Les douleurs dorsales, plus susceptibles de persister en raison de l’anxiété que d’une mauvaise posture

Par Jessie Zhang
23 août 2022 12:18 Mis à jour: 23 août 2022 12:18

L’idée qu’une « bonne » posture prévient le mal de dos est bien connue, mais une nouvelle  recherche appelle à un réexamen, car des experts australiens affirment que certaines habitudes et certains processus mentaux tels que l’anxiété sont plus susceptibles d’avoir un impact qu’une mauvaise posture.

Le professeur de physiothérapie musculo‑squelettique Peter O’Sullivan, les professeurs de physiothérapie Leon Straker et Nic Saraceni de l’université Curtin ont découvert que l’anxiété liée au maintien d’une bonne posture peut créer du stress et détourner l’attention d’autres facteurs connus pour être importants pour la santé de la colonne vertébrale.

« Le mal de dos est plus susceptible de persister si une personne devient excessivement inquiète et craintive à propos de son mal de dos, ou si elle surprotège son dos et évite le mouvement, l’activité physique, le travail et l’engagement social », ont déclaré les auteurs dans un article publié dans The Conversation.

« Les gens ont des colonnes vertébrales de toutes les formes et de toutes les tailles, la posture est donc très personnelle. »

« Le mouvement est important pour la préservation de la santé du dos, donc apprendre à varier et à adopter différentes postures qui sont confortables est certainement plus utile que se conformer de manière stricte à une bonne posture spécifique. »

Les cliniciens définissent communément la « bonne » posture comme le fait de s’asseoir « droit », de se tenir « droit et aligné », de soulever des charges avec une technique d’accroupissement et « le dos droit ».

En revanche, la position assise « affaissée », debout « avachie » et le fait de soulever de gros objets avec le « dos arrondi » sont déconseillés en raison du risque d’endommager la colonne vertébrale et de provoquer des douleurs dorsales.

L’examen de la recherche a révélé un manque surprenant de preuves d’une relation forte entre une bonne posture et le mal de dos, affirmant que les interventions ergonomiques pour les travailleurs, et les conseils aux travailleurs manuels sur la meilleure posture à adopter pour soulever des charges, n’ont en fait pas réduit le mal de dos lié au travail.

Que faut‑il faire ?

Dix pour cent de personnes dont le mal de dos est causé par une fracture, une tumeur maligne, une infection ou une compression nerveuse doivent consulter un médecin, selon les chercheurs.

Pour 90% des personnes, le mal de dos est dû à une sensibilité des structures dorsales plutôt qu’à une lésion tissulaire. Dans ce cas, « le fait de trop se concentrer sur le maintien d’une ‘bonne’ posture peut détourner l’attention d’autres facteurs connus pour être importants pour la santé de la colonne vertébrale ».

Ces facteurs comprennent l’exercice et la détente du dos, la pratique d’une activité physique régulière, la confiance en soi et le fait de rester en forme et fort pour les tâches quotidiennes, de maintenir des habitudes de sommeil et un poids corporel sains, de prendre soin de sa santé physique et mentale en général.

Comme les gens sont plus vulnérables au mal de dos lorsque leur santé est altérée, les chercheurs conseillent en premier lieu de réduire le stress, d’être actif et de veiller à prendre soin de sa santé mentale.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.