Un adolescent égaré est incarcéré à l’âge de 15 ans – puis, il trouve sa voie en prison

« J'ai cru à nouveau en l'être humain »

Statistiquement, jusqu’à 80 % des enfants qui ont passé du temps dans un centre de détention pour mineurs seront arrêtés de nouveau dans les trois ans suivant leur libération. C’est une tendance qui donne à réfléchir.

Le pouvoir de la musique et de la parole écrite a empêché cet homme de revenir en arrière – et pendant près de 20 ans, il a aidé à empêcher d’autres enfants d’être incarcérés.

Terrance Turner a grandi à Tacoma, dans l’État de Washington, dans le nord-ouest des États-Unis, dans des conditions de violence. À 13 ans, on lui a tiré dessus, et à 15 ans, il faisait partie du gang qui lui avait tiré dessus.

Terrance Turner a finalement été impliqué dans un vol qui a mal tourné et a été reconnu coupable de vol, d’enlèvement et de tentative de meurtre.

À l’âge de 15 ans, Terrance Turner a été condamné à la vie juvénile, ce qui signifie qu’il allait être incarcéré jusqu’à l’âge de 21 ans.

Pendant les quatre premières années de sa peine, Terrance Turner a passé ce qu’il décrit comme une « période dure ».

(Gracieuseté de Terrance Turner)

Terrance Turner ne croyait pas au système de justice pénale et ne pensait pas que c’était juste. Chaque jour, il s’y opposait. Un jour, après avoir échoué à un test de dépistage de drogue, la prison lui a retiré son droit de visite.

Il ne pouvait plus voir sa mère qui lui rendait visite le dimanche. Pendant les 72 heures suivantes, Terrance Turner était dans sa cellule 23 heures par jour.

Il a appelé sa mère pour lui faire part de sa frustration, mais elle n’a pas fait écho à ce discours. Elle l’a exhorté à prendre ses responsabilités et à cesser de blâmer les autres.

« Il m’a fallu quatre ans pour me rendre compte que si je leur donne ce qu’ils veulent, même si je n’y crois pas, mon temps sera plus facile », a expliqué Terrance Turner.

Pendant son confinement de 72 heures, tout ce qu’ils lui ont donné, c’est un crayon et du papier. C’est à ce moment-là qu’il a commencé à écrire ; il a appelé sa composition « La prison c’est la mort, peux-tu survivre ? »

Au cours de l’année suivante, Terrance Turner a considérablement amélioré son comportement.

(Gracieuseté de Terrance Turner)

Sept mois après son isolement de 72 heures, une femme qui travaillait au sein du personnel de la prison, Susan Cravey, a suggéré à Terrance Turner de se joindre à un programme éducatif appelé Gateways for Incarcerated Youth (Itinéraire pour les jeunes incarcérés).

Dans Gateways, les détenus suivent des cours et peuvent éventuellement terminer leur baccalauréat au Evergreen State College après leur libération. Les étudiants du collège peuvent assister aux cours aux côtés des détenus dans la prison et servir de mentors et d’entraîneurs académiques.

Au début, Terrance Turner n’était pas intéressé. Cependant, Susan Cravey n’a pas cédé, et a continué à l’encourager à essayer le programme. Il respectait et admirait Susan Cravey, alors il a décidé de tenter sa chance.

« Il y avait environ trois personnes sur 150 qui venaient nous traiter comme des êtres humains, et [Susan Cravey] était l’une d’entre elles », se souvient Terrance Turner.

Terrance Turner a commencé à suivre des cours dans le programme Gateways, et après le premier trimestre, les tuteurs ont demandé aux étudiants s’ils avaient des œuvres d’art qu’ils voulaient partager à l’extérieur de la prison.

Au début, Terrance Turner était réticent à soumettre quoi que ce soit.

Mais, sachant qu’il avait du talent, les tuteurs l’ont exhorté à le faire – c’était l’occasion de faire entendre sa voix auprès de la communauté au sens large.

Il est retourné dans sa cellule et a pris La prison c’est la mort, peux-tu survivre ?, et l’a donné à Sandra Smith, l’une des étudiantes du programme du Evergreen State College.

Une fois que les cours ont repris, Sandra Smith l’a approché au sujet de son oeuvre.

(Gracieuseté de Terrance Turner)

Elle a ramené des pages et des pages de commentaires positifs de personnes qui avaient lu son texte, et cela l’a ému.

« Je croyais de nouveau en l’être humain », se souvient Terrance Turner.

Il a passé le trimestre suivant à peaufiner son oeuvre, et le programme l’a publié sous forme de livre, l’a vendu et lui a donné les profits.

« Ça a changé ma vie. C’est ce qui a fait de moi ce que je suis aujourd’hui », a expliqué Terrance Turner.

Son premier livre était si impressionnant que le programme lui a demandé d’en écrire un deuxième. Il était tout à fait d’accord et a publié son deuxième ouvrage intitulé À travers les yeux des jugés, à l’âge de 20 ans, et il est maintenant obligatoire à lire pour les étudiants de Gateways.

En plus de son affinité pour l’écriture, Terrance Turner avait développé un intérêt pour la musique pendant son incarcération.

(Gracieuseté de Terrance Turner)

Au début, il a commencé à enregistrer sa propre musique en prison et l’a envoyée à son frère à l’extérieur de la prison. Après sa sortie en 2000, Terrance Turner a continué d’enregistrer sa propre musique.

Un de ses bons amis l’a supplié de l’enregistrer, et Terrance Turner a accepté à contrecœur. Par la suite, son ami l’a partagé avec la communauté.

Au cours des deux mois suivants, les gens venaient le voir pour lui demander d’enregistrer leur musique. Après avoir aidé un jeune groupe talentueux avec leur premier album, il s’est rendu compte du besoin d’un studio comme celui-là.

Il avait demandé à la ville de l’aider, mais ils ont refusé. Ça n’a pas arrêté Terrance Turner.

C’est à ce moment-là qu’il a décidé d’ouvrir son studio à domicile, appelé Caution Studios, pour les jeunes à risque, en 2004. Il a également fondé sa propre maison de disques Cause-N-Effect Wracords.

Terrance estime qu’environ 200 enfants sont passés par son studio.

« C’était quelque chose dont Tacoma avait vraiment besoin. J’ai ouvert mes portes et ils sont arrivés en masse. Je pense que c’était juste quelque chose dont on avait besoin. »

Version originale

Si cet article vous a inspiré, n’hésitez pas à le partager !

Il devient père à l’âge de 23 ans…
et grand-père une semaine plus tard !

 
VOIR AUSSI