinois « Le roman des Trois Royaumes », Cao Cao est l’une des figures les plus célèbres de l’histoire chinoise. Dans le chaos de la guerre civile qui a suivi l’effondrement de l’Empire Han, Cao Cao est apparu comme un candidat probable à l’unification de la Chine. Malheureusement, il a trop peu vécu pour voir son ambition se réaliser.

Bien que le lieu de repos du légendaire seigneur de guerre ait été découvert dès décembre 2009, ce n’est qu’en avril de cette année que son corps a finalement été retrouvé. Des experts de l’Institut provincial du patrimoine culturel et archéologique du Henan ont confirmé que les restes d’un homme adulte dans la soixantaine ont été trouvés sur un immense mausolée qui aurait appartenu à Cao Cao. Selon une légende populaire, Cao Cao, afin d’empêcher les pillards de troubler sa paix après sa mort, aurait construit 72 sites funéraires distincts, dont 71 seraient des leurres.

Institut provincial du patrimoine culturel et de l’archéologie du Henan

3. Nouvelles lignes Nazca

Les lignes Nazca du Pérou sont des figures mystérieuses, linéaires et gravées à la surface de la terre, couvrant une macro-échelle. Ces dessins géants représentent : une araignée, un colibri, un singe avec une queue en spirale, ainsi que des formes géométriques qui sont difficiles à comprendre. De nombreuses théories sauvages sur la façon et les raisons pour lesquelles les anciens Péruviens les ont fabriqués ont été lancées depuis leur découverte.

En avril de cette année, les archéologues péruviens ont découvert plus de 50 nouveaux exemples de figures si grandes qu’on ne pouvait les voir d’en haut qu’à l’aide de drones. Certains d’entre eux pourraient remonter à 500 av. J.-C. ou 200 ap. J.-C., ce qui laisse entendre que des siècles avant que le peuple Nazca ne crée ses figures, les habitants de la région voisine ont aussi procédé à des expériences de géoglyphes gigantesques.

© JOHNY ISLA

2. La plus vieille épave intacte

En octobre, des chercheurs du projet d’archéologie maritime de la mer Noire ont découvert un navire ancien entièrement intact reposant sur le fond de la mer Noire. Le manque d’oxygène et la profondeur de 1,9 km ont empêché le navire d’être perturbé au cours des 2 400 dernières années. C’est de loin la plus vieille épave intacte du monde.

Le navire aurait été un ancien navire marchand grec. Il présente des similitudes surprenantes avec le navire peint sur le côté du vase grec ancien « Siren Vase ». Cette œuvre, qui date à peu près de la même époque, représente la scène d’Odysseus résistant au chant des sirènes en s’attachant au mât du navire.

Projet d’archéologie maritime de la mer Noire (MAP)

1. Tombeau égyptien de 4 400 ans à Saqqara

Le ministère égyptien des Antiquités a annoncé samedi 15 décembre qu’une mission archéologique égyptienne a mis au jour une tombe enterrée à 5 mètres sous le sable à Saqqara, une ville située à 30 km du Caire, célèbre pour ses nombreuses pyramides. La tombe a été scellée pendant près de 4 400 ans, et il n’y a eu aucun signe de pillage ou de vandalisme.

Le contenu de la tombe a été exceptionnellement bien conservé. Les murs du gigantesque tombeau sont couverts de peintures, de sculptures et d’inscriptions. Les hiéroglyphes à l’intérieur de la tombe indiquent le nom et le titre du défunt : Wahtye, un prêtre de haut rang qui a servi le roi Neferirkare, qui a brièvement gouverné l’Egypte pendant l’Ancien Empire sous la cinquième dynastie. Sa femme, Weret Ptah, et sa mère, Merit Meen, étaient enterrées avec lui.

© Getty Images | KHALED DESOUKI

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

La tombe de Jésus-Christ ouverte pour la première fois en 500 ans.
À l’intérieur, ils font une incroyable découverte

 
VOIR AUSSI