À nos chères futures générations : exercices de raid aérien et bonnes manières à table

Par À nos chères futures générations
25 octobre 2021 21:57 Mis à jour: 26 octobre 2021 00:09

Chères futures générations,

Des exercices de raid aérien et les bonnes manières à table ! Quel curieux mélange de « réalités »   avons-nous dû apprendre au cours de ces années troublées, de 1934 à 1945 !

Mon frère et moi avons grandi en ayant beaucoup de règles à suivre. Notre papa était comme les autres papas : il mettait un costume, une chemise blanche et une cravate tous les matins, comme tous les autres papas de notre merveilleuse ville, et se rendait à son travail – sauf qu’il attachait aussi à sa ceinture un revolver .38 à canon court, qui était bien caché sous son costume. Papa était inspecteur au service de police de notre ville. Cela explique probablement pourquoi nos règles étaient particulièrement strictes et que nous devions mémoriser beaucoup de choses ! Les manières à table : « Les coudes ne touchent pas la table, on s’assoit aussi droit que possible. » Ou encore : « Les bouches sont toujours exemptes de nourriture lorsqu’on boit notre lait si succulent. » Si nous transgressions une règle pendant le dîner, nous devions nous lever et réciter la « règle » que nous avions enfreinte !

Dès que nous en étions capables, nous devions également lire suffisamment notre journal local pour choisir un article sur lequel faire un « rapport » au cours de la conversation du dîner. En grandissant, mon frère et moi sommes devenus de fervents lecteurs. Quel merveilleux cadeau ! Avec une grande joie, je trouve mon journal Epoch Times dans la boîte aux lettres chaque semaine !

Mes parents étaient très stricts sur la discipline pendant ces années mouvementées. Ils sentaient devoir l’être ! Le monde, lui-même, était « sens dessus dessous » et ils sentaient tous qu’ils devaient nous préparer à toute éventualité.

Affiche de l’époque de la Seconde Guerre mondiale faisant la promotion des jardins de la Victoire. (Domaine public)

Nous étions une famille très unie, faisant partie d’un « quartier » d’amis coopératifs et serviables – partageant le peu que nous avions, donnant un coup de main chaque fois que cela était nécessaire et possible, partageant nos « récoltes » des « jardins de la Victoire », la générosité des arbres fruitiers des uns et des autres, les tâches d’extérieur comme le raclage des feuilles et pelleter la neige, les tâches de nettoyage et de réparation. Si le papa d’un voisin était parti au service, nous devions nous occuper de sa cour en son absence.

Si ces corvées semblaient quelque peu ennuyeuses à l’époque, et si mon frère et moi râlions en secret, je constate aujourd’hui, en y repensant, que cette époque et ces expériences sont le fondement de ma manière de vivre ma vie aujourd’hui, en tant que veuve de 86 ans, seule avec mes deux chiens, toujours dans ma « ville natale », et toujours, d’une manière ou d’une autre, à observer la discipline que maman et papa se sentaient obligés de nous inculquer. Je suis reconnaissante pour ces années et pour les leçons qui m’ont suivies à l’âge adulte et qui me réconfortent aujourd’hui alors que je vieillis sur le chemin de ma vie. J’avais confiance dans mes décisions, dans la gestion de ma vie, simple mais ordonnée. J’observe toujours les « règles », même lorsque je dîne seul à ma table !

Je crois aussi que l’époque à laquelle nous vivions nous a en quelque sorte dicté la marche à suivre – l’issue de la guerre était inconnue, nous n’étions pas tout à fait sûrs que l’Amérique l’emporterait, nous devions donc être fermes et solides dans nos croyances, nos valeurs et notre foi profonde en Dieu.

Labourage du Boston Common pour le programme des jardins de la Victoire lors de la Seconde Guerre mondiale. (Everett Collection/Shutterstock)

Je ne peux pas dire que nous recevions une abondance d’amour sous forme de « câlins et de bisous », mais nous avions une foi très ferme en notre Seigneur, en notre famille, en nos écoles, en nos amis et en nos voisins – nous ressentions une énorme fierté en achetant notre timbre d’épargne de 10 cents chaque lundi à l’école, en travaillant pour remplir les pages de notre petit livre jusqu’à ce que nous ayons assez pour acheter une obligation pour 18,75 dollars ! C’était une énorme somme d’argent !

Et nous avons, bien sûr, appris les paroles de toutes les chansons de service : « Over hill, over dale, we have hit the dusty trail » (« Par monts et par vaux, nous avons atteint la piste poussiéreuse ») et « Anchors aweigh, my boys, anchors aweigh » (« Levez l’ancre, mes garçons, levez l’ancre ! ») et « From the Halls of Montezuma, to the shores of Tripoli » (« Des murs de Montezuma aux rivages de Tripoli »). Et l’on chantait fort lors des assemblées scolaires. Je me rappelle encore de toutes ces paroles, mais les larmes coulent toujours lorsque j’ai l’occasion de les chanter, comme lors des commémorations du jour de l’Armistice (je crois que cela s’appelle maintenant le jour des anciens combattants !) au poste local des Anciens combattants des guerres étrangères.

Je n’aurais pas souhaité que mes deux propres enfants grandissent au cours de ces périodes difficiles, des années plus tard, mais c’est la vie qui m’a été donnée et que j’ai vécue. Je suis fière de cette époque et j’ai le sentiment de faire partie d’une génération d’Américains vraiment forte qui vit encore aujourd’hui dans un monde tumultueux que, parfois, j’ai du mal à comprendre !

Je crois que l’époque dans laquelle nous avons grandi, la façon dont nos parents nous ont guidés vers l’âge adulte, les valeurs et la foi qu’ils nous ont enseignées pendant les années tumultueuses – ces leçons sont encore vivantes dans ma mémoire, et je ne changerais ni ne remplacerais un seul instant. Mon frère et moi avons tous deux grandi en comprenant très bien la signification de « God Bless America » !

Avec amour et foi en ces jeunes Américains qui portent le flambeau en avant !

Sunny McComber, Nebraska

_____________

Quels conseils aimeriez-vous donner aux jeunes générations ?

Chers Lecteurs, si vous le souhaitez, vous pouvez aussi partager les valeurs de bien et de mal que la vie vous a apprises et transmettre le flambeau de cette expérience durement acquise aux générations futures. Nous avons le sentiment que la transmission de cette sagesse se perd au fil du temps alors qu’il s’agit d’une base morale indispensable aux générations futures pour pouvoir prospérer.

Envoyez-nous votre expérience et vos conseils pour les jeunes générations, ainsi que votre nom et vos coordonnées à redaction@epochtimes.fr ou par courrier : Epoch Times, À nos chères futures générations, 83 rue du Château des Rentiers, 75013 Paris.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.