Contes anciens de sagesse : corriger ses erreurs change le destin d’une personne

Par Epoch Times
6 novembre 2021 15:10 Mis à jour: 11 janvier 2022 23:45

Les récits anciens sur la sagesse sont porteurs de traditions et de valeurs morales vénérées dans le monde entier. Nous espérons que les histoires de notre série « Contes anciens de sagesse » renforceront le cœur et l’esprit de nos lecteurs.

Ce conte, Corriger ses erreurs change le destin d’une personne, est l’une des nombreuses histoires audio de l’ancienne émission « Anciens contes de sagesse » de la radio Sound of Hope, maintenant transcrite ici pour le plaisir de nos lecteurs.

Lisez l’histoire ci-dessous et laissez-vous transporter dans un autre monde !

(Illustration – Liuling Pan/Shutterstock)

Sous la dynastie Ming, un homme s’appelant Zhang Weiyan, à Jiangyin, dans la province du Jiangsu, était un écrivain compétent et assez connu dans sa région. L’année de Jiawu, il se présenta aux examens de la cour, mais échoua. Après avoir vu le bulletin des résultats de l’examen, il a maudit les juges qui avaient donné une note très basse à son examen, estimant qu’ils ne reconnaissaient pas les personnes qui avaient de vraies connaissances.

À ce moment-là, un taoïste passait par là et l’a entendu. Il a souri et lui a dit : « Je peux dire que tes écrits doivent être mauvais ! »

Zhang Weiyan a répondu avec colère : « Pourquoi vous moquez-vous de moi ? Vous n’avez pas lu mes articles, comment pouvez-vous savoir que mes écrits sont mauvais ? »

(Illustration – Liuling Pan/Shutterstock)

Le taoïste a répondu : « J’ai entendu dire que la clé de l’écriture est d’être en paix et de garder un cœur calme, mais je t’ai entendu maudire les juges. Tu dois être un jeune homme très en colère. Comment pourrais-tu écrire de bons articles si c’est à cela que ressemble ton caractère ? »

Zhang Weiyan a réfléchi calmement pendant un moment à ce qui avait été dit et l’a considéré comme très raisonnable. Il a ensuite demandé sincèrement l’aide du taoïste.

Le taoïste a répondu en disant : « Tes écrits doivent certainement être bons. Cependant, si tu es destiné à échouer, même de bons écrits ne t’aideront pas. La solution fondamentale est de changer ton attitude. »

Zhang Weiyan a demandé : « Comment puis-je changer mon attitude ? »

Le taoïste a répondu : «  Si tu peux suivre les paroles du ciel et faire de bonnes actions, de grandes choses s’ensuivront. »

En entendant cela, Zhang Weiyan a soupiré : « Je suis juste un pauvre érudit. Où puis-je trouver assez d’argent pour faire de bonnes actions ? »

Le taoïste a dit : « Sois bienveillant et cultive ta vertu, le plus important se trouve dans ton cœur. Il est tellement important pour nous d’avoir de la bienveillance dans nos cœurs en tout temps. Nous devons être plus humbles et prêts à aider les autres, le désir de le faire doit être pur et droit. Suis toujours le principe céleste, à savoir être authentique, bienveillant et tolérant. Par exemple, on n’a pas besoin d’argent pour être humble. On peut y parvenir sans être riche. Tu dois t’examiner au lieu de maudire les juges. Juger les autres est un défaut dont il faut se débarrasser. »

Ces paroles ont profondément secoué Zhang Weiyan et il a donc humblement remercié le taoïste.

(Illustration – Liuling Pan/Shutterstock)

Dès ce jour, Zhang Weiyan a été très gentil et strict avec lui-même. Il a cultivé sa vertu et est devenu une personne de haute moralité. Il a créé des écoles et a instruit la population locale, lui apprenant à éviter les méfaits et à accomplir de bonnes actions, aussi insignifiantes soient-elles. Il encourageait les gens à être gentils les uns envers les autres, et était très apprécié en raison de son altruisme.

Trois ans plus tard, Zhang Weiyan a fait un rêve. Il a rêvé qu’il était entré dans une grande maison dans laquelle il y avait un livre avec plusieurs noms inscrits, mais il y avait aussi plusieurs espaces vides. Il a demandé à quelqu’un qui se trouvait à proximité ce que cela signifiait. La personne a répondu : « C’est une liste de noms qui seront acceptés cet automne. Si un nom apparaît ici et que cette personne n’a commis aucun méfait, son nom sera conservé. Les espaces vides sont ceux qui auraient pu être acceptés, mais qui ont commis des actes répréhensibles. Par conséquent, leurs noms ont été retirés. Au cours des trois dernières années, tu as été gentil avec les gens, ton nom a donc été ajouté. Si tu peux continuer à bien faire, tu continueras à développer des vertus. Je t’encourage à continuer à rester attentif et diligent avec toi-même. »

Plus tard cette année-là, Zhang Weiyan a effectivement réussi les examens de la cour, tout en continuant à faire de manière désintéressée de nombreuses bonnes actions pour son peuple.

Le Ciel abritera les personnes aimables ; il est naturel que ceux qui sont aimables soient récompensés. Où que vous soyez, quelle que soit la profession que vous choisissez et quel que soit l’environnement dans lequel vous vous trouvez, vous pouvez être une bonne personne. En faisant sincèrement de bonnes actions sans penser à la récompense et en gardant un cœur bon et humble à tout moment, la vertu se développera naturellement. Et, avec cela, on aura un avenir radieux.

Ce récit est transcrit et imprimé avec la permission du réseau radio Sound of Hope. Audio par Sound of Hope Radio Network. Copyright © 2012. Tous droits réservés.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.