Bien-être animal : un permis sera nécessaire pour détenir un animal en Belgique à partir du 1er janvier

Le nouveau code wallon du bien-être animal est le fruit de 4 ans de travail et de débats à travers tout le sud de la Belgique. Entrant en vigueur le 1er janvier 2019, le premier article stipule que l’animal est un être sensible. Une des principales mesures interdit à quiconque d’attacher un animal de façon continue.

La maltraitance, l’abandon et la négligence seront désormais interdits, une grande victoire pour les associations de défense des animaux, qui vont pouvoir intervenir rapidement lorsqu’il s’agit du bien-être d’un animal.

Selon Gaetan Agualdino, président de la SPA La Louvière, ce nouveau code permet à la Wallonie de devenir « l’une des régions les plus progressistes en matière des droits des animaux et de bien-être animal », explique-t-il à RTL Info.

Le commerce d’animaux, leur transport, leur mise à mort et l’expérimentation animale connaissent maintenant une réglementation stricte. Les cages pour l’élevage des poules pondeuses sont désormais bannies. Quant aux cirques, ils auront l’interdiction totale de détenir ou d’utiliser des animaux autres que domestiques.

La mise en place d’un permis d’adoption d’un animal – un permis immatériel – servira de base de données qui empêchera les personnes ayant déjà commis des maltraitances ou des négligences auprès d’un animal d’en posséder à nouveau. La maltraitance sera par ailleurs punie plus sévèrement, avec des peines de prison pouvant aller jusqu’à 15 ans et des amendes maximales de 10 millions d’euros.

« Souvent, les auteurs de maltraitances étaient des personnes qui récidivaient », souligne le président de la SPA La Louvière. Pour lui, les association vont pouvoir intervenir plus rapidement : « On pourra sortir des animaux d’une misère avant même qu’ils connaissent la souffrance. »

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Une nouvelle mode idiote dans les fêtes d’enfants
provoque la polémique sur Internet

 
VOIR AUSSI