Chine : les voitures et les accessoires de cuisine peuvent servir de dispositifs d’espionnage ?

Les robots de nettoyage, les haut-parleurs intelligents, les voitures sans conducteur, les bouilloires et les réfrigérateurs connectés Wi-Fi sont des outils pratiques qui rendent notre vie quotidienne beaucoup plus facile. Les avantages l’emportent-ils sur les risques ?

La présence de Chine dans cette industrie en plein essor – connue sous le nom d’IdO (Internet des objets) – pourrait poser de sérieux risques pour la sécurité des entreprises et des consommateurs américains, selon un nouveau rapport commandé par la U.S.-China Economic and Security Review Commission, un groupe du Congrès américain qui examine les questions concernant les relations sino-américaines.

La Chine a connu une croissance rapide de son industrie de l’IdO, l’extension d’Internet à des choses et à des lieux du monde physique. Au cours des dernières années, le pays est en passe de devenir le plus grand marché du monde d’ici 2022, selon la société d’études de marché MarketsandMarkets.

Le marché chinois de l’IdO s’élevait à 1 billion ¥, soit 135,7 milliards € (environ 154 milliards$ US) en valeur en 2017, selon le rapport.

L’étude de plus de 200 pages décrit le mode de fonctionnement de l’industrie chinoise et les plans du régime chinois pour dominer le marché mondial, ainsi que les conséquences potentielles pour certains pays s’ils réussissaient.

Le rapport explique en détail comment le régime chinois a fait du développement de la technologie de l’IdO un objectif prioritaire pour ses intérêts nationaux et a soutenu financièrement l’industrie nationale. Toujours selon le même rapport, la technologie chinoise de l’IdO présente des avantages économiques qui pourraient lui permettre d’espionner les consommateurs, d’innover sur le plan militaire et d’écarter injustement les entreprises américaines et autres du secteur de l’IdO.

L’industrie chinoise de l’IdO se développe également en collaboration avec l’armée et les agences gouvernementales chinoises afin de perfectionner une technologie dotée de capacités de défense et de surveillance de masse.

Orientation de l’État

Depuis au moins 2010, Pékin a publié des directives mentionnant l’importance du développement de l’IdO. Un article paru en 2011 sur un site Web gouvernemental cite des fonctionnaires du ministère des Finances qui expliquent que l’IdO est essentiel pour « parvenir à une technologie contrôlée localement et protéger la sécurité nationale ».

Depuis lors, la Chine a relancé l’industrie pour qu’elle englobe la majeure partie de la chaîne d’approvisionnement de l’IdO, depuis les puces, les dispositifs, les logiciels et les opérateurs. Les grands géants de télécommunication Huawei et ZTE, par exemple, fabriquent l’équipement du système, alors que des entreprises publiques comme China Unicom et China Telecom sont des opérateurs.

En outre, la Chine a adopté la stratégie d’atteindre une taille de marché importante afin d’exercer une plus grande représentation et, par conséquent, une influence sur les organismes internationaux de normalisation. Cela permet à la Chine de dicter ses normes de sécurité, qui, compte tenu des tendances actuelles, prévoient souvent moins de mesures de sécurité contre l’accès non autorisé, selon le rapport.

Devenir décideurs dans l’établissement des normes a permis également aux entreprises chinoises de faire plus de profits car elles peuvent « vendre leurs produits à plus grande échelle ou percevoir des redevances en concédant sous licence leurs brevets conformes aux normes aux fabricants qui développent des dispositifs selon cette norme et à d’autres entreprises en aval », indique le rapport.

Notamment, les comités techniques nationaux de Chine ont des liens directs avec les organismes de sécurité de l’État. Par exemple, l’un des directeurs du comité est un fonctionnaire de l’Administration du cyberespace, qui est responsable de la censure et de la surveillance d’Internet. Le rapport cite également deux instituts de recherche et de développement appartenant à l’appareil des forces de l’ordre de Chine – connu sous le nom de ministère de la Sécurité publique – comme « rédacteurs prolifiques des normes de l’IdO ».

Préoccupations en matière de sécurité

Cela soulève naturellement la question de savoir si le régime chinois pourrait exploiter les dispositifs d’IdO à ses fins.

« La Chine étudie aussi activement les vulnérabilités de l’IdO, à la fois à des fins de sécurité et presque certainement pour recueillir des renseignements, effectuer des reconnaissances de réseau pour les cyberattaques et augmenter sa capacité de surveillance intérieure », peut-on lire dans le rapport.

Non seulement les entreprises chinoises peuvent accéder aux données américaines à partir des utilisateurs qui ont acheté des appareils fabriqués en Chine, mais elles peuvent également acheter des entreprises américaines d’IdO et les données qu’elles possèdent, ou acheter des données américaines à un fournisseur tiers.

Pékin dispose également d’un vaste pouvoir pour exiger que les entreprises opérant en Chine transmettent les données de leurs clients, incluant les entreprises américaines.

Il y a eu de nombreux cas d’entreprises chinoises fabriquant des produits accessibles à distance ou dont on a découvert par la suite qu’elles recueillaient secrètement des données et les envoyaient à des serveurs en Chine.

En 2017, par exemple, plus de 175 000 caméras IdO dans le monde produites par Shenzhen Neo Electronics Co. Ltd. étaient accessibles à distance.

En 2013, les douaniers russes ont trouvé des bouilloires et des fers à repasser fabriqués en Chine contenant des puces Wi-Fi qui permettaient de rechercher des réseaux Wi-Fi non sécurisés et d’établir une connexion avec ceux-ci.

Voir aussi :

Utilisations militaires

En outre, Pékin a précisé que l’industrie collabore avec le gouvernement militaire et civil pour mener des recherches sur l’IdO. L’une des applications militaires étudiées par les instituts de recherche chinois est la protection des capteurs militaires chinois contre tout accès non autorisé. Une autre application est l’interconnexion avec les attaques de l’armée, autant via l’air, l’espace que le sol.

L’appareil de police de l’État utilise également l’informatique IdO pour collecter et gérer de grandes quantités de données provenant des dispositifs de surveillance policière.

En fin de compte, le rapport recommandait au gouvernement américain de créer des mesures commerciales susceptibles d’empêcher la Chine d’utiliser ses avantages économiques pour continuer à dominer le marché de l’IdO.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

5 méthodes de torture utilisées au Moyen-Âge qui vont vous donner des frissons

 
VOIR AUSSI