Bordeaux : un ado de 14 ans trouve 400 euros devant un distributeur et les rapporte à la banque

Par Nathalie Dieul
8 mars 2020 18:40 Mis à jour: 8 mars 2020 18:40

Des billets de banque éparpillés par terre devant un distributeur, à Cenon, sur la rive-droite de Bordeaux : c’est ce qu’a trouvé un adolescent de 14 ans avec sa famille et une passante. Ensemble, ils ont ramassé l’argent et l’ont rendu à la banque.

L’honnêteté de ce jeune homme de 14 ans et des personnes qui l’accompagnaient a sidéré l’employé de l’agence bancaire LCL de Cenon. « C’est du jamais vu », s’est-il exclamé auprès de nos confrères d’Actu Bordeaux.

Alors qu’une mère de famille et ses deux enfants se sont trouvés devant la scène insolite – des billets éparpillés au sol, ni mouillés ni froissés malgré la pluie – une jeune femme de 27 ans prénommée Yamna descendait du tramway à la station La Morlette.

Avant même que la famille n’arrive à sortir de sa torpeur, la jeune Bordelaise a eu un réflexe : « On ramasse l’argent et on dépose les billets à la banque ». Avec l’aide du garçon de 14 ans, elle a ramassé les coupure de 10 euros et de 50 euros sans même savoir la somme totale qu’il y avait.

Les 400 euros ont été placés dans une enveloppe. La banque va essayer de retrouver le propriétaire de cet argent grâce aux images de la vidéo du distributeur ou encore en retraçant les retraits.

« Honnêtement, pour moi, c’était normal de rendre l’argent. Le garçon a eu la même réaction que moi », assure Yanna. « C’était la meilleure chose à faire. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.