4 cas de torture sexuelle sur des pratiquants du Falun Dafa documentés par Gao Zhisheng

Note de l’éditeur : The Epoch Times publie un certain nombre d’articles exposant le recours à la torture par le régime chinois à l’encontre des groupes qu’il cible, ainsi que les souffrances et les dommages qu’il cause aux personnes qui en sont victimes.

En décembre 2005, l’avocat des droits de l’homme Gao Zhisheng a publié sa troisième lettre ouverte aux plus hauts responsables chinois, appelant à la fin de la campagne de persécution des pratiquants de Falun Dafa (également appelé Falun Gong) lancée par le Parti communiste chinois en 1999. Il s’est rendu dans plusieurs provinces pour enquêter sur les abus contre les pratiquants pendant leur détention et il a inclus certains cas dans la lettre.

« Notre enquête a montré que le système de rééducation par le travail, dans sa privation illégale de liberté, est abusif au-delà de toute imagination », a écrit Gao.

Voici des extraits des conditions de quatre pratiquants inclus dans la lettre, intitulée « Nous devons immédiatement mettre fin à la brutalité qui étouffe la conscience et la moralité de notre nation ». Les extraits ne sont qu’un petit exemple de la torture intense que ces quatre pratiquantes ont endurée au cours de détentions répétées.

Les pratiquantes du Falun Dafa incarcérées en Chine sont régulièrement électrocutées aux seins et aux parties intimes avec des matraques électriques. (Minghui.org)

Torture sexuelle avec une brosse de toilette (Chang Xuexa, Dalian)

« Un groupe de détenues m’a frappé et m’a donné des coups de pied de tous les côtés. Je me suis évanouie. Elles m’ont laissée tomber sur le sol et ont marché avec force sur mon visage et mon bras pour voir si je faisais semblant (d’être évanouie). Quand je me suis réveillée, je ne pouvais plus bouger mon bras gauche, mon coude était disloqué. »

« J’ai toujours refusé de renoncer au Falun Dafa. Ils m’ont mise à nue et plusieurs détenues ont commencé à me pincer les seins, à m’arracher les poils pubiens et à enfoncer violemment une brosse à toilettes dans mon vagin. La brosse qu’ils ont utilisée servait régulièrement à nettoyer les toilettes. Elles ont ensuite mis une bassine sous le bas de mon corps pour voir si je saignais. Comme il n’y avait pas de sang, les détenues ont opté pour une brosse plus grande et elles l’ont forcée dans mon vagin à plusieurs reprises. »

« Ce que j’ai subi dans le camp n’est pas le plus brutal. Une autre pratiquante nommée Mme Wang Lijun a été torturée à trois reprises dans une petite cage en métal. Les détenues ont noué de nombreux nœuds sur une épaisse corde et l’ont tirée dans un mouvement de scie à travers son vagin. Tout le bas de son corps a enflé. La policière en chef a ensuite ordonné aux détenues de piquer son vagin enflé avec le bout pointu d’un manche à balai brisé. Cette torture a fait saigner abondamment le vagin de Mme Wang. Son abdomen et son vagin étaient si enflés qu’elle ne pouvait plus lever son pantalon, s’asseoir ou uriner. Mme Wang ne pouvait toujours pas rester debout deux mois après la torture sexuelle. Ses jambes étaient également handicapées. J’ai aussi vu ces détenues appliquer cette même torture sur une vierge. L’officier de police en chef a également mis des insectes venimeux sur les corps des pratiquantes. »

Le vagin fracassé avec une barre de fer (Liu Shuqin, Changchun)

« Comme il ne restait plus aucune peau saine sur mon corps (à cause de plusieurs jours de torture), les policiers ont commencé à électrocuter mes parties intimes avec des matraques électriques et les ont transpercées. Ensuite, ils ont utilisé une tige de fer pour écraser mes parties intimes. Je me suis évanouie. »

« Une demi-heure plus tard, ils sont sortis pour voir si j’étais encore en vie. Je n’ai pas su combien de temps s’était écoulé avant que le matin n’arrive. J’étais déjà au bord de la mort. J’ai été transportée au département de police de la ville de Changchun. Il y avait beaucoup de petites cellules, chacune avec un banc de tigre à l’intérieur. Il y avait des pratiquantes de Dafa sur chaque banc de tigre. La plupart d’entre elles s’étaient évanouies, le bas de leur corps nu ou avec seulement un chiffon pour les couvrir. »

Humiliation incessante et agressions sexuelles (Wang Yuhuan, Dalian)

« Nous, les pratiquantes, avons toutes été déshabillées et attachées, les jambes écartées sur un lit pendant 26 jours. Nous avons subi des humiliations et des agressions sexuelles incessantes de la part de policiers, de médecins et de détenus. »

Wang Yunhuan

« Ils m’ont menotté les mains derrière le dos et m’ont mis un sac en tissu sur la tête. Ils ont utilisé une corde pour serrer le sac sur mon cou afin que je ne puisse plus rien voir et que je puisse à peine respirer. Puis ils m’ont attaché à l’aide de cordes et m’ont mise dans le coffre de la voiture de police. Ils se sont rendus en voiture dans une montagne où ils ont brutalement torturé les pratiquants de Falun Dafa. De nombreux compagnons de pratique ont été torturés à mort dans cet endroit. M. Liu Haibo a été déshabillé et contraint de s’agenouiller. La police a poussé la plus longue matraque électrique qu’elle ait pu trouver dans les fesses de Liu et lui a administré des décharges électriques. Il est mort immédiatement. »

« M. Liu Yi, un médecin de l’hôpital du district de Luuyuan, était dans la trentaine quand il a été torturé à mort dans cette antre du diable. Vingt-trois pratiquants ont été torturés à mort là-bas. Je connaissais beaucoup d’entre eux. La police a simplement enterré leurs corps dans une fosse. Xiang Min, une jolie pratiquante de Dafa, a été ramenée après une série de tortures. Elle m’a dit que la police l’avait harcelée sexuellement en lui touchant les fesses tout en lui donnant des décharges électriques. Près de 30 pratiquants ont été torturés à mort lors de cette vague d’arrestations. »

Torture sexuelle à la matraque électrique (Wei Chun, Changchun)

« Ils ne m’ont pas permis de dormir pendant cinq jours et cinq nuits. Mes mains ont été menottées dans le dos tout ce temps. Ils m’ont mis des cigarettes allumées dans les narines et la bouche. Ma bouche était remplie de cigarettes. À un moment donné, un policier m’a frappé la tête avec un club de golf. »

« Le 4 juin, M. Liu Yonglai, M. Qu Fei, M. Huang Wenzhong et moi-même avons été conduits au 4e étage. Ils ont enlevé tous les vêtements de Liu Yonglai et les miens et nous ont menottés ensemble face à face. Ils ont utilisé six matraques électriques sur nous deux et nous ont électrocuté la tête, le dos, les cuisses, les organes génitaux, les deux côtés de la poitrine et le cou. »

« Les décharges électriques ont duré environ une heure, puis ils nous ont séparés. Ils ont menotté les mains de Liu dans son dos et l’ont fait ramper sur l’herbe. Ils ont mis deux chaises sur son dos et ont demandé à deux criminels de s’asseoir sur les chaises. Ensuite, six autres criminels ont utilisé six matraques électriques complètement chargées et lui ont électrocuté le dos, les fesses, le cou, les mollets, la plante des pieds et les organes génitaux à la fois. Ils ont même sorti son pénis pour l’électrocuter séparément. »

Version originale

 
VOIR AUSSI