La Chine lance un confinement gigantesque, 26 millions de personnes à Shanghai

Par Dorothy Li
30 mars 2022 13:17 Mis à jour: 30 mars 2022 14:33

Le 27 mars, le centre financier chinois de Shanghai a annoncé un confinement en deux phases. Pourtant, la veille les autorités de la ville avaient démenti leur intention de procéder à un confinement général.

Depuis que le régime chinois a lancé sa politique zéro Covid au début de l’année 2020, Shanghai, la ville la plus peuplée de Chine, 26 millions d’habitants, n’a jamais mis en place de confinement à grande échelle.

Mais la reprise épidémique due au variant Omicron hautement contagieux a poussé les autorités locales à imposer des restrictions strictes, à l’instar d’autres villes chinoises, telles que Changchun et Shenzhen, qui ont adopté des mesures de confinement ces dernières semaines.

Tous les habitants résidant à l’est du fleuve Huangpu qui passe par Shanghai, sont confinés chez eux du 28 mars au 1er avril pour permettre aux professionnels de la santé de réaliser au moins deux séries de tests collectifs, ont déclaré les autorités de Shanghai dans un avis publié le 27 mars.

Le confinement et les dépistages de masse seront étendus aux personnes vivant à l’ouest de la rivière à partir du 1er au 5 avril, selon le communiqué.

Les habitants ne sont pas autorisés à quitter leur résidence et les transports publics sont interrompus. Les sociétés et Les commerces non essentiels ont reçu l’ordre de fermer.

De nombreuses communautés de Shanghai sont déjà confinées depuis une semaine, leurs quartiers sont bloqués par des barrières en plastique bleu et jaune et les résidents doivent se soumettre à de multiples tests de dépistage.

Pourtant, les responsables chinois ont sans cesse répété que la ville ne serait pas soumise à un confinement global.

« Nous ne pouvons pas confiner la ville entière », déclarait Wu Fan, membre du groupe de travail sur la pandémie de la ville, aux journalistes lors d’un point de presse le 26 mars. « Notre ville joue un rôle important dans le développement économique et social du pays, et cela affecterait aussi l’économie mondiale. »

Par ailleurs, le 23 mars, la police de Shanghai arrêtait deux ressortissants accusés d’avoir propagé des « rumeurs » sur un éventuel confinement total.

L’incertitude concernant les mesures relatives au Covid a poussé les habitants de Shanghai à faire des réserves de nourriture et de produits de première nécessité, laissant les rayons vides dans toute la ville.

« Tout ce qui se trouve dans notre magasin a été écoulé. Les aliments surgelés, les légumes, les pâtes instantanées… tout est parti, même les chips, les œufs et la viande ont disparu », a déclaré à EpochTimes le propriétaire d’un magasin du nouveau district de Pudong.

Le nombre d’infections à Shanghai a continué d’augmenter ces derniers jours, pour atteindre un record de 3 500 nouveaux cas le 28 mars. Cependant, selon les spécialistes et les habitants locaux, le chiffre officiel ne reflète probablement pas le total réel, puisque le régime chinois est connu pour sous‑estimer largement les données sur le virus.

Toutes les personnes infectées, dont 3 450 présentant des symptômes légers ou inexistants, sont en isolement, a déclaré le directeur de la commission de la santé de la ville lors d’une conférence de presse donnée le 28 mars. Shanghai a également converti deux gymnases, un hall d’exposition et d’autres installations pour accueillir les patients potentiellement infectés.

Ces mesures draconiennes risquent de perturber les activités économiques de la ville, bien que certaines entreprises aient été autorisées à poursuivre leurs activités dans un « système en circuit fermé » pendant la durée du confinement.

Tesla a annoncé la suspension de sa production dans ses usines à Shanghai pendant quatre jours, rapporte Reuters, citant des sources anonymes.

Hong Ning et The Associated Press ont contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.